Connexion
/ Inscription
Mon espace
Financement
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Initiatives] Algoan Index, premier baromètre de crédit à la consommation 

En 2021, le risque pesant sur les établissements de crédit double.
 
 
Algoan, fintech française, pionnière du « credit decisioning open banking » qui démocratise l'accès au crédit, instaure le baromètre trimestriel de crédit à la consommation Algoan Index.

Travaillant pour de très grands établissements financiers sur l'octroi et la renégociation des crédits à la consommation à travers sa solution algorithmique s'appuyant sur l'open banking, Algoan dispose d'une base de 20 000 demandes en cours de crédit et de 2,5 millions de transactions présentent sur leurs comptes.

Algoan Index aborde 3 thématiques à travers les calculs de différents indices : 

  • L’adoption de l'open banking dans des contextes d'octroi de crédits (c.à.d. la proportion d'individus disposés à partager leurs informations bancaires sur des parcours d'octroi de crédits)
  • La qualité de crédit à l'octroi reflétée par la note de scoring d'Algoan Score (des candidats à l'emprunt)
  • La qualité de crédit à l'octroi à travers plusieurs métriques financières pertinentes : la trésorerie, les revenus, la gestion financière (usage du découvert bancaire) et l'existence ou non de fragilités financières (saisie, rejet de chèque…).

« C'est un baromètre unique sur le marché qui dispose d'indicateurs avancés pour tous les acteurs bancaires qui utilisent d'anciennes méthodes d'octroi de crédit basée sur du déclaratif. L'open banking permet de suivre quasi instantanément l'évolution financière des demandeurs, donc de bien mesurer son risque et de savoir octroyer ou non des crédits en parfaite connaissance de cause aussi bien pour le financeur que le demandeur », indique Paul Peyré, Co-Fondateur et Chief Risk & Data Officer.

 
Les grands enseignements du baromètre de mars 2021
 
1 - Une hausse marquée de l'adoption de l'open banking à l'octroi à partir du printemps 2020. Cette augmentation va de pair avec les changements d'habitude en matière de consommation et d'usage du digital observés à la même époque et liés à l'impact du contexte sanitaire sur la vie des français.

2 - Une dégradation de la qualité de crédit moyenne des candidats à l'emprunt au printemps 2020, à l'issue de la première période de confinement : baisse de la note Algoan Score moyenne, hausse des impayés, hausse des situations de découvert important, etc. Cette dégradation reflète les difficultés financières rencontrées par certains français depuis le début de la crise Covid (perte de revenus, chômage partiel ou total). 
Cette dégradation est en partie atténuée par des changements de comportements chez les personnes qui, préoccupées par le développement de la situation sanitaire, vont réduire certains postes de dépenses et modifier la structure de leurs achats. 
Cette dégradation laisse place, à partir de l'été 2020, à une amélioration lente dans le temps de la qualité de crédit moyenne des candidats à l'emprunt (cf. évolution de la note Algoan Score moyenne) qui, davantage qu'une amélioration de la situation économique des ménages français dans leur ensemble, reflète l'auto-censure vis-à-vis du crédit de certains ménages - fragiles ou exposés à la crise - qui préfèrent reporter leurs projets à des temps moins incertains et, par conséquent, ne contribuent pas dans Algoan Index. 
 
3 - Une alerte sur l'augmentation de la part des demandeurs de crédit qui sont en fortes fragilités financières avec incident grave (saisie, rejet de chèque) en hausse de 92%. L'évolution de ce chiffre montre que sans mesure corrective, le risque sur les portefeuilles de crédit à la consommation va doubler en 2021. Cet indice constitue un indicateur avancé de la dégradation.

 
Les indices observés mensuellement

Le nombre d'individus disposés à partager leurs informations bancaires à l'octroi par rapport au nombre d'individus ayant participé au début de la conversation 'procédure agrégation' a quasiment doublé depuis janvier 2020. Cette hausse s'explique par un double phénomène : 

  • Le changement, toujours source d'inquiétude, mais des français avec des agrégateurs de comptes qui voient le bénéfice de l'open banking : obtenir un crédit de manière plus simple en allégeant les démarches administratives et la vitesse de traitement de la demande
  • D’autre part la crise qui a encore plus digitalisé les relations bancaires. 

La proportion des individus ayant présenté au moins un incident grave (saisie, rejet de chèque, etc.) au cours des 3 derniers mois par rapport au nombre total d'individus par mois augmente fortement de 92% depuis décembre 2020. Malgré les aides gouvernementales qui ont amorti les effets de la crise Covid-19, il ressort de cet indice que l'impact de la crise commence à se retrouver dans les chiffres et que le risque pour les organismes prêteurs quasi double sans octroi via l'open banking. 

 

Lire la suite...


Articles en relation