Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Economie : 5 secteurs en hausse face à la crise

Crise sanitaire : valorisation en hausse pour 5 secteurs

8,3%, c'est l'estimation par l'INSEE de la baisse du PIB en France en 2020. Pour autant, les entreprises n'ont pas toutes vécu cette crise de la même manière. Si les secteurs de la santé, du e-commerce et du numérique sont souvent évoqués comme les grands gagnants, ils ne sont pas les seuls.

Le département Évaluation du pôle Corporate Finance de Baker Tilly Strego, groupe de conseil pluridisciplinaire, fait état de cinq secteurs qui sont peu évoqués mais dont les valorisations ont cru depuis la crise sanitaire par rapport au niveau pré-crise. Il s'agit des secteurs de l'industrie manufacturière, du nettoyage industriel, du transport de marchandises, du packaging et des petits acteurs de la GMS.

Si la crise sanitaire a eu des conséquences lourdes pour l'économie française, certains secteurs en sont sortis renforcés. La résilience de leur activité n'a pas manqué d'attirer de nouveaux investisseurs et par conséquent d'améliorer leurs indicateurs de valorisation (multiple d'EBITDA). Si cette hausse des valeurs peut s'expliquer en partie par l'émission toujours plus importante de liquidité dans l'économie par les banques centrales, elle s'explique surtout par une réorientation des cibles d'investissement sur des secteurs peu impactés par la crise, au détriment de secteurs qui en ont été victimes (aéronautique, tourisme, CHR, etc.).

Secteurs

Tendances observées
2020-2021

Industrie manufacturière

8,0x

Nettoyage Industriel

9, 0x

Transport routier

7,4x

Packaging

8,0x

GMS (hors réseau intégré)

CA +5,3% entre 2017 et 2021

Ces multiples ne doivent pas être interprétés comme des nouveaux paramètres de valeur mais comme des indicateurs de tendance en matière de valorisation.

 

  1. Industrie manufacturière : solide après la crise

Pour le secteur industriel, les difficultés rencontrées quant aux mesures sanitaires lors du premier confinement, n'ont pas eu d'impact sur la croissance. La France enregistre une hausse sur la demande de biens en 2020, qui augmente ainsi sa production de +2,3%.

Un point d'attention cependant : depuis le début de l'année 2021, le redémarrage des économies chinoises et américaines a provoqué des ruptures d'approvisionnement pour certaines matières. Une mauvaise gestion de ces stocks pourrait affecter l'activité des entreprises et donc leur valorisation.  

  1. Nettoyage industriel : nouvel acteur majeur

Le secteur du nettoyage industriel a profité de la mise en place de procédures d'hygiène plus contraignantes liées à l'épidémie. Ces tendances semblent entrer dans les mœurs et vont impacter structurellement et de manière pérenne le niveau d'activité de ces sociétés. Les prévisionnels de marge augmentant, leurs curseurs de valorisation ont fait de même.

  1. Transport de marchandises : un secteur qui profite de la croissance du secteur GMS

Malgré un ralentissement d'activité lors du premier confinement (baisse du CA du 1er trimestre de 17% par rapport à 2019), le secteur du transport a limité l'impact de la crise grâce à une reprise dès le 2nd trimestre 2020. La relance de la consommation courant 2020 a profité aux sociétés du secteur qui ont pu maintenir leur activité, en particulier dans le domaine du transport agroalimentaire (source Xerfi).

  1. Packaging : en phase avec la demande croissante de l'e-commerce

Le secteur du packaging était déjà en pleine mutation du fait du développement de l'usine 4.0, de l'utilisation de nouvelles technologies (IoT, puces RFiD) et des nouvelles exigences environnementales (emballages écoresponsables). Les contraintes sanitaires ont accéléré cette tendance et ont même créé de nouveaux besoins afin de répondre aux exigences de la vente à distance (+8,5% sur l'e-commerce en 2020), à la demande  croissante de différenciation et des dispositifs. Le secteur a été d'ailleurs particulièrement porté par les emballages imprimés.

  1. GMS : les petits acteurs gagnants

Si les gros acteurs du secteur de la GMS (Carrefour, Casino, Auchan...) voient leur cours de Bourse maintenu à des niveaux bas, les indépendants, adhérant à des réseaux de franchisés, ont été, à l'inverse, les grands bénéficiaires de cette crise, et ce, dès la première vague de confinement en mars 2020. Une hausse d'activité principalement liée aux restrictions de déplacement imposées par le gouvernement à la population française. Le secteur a enregistré des progressions notables de son volume d'activité sur l'exercice 2020 (comparé à 2019) dans des villes moyennes comme dans des métropoles. Sur le panel analysé par le département Évaluation du pôle Corporate Finance de Baker Tilly Strego (13 supermarchés et hypermarchés en France), le chiffre d'affaires des sociétés étudiées a augmenté en moyenne de 5,3%. Pour certaines régions, la croissance s'élève même à des niveaux compris entre 10 et 15%. Cette volumétrie d'affaires semble se maintenir sur les premiers résultats 2021.
En effet, l'exode des populations des grandes métropoles vers les villes de taille moyenne s'est transformé en sédentarisation. L'installation de ces nouvelles populations semble être durable.

 

Lire la suite...


Articles en relation