Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de gestion] l'accord européen / par M&G Investments

Par Wolfgang Bauer, Gérant obligataire chez M&G Investments

À première vue, la conclusion d'un accord sur le plan de relance de l'UE est une réussite remarquable. L'accord conclu entre les dirigeants européens sur un programme de 750 milliards d'euros, qui combine des emprunts communs au niveau de la Commission européenne et l'octroi de subventions directes, est allé bien au-delà de ce que la plupart des observateurs avaient jugé possible il y a encore quelques mois.

Cependant, peu de chances que nous ayons été témoins d’un "moment hamiltonien" en Europe. Ce douloureux marathon de négociations a révélé à quel point l'UE est divisée en matière d'intégration fiscale. Les "quatre frugaux" - l'Autriche, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark - n'ont accepté la proposition qu'après augmentation de leurs rabais budgétaires européens respectifs. C’est un fait majeur qui démontre que ce compromis est - au moins en partie - fondé sur une incitation ponctuelle pour certains pays qui ne peut être répétée indéfiniment. En outre, si la chancelière Merkel a été l'une des figures de proue du fonds de relance de l'UE - défendant la proposition au sein même de son propre parti et de son gouvernement - il est fort probable que son successeur, quel qu'il soit, se révèle nettement moins favorable et puisse rapprocher l'Allemagne des quatre pays les plus frugaux, rendant ainsi toute nouvelle avancée vers l'intégration fiscale européenne encore plus difficile à l'avenir.

 

 

Lire la suite...


Articles en relation