Connexion
/ Inscription
Mon espace

Inde : l’occasion manquée du Budget 2013-2014

ABONNÉS

Par Avinash Vazirani, gérant du fonds ‘Jupiter GF India Select’ chez Jupiter AM

Avec en ligne de mire les élections nationales de 2014, le gouvernement indien a annoncé un budget populiste, destiné à lui assurer le soutien de son électorat rural, en reportant les réformes structurelles plus radicales à plus tard. 

Il y a bien une forte hausse du financement du développement rural et du budget agricole, mais les mesures vouées à favoriser la croissance domestique et les investissements étrangers dans le pays sont rares. Le Ministre des Finances indien, P. Chidambaram, aurait pu se servir de ce budget pour rendre l’investissement en actions domestiques plus attractif pour les investisseurs indiens, traditionnellement enclins à leur préférer les obligations. Il est en effet difficile pour les actions d’être compétitives quand les obligations émises par des entreprises publiques indiennes offrent un rendement de près de 8% et exonéré d’impôts.

Il y a cependant eu quelques annonces positives, parmi lesquelles une baisse de la taxe sur les transactions des ETF (Exchange-Traded Funds) pour encourager l’investissement des fonds de pension indiens et l’introduction d’une prime de 15% pour stimuler les investissements industriels.

En dehors du budget, le développement le plus encourageant pour l’économie indienne reste le lancement du plan de versements directs (Direct Benefit Transfer) qui prévoit des subventions gouvernementales versées directement sur les comptes bancaires des bénéficiaires ; ces comptes sont associés à des numéros d’identification biométriques uniques attribués par les autorités.
De retour d’un voyage en Inde, j’ai pu constater les files de gens attendant patiemment de recevoir leur numéro d’identification biométrique. Ce plan permet d’éviter le recours à des organismes privés qui prélèvent souvent un pourcentage de la subvention avant de la verser à son bénéficiaire désigné. Cela implique que plus d’argent va dans les mains de ceux ayant la plus forte propension et le plus grand besoin de le dépenser.

Le secteur des biens de consommation devrait bénéficier de cet excédent de liquidité. Sur les 5 dernières années, mon exposition à ce secteur dans mon fonds Jupiter GF India Select (Sicav) reflète cet excédent dont il devrait bénéficier.
Je reste positif sur les perspectives de l’économie indienne. Le gouvernement actuel a fait du bon travail en réduisant le déficit fiscal à 5,2% du PIB cette année et nous pensons qu’il peut atteindre son nouvel objectif, annoncé dans le récent budget, d’un déficit de 4,8% d’ici 12 mois, à compter du 1 avril, et ce, malgré la hausse prévue de 16% des dépenses publiques.

Même avec un gouvernement dont l’objectif principal reste de réduire le déficit, je continue de penser que l’économie du pays peut croître de 6% cette année, une amélioration par rapport au 12 derniers mois et de manière significativement plus élevée que la croissance d’autres parties du monde.

A propos du fonds Jupiter GF India Select. La valeur de votre investissement et les revenus que vous pouvez en retirer peuvent aussi bien augmenter que baisser, ils peuvent être affectés par des variations de taux de change, et vous pourriez ne pas pouvoir retrouver les montants investis. Les performances passées ne sont pas des indicateurs fiables des performances courantes ou futures.
Le fonds sera investi sur une seule zone géographique, qui est en voie de développement et est donc sujette à un plus grand risque de volatilité. Les rendements peuvent également être affectés par des changements politiques, législatifs, réglementaires et fiscaux. Il est donc particulièrement recommandé de lire les avertissements concernant les risques spécifiques à ce Fonds qui se trouvent dans le Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI). Ce fonds peut investir plus de 35% de sa valeur dans des titres émis ou garantis par les états membres de l’Espace Economique Européen. Le DICI et le Prospectus sont disponibles sur demande chez Jupiter. Le DICI est disponible sur demande chez Jupiter en anglais, néerlandais, finnois, suédois, portugais, français et allemand.

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Français lisent toujours en 2019, avant tout pour le plaisir

Le Centre national du livre (CNL) a rendu publics les résultats de la 3ème édition de son baromètre bisannuel « Les Français et la lecture », conduit par Ipsos. Confié à cet Institut en 2015 par Vincent Monadé, président du CNL, la mise en œuvre de ce baromètre bisannuel porte sur un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française des 15 ans et plus, interrogé par téléphone. Objectifs de ce baromètre :- suivre l'évolution des pratiques et des perceptions des Français...

BE - Culture & Société
ABONNES
La consommation responsable plebiscitée par les Français ?

En parallèle du baromètre européen de la consommation 2019 dévoilé récemment par L'Observatoire Cetelem, les zOOms de L'Observatoire Cetelem interrogent les Français sur leurs comportements de consommation : responsabilité, pouvoir d'achat, quel équilibrage ? Comment les Français voient-ils leur consommation évoluer, et quels sont - ou seraient - selon eux les impacts d'une consommation plus responsable sur leur quotidien ? - La consommation responsable, une consommation mieux maîtrisée… La...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...