Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Un baromètre post-Covid sur la santé des TPE

Alors que le 2 juin se poursuivait la réouverture d'un certain nombre de commerces avec notamment les cafés, bars et restaurants, le Syndicat des indépendants - représentant les dirigeants de TPE, commerçants, et artisans en Francelance un « baromètre post-Covid » afin de dresser un tableau général sur la santé des entreprises de moins de 19 salariés.

Imaginé dans le contexte de la crise sanitaire, ce baromètre aura vocation à évaluer régulièrement différents indicateurs de l'état de santé du commerce, de l'artisanat, des activités libérales et plus généralement des TPE (niveau de l'activité, capacités à assumer les charges reportées, évaluation de la pertinence des aides apportées, licenciements, niveau de soutien bancaire, etc.) pour observer la reprise de l'activité et les perspectives pour l'avenir de ces 2,1 millions d'entreprises et leurs 4 millions de salariés. 
 
Parmi les premières tendances observées pour le mois de mai, on note des chiffres inquiétants :

  • 64% des sondés observent une certaine anxiété depuis le déconfinement qui pourrait être un frein à la consommation
  • 44% des chefs d'entreprise envisageraient de procéder à des licenciements économiques, soit 630 000 emplois menacés de disparaitre si des mesures urgentes de soutien aux TPE ne sont pas menées (des chiffres qui seraient par ailleurs confirmés par Bercy)
  • 1/3 des chefs d'entreprise ne s'estiment pas en capacité de poursuivre leur activité sur le long terme

Ainsi, même si la réactivité du gouvernement à l'égard des TPE a été saluée (60%), l'inquiétude demeure pour l'avenir. 

Afin d'endiguer la vague de faillites et de licenciements qui s'annonce au sein des TPE, le SDI formule plusieurs propositions à l'attention du gouvernement :

  • L'annulation des charges sociales personnelles du chef d'entreprise pour la période Mars -Avril 2020.
  • L'accompagnement des TPE dans le maintien de l'emploi de leurs salariés, y compris dans un dispositif alternatif au chômage partiel, toutefois non limité aux seuls « secteurs d'activité durablement touchés ».
  • Le maintien de l'accès au fonds de solidarité volet 1 en l'état jusqu'à la fin de l'année 2020.
  • La suppression de la condition liée au refus préalable d'un PGE pour l'accès au fonds de solidarité volet 2.
  • La reconnaissance de la force majeure au niveau des baux commerciaux sur la période de fermeture des établissements recevant du public afin de reporter en fin de bail le paiement des loyers suspendu.
  • L'extension de la suppression des charges patronales sur les salaires jusqu'en août 2020, ainsi qu'aux entreprises de moins de 21 salariés.
  • L'extension à l'écosystème de fournisseurs et sous-traitants attachés des dispositifs appliqués au secteur CHR.

Lire la suite...


Articles en relation