Connexion
/ Inscription
Mon espace
Lectures
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Lecture] « Regards sur l’Epargne »

Pour sa 6ème édition, « Regards sur l’Épargne » se penche sur les conséquences de la crise sanitaire et des confinements sur le comportement des épargnants en 2020.


Crise sanitaire : épargne ou consommation ?

Qu’il s’agisse des ménages ou des entreprises, la situation sanitaire en 2020 a conduit les acteurs économiques à différents arbitrages en matière de consommation, d’épargne, d’investissement ou d’endettement.

Les ménages en France ont plus épargné pendant les deux premiers tri­mestres de l’année 2020 qu’à la même période en 2019. Entre mars et septembre, leur encours sur les dépôts à vue a augmenté de 65 Mds€.

C’est bien la crise sanitaire qui est à la source de cette augmentation de l’épargne des ménages. Les mesures d’urgence prises par l’État ont permis de soutenir le revenu disponible, certaines dépenses contraintes, comme le transport et la garde d’enfants, ont été réduites et les mesures sanitaires ont freiné la consommation.

Le surcroît d’épargne a été conservé pour l’essentiel dans les comptes courants et les livrets d’épargne, dont les encours ont augmenté respectivement de 56 et 35% entre mars et septembre 2020.

De leur côté, les entreprises ont eu fortement recours aux crédits bancaires, notamment en sollicitant des prêts garantis par l’État (PGE). L’encours des crédits aux entreprises a augmenté de 173 Mds€ entre mars et septembre 2020. Le niveau de leur trésorerie, contrairement à celui de leur endettement net, a augmenté du même montant. Si cette situation globale peut sembler plutôt favorable, celle des entreprises diffère fortement selon les secteurs d’activité.

« L’enjeu sera demain de transformer ce surcroît d’épargne en réserve de croissance. Pour y parvenir, le retour de la confiance sanitaire et économique constitue un prérequis indispensable : le risque est en effet sérieux que cet excédent d’épargne devienne une épargne de précaution, nourrie par une double crainte : celle d’un resserrement fiscal futur pour financer les déficits, et celle, bien sûr, de la montée du chômage », indique François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France.

Retrouvez dans ce numéro de « Regards sur l’Épargne » toutes les informations sur les effets de la crise sanitaire sur l’épargne des ménages et des entreprises, en France, mais aussi en Europe.

Lire la suite...


Articles en relation