Connexion
/ Inscription
Mon espace
BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Grand Est : des prix immobiliers toujours en hausse !

Au début de cette année, les prix de l’immobilier du Grand Est continuaient leur ascension.
-
Qu’en est-il aujourd’hui ?
- La crise du Covid-19 a-t-elle eu un impact significatif sur le marché immobilier de la région ?
- À quoi faut-il s’attendre pour le dernier trimestre de l’année 2020 ?


Quelques éléments de réponse avec
Drimki, pionnier de l'estimation immobilière sur internet en France.

Sur 1 an, 9% d’augmentation du prix au m² 

Alors que certains spécialistes tablaient sur une baisse des prix immobiliers en raison de la crise sanitaire, il n’en est rien en région Grand Est. En effet, le regroupement des anciennes régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine enregistrait en août 2020 une augmentation annuelle moyenne de 9% sur ses prix immobiliers ! Le constat est donc plus que positif pour les vendeurs et les professionnels du secteur !
Tandis qu’un futur acquéreur devait débourser en moyenne 2 086€ le m² pour acheter un logement en janvier, ce chiffre s’élevait à 2 202€ le mois dernier. Sur 24 mois, cette hausse est d’autant plus impressionnante pour les villes de Nancy et Metz (+17%) ainsi que pour Mulhouse (+19%). Strasbourg enregistre à elle seule, une augmentation de 42% sur ses prix immobiliers entre août 2018 et août 2020 !

Le confinement n’aura donc eu que très peu d’impact sur le marché immobilier du Grand Est. En témoigne également les diverses augmentations relevées sur les prix immobiliers entre les mois de mars et avril 2020, c’est-à-dire, pendant le confinement (+12% pour Charleville-Mézières, +36% pour Thionville ou encore +20% pour Metz).


Prix moyen du m²

Ville

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Charleville-Mézières

1265

1416

1469

1344

1255

1307

Troyes

1724

1655

1726

1687

1695

1843

Reims

NC

2555

2550

2577

2608

2531

Châlons en Champagne

1532

1705

1539

1487

1580

1516

Nancy

2350

2388

2285

2286

2343

2311

Metz

2215

2663

2306

2447

2358

2308

Thionville

2346

3187

2436

2544

2820

2497

Strasbourg

3798

4224

3843

3696

3804

3571

Mulhouse

1700

1623

1729

1640

1563

1600

Colmar

2397

2566

2321

2767

2410

2531

 

Une offre ralentie durant le confinement

L’augmentation des prix de l’immobilier durant le confinement s’explique notamment par une raréfaction de l’offre dans la région Grand Est. Ainsi, entre le mois de mars et avril 2020, le nombre d’annonces immobilières émises sur les portails a rapidement dégringolé ! De 12 annonces en moins pour Thionville, en passant par -56 pour Troyes et jusqu’à -198 pour Mulhouse, ce phénomène n’aura heureusement pas perduré !

Revenu à la normale à la suite du déconfinement, le nombre d’annonces immobilières en ligne a même augmenté par rapport à l’année dernière ! En août 2020, les personnes vendant un bien immobilier dans une des principales villes du Grand Est, étaient, en effet, plus importantes que l’année précédente (à l’exception de la ville de Charleville-Mézières).

 

Nombre d’annonces immobilières mensuelles

Ville

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Charleville-Mézières

83

38

119

159

137

101

Troyes

128

72

247

419

321

222

Reims

NC

17

606

827

729

494

Châlons en Champagne

85

30

109

196

169

114

Nancy

237

85

410

519

398

311

Metz

190

102

292

447

375

314

Thionville

80

68

121

163

175

132

Strasbourg

382

193

660

738

559

416

Mulhouse

318

120

622

762

602

650

Colmar

102

65

175

282

249

215

Une tendance confirmée via la 4ème vague de l'indicateur Drimki/BVA réalisée sur le mois d'août 2020*. En effet, le déconfinement n’a pas impacté les projets immobiliers des Français plus que de raison : 1 Français sur 6 a un projet immobilier dans les 12 prochains mois, un chiffre relativement stable depuis la fin du confinement.


*Méthodologie : Echantillon de 900 personnes âgées de 25 ans et plus, issues d'un échantillon global de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, CSP de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération.

Lire la suite...


Articles en relation