Connexion
/ Inscription
Mon espace
BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Des taux de crédit immobilier stables, et cela dure !

Les taux de crédit seraient-ils imperturbables ?

C’est en tout cas ce que démontre le baromètre des taux de crédit immobilier d’Empruntis dans l’ensemble des régions de l’Hexagone. Il est vrai que depuis plusieurs mois, les banques font globalement le statu quo sur leurs barèmes. Seul un petit nombre d’entre elles nous présente des barèmes de taux en mouvement.

Si nous assistons toujours à une stagnation, cela ne reflète pas un mouvement de fond : la complexification des barèmes bancaires. En effet, plusieurs de nos partenaires continuent de complexifier leurs barèmes. Les jeunes « prometteurs » ont plus que jamais la cote chez les banquiers. Et surtout, au-delà des barèmes et comme nous l’annoncions déjà il y a plusieurs mois, les décotes sont nombreuses. Il n’est pas rare de voir des remises jusqu’à 60 ou 70 centimes sur le barème initial, pour peu que le profil de l’emprunteur intéresse la banque.

Selon Cécile Roquelaure, Directrice des études et de la communication d’Empruntis : « Oui, il y a toujours d‘importantes décotes. Les établissements bancaires veulent commencer l’année  ‘sur de bonnes bases’. La stratégie de conquête passe par la personnalisation. L’objectif des banques : proposer une panoplie d’offres afin de s’adapter aux différents profils d’emprunteurs, afin de proposer les meilleures conditions aux profils qu’elles souhaitent attirer. Les conditions d’emprunt restent donc idéales. Heureusement car l’offre de biens et son prix contraignent fortement les emprunteurs. Et cela ne devrait pas s’arranger en matière d’offres. Les acteurs de la construction ont tiré la sonnette d’alarme : les ventes de maisons neuves ont reculé de 11,3% en 2018 selon les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment qui prévoient une relative stagnation en 2019 (entre -3 et +3% de ventes selon leurs estimations) en raison, entre autres, du maintien du Prêt à taux zéro. Reste à espérer que les prix de l’immobilier dans l’ancien arrêtent de flamber dans les grandes métropoles pour avoir une année 2019 à l’image de ses dernières semaines : un marché immobilier dynamique bien que moins porteur que les années précédentes. »

L’évolution des taux en régions ici.

 

Lire la suite...


Articles en relation