Connexion
/ Inscription
Mon espace
Entrepreneuriat
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Les hommes malheureux si leurs femmes gagnent plus qu'eux 

Une nouvelle recherche menée par la sociologue Vanessa Gash de la « City University of London » étudie l’impact de l'écart de rémunération au sein du couple.

Cette recherche, publiée dans la revue Work, Employment and Society, se concentre sur le rôle des dynamiques interpersonnelles dans le maintien de l'écart de rémunération entre partenaires. Les universitaires se penchent sur les implications de l'écart de rémunération entre les femmes et les hommes sur le bien-être psychologique de ces derniers. 

Les chercheuses de la « City University of London » ont analysé un échantillon de 40 000 ménages britanniques sur la période allant du 2009 au 2017, en s’appuyant sur la base de données du panel « UK Household Longitudinal Study » (Étude longitudinale sur les ménages britanniques). 

L’étude montre que les hommes britanniques reçoivent un coup de pouce psychologique lorsqu’ils obtiennent une augmentation de salaire permettant de creuser l’écart entre leur salaire et celui de leur femme. Mais dans la situation inversée, les femmes ne ressentent pas la même chose : leur sentiment de bien-être personnel reste constant suite à une augmentation de leur salaire.  

Plus généralement, les hommes se sentent malheureux si leurs femmes gagnent plus qu'eux. Les maris ayant un revenu plus faible que leurs femmes déclarent une satisfaction dans la vie bien moindre que les hommes ayant un revenu plus élevé ou égal à celui de leurs épouses, alors que de telles différences n'ont pas été constatées concernant les femmes.

L’étude offre des preuves convaincantes du rôle des normes sexospécifiques sur le maintien de l'écart de rémunération entre partenaires : les hommes gagnant un "dividende psychologique" grâce aux récentes augmentations des revenus proportionnels du ménage, et une "pénalité psychologique" lorsqu'ils sont dépassés par leurs partenaires féminines.

« Ces résultats suggèrent que l'écart de rémunération entre les partenaires est soutenu par les normes du modèle traditionnel dans lequel l’homme est le principal apporteur de revenu du ménage », souligne Vanessa Gash, auteur principal de l’étude et chef adjoint du département de sociologie de la « City University of London ». Nous avons constaté que les hommes souffraient lorsqu'ils gagnaient moins que leurs femmes, alors que le bien-être subjectif des femmes ne semblait pas être affecté par le fait qu'elles étaient moins bien rémunérées que leurs maris. Cette tendance s'est révélée robuste à de multiples tests », conclut-elle. 

Lire la suite...


Articles en relation