Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Déconfinement : éviter faillites et licenciements au sein des TPE

Dans le prolongement des annonces du Premier Ministre quant au lancement le 2 juin de la phase 2 du déconfinement, le Syndicat des indépendants (SDI) se félicite notamment de la réouverture anticipée des CHR.

« Toutefois, au regard des premiers éléments recueillis depuis le 11 mai auprès des TPE et commerces de proximité de nouveau en capacité d'accueillir du public, des mesures d'urgence gouvernementales restent encore nécessaires pour contenir une vague de faillites et de licenciements ! », avertit Marc Sanchez, Secrétaire Général du SDI.

L'étape 2 du déconfinement présentée jeudi soir par le Premier Ministre est une bonne nouvelle pour l'ensemble des entreprises commerciales et artisanales.
Ces dernières sont impatientes de retrouver leur clientèle… dans des conditions sanitaires qui laissent cependant planer un doute majeur sur leur capacité à assurer la rentabilité de leurs activités.

Au regard de ces éléments, force est de constater une faible reprise de la consommation insusceptible en l'état de rétablir à brève échéance une trésorerie déjà exsangue. Nombreux sont les professionnels qui expriment l'impossibilité de poursuivre leur exploitation.

Il est donc d'une urgence extrême, en vue d'éviter une vague de faillites et de licenciements, que le gouvernement, au-delà des effets de déclaration, prenne immédiatement 3 mesures cardinales pour l'ensemble des TPE :

  • La suppression des charges URSSAF personnelles du chef d'entreprise jusqu'au 31/08/2020 (charges ex-RSI)
  • Le prolongement du fonds de solidarité jusqu'à la fin de l'année
  • Le maintien en l'état du dispositif de chômage partiel (qui pourrait être aménagé à partir du mois de septembre comme c'est l'intention du Ministère du Travail)

« Cet engagement, cette-fois ci concret et durable de l'État auprès de nos entreprises sera alors le seul rempart pouvant, à moyen terme, endiguer la vague massive de faillites et de licenciements qui arrive droit sur nous. Sans entreprises pour les embaucher ou les conserver, il n'y a pas de salariés ! C'est de cette évidence que le gouvernement devra, dans les prochaines semaines, prendre totalement conscience », conclut Marc Sanchez.

Lire la suite...


Articles en relation