Connexion
/ Inscription
Mon espace

32% des jeunes ménages modestes étaient propriétaires en 1973, ils sont seulement 16% en 2013.

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

"Les Français et le Logement"

Didier KLING, Président de la Chambre Nationale des Conseils Experts en Immobilier Patrimonial (CNCEIP), réagit aux dernières tendances publiées par l’INSEE  

L'étude sur le Logement en France et son marché économique publiée par l'INSEE, révèle que ce cette classe d'actifs est le “bien capital” dans tous les sens du terme pour les ménages, en même temps bien de consommation par le flux de services qu'il prodigue et élément constitutif essentiel du patrimoine pour les propriétaires Capital aussi, car représentant plus qu'un quart des dépenses de consommation des ménages en France. C'est enfin un paramètre important pour de nombreux locataires qui influence les choix de localisation, la mobilité, les choix d'épargne.

Par ailleurs, le logement est un marché qui, à l'instar de la consommation, réagit à de nombreux facteurs qui influence son dynamisme ou le refreine : changements des conditions de crédit, des taux d'intérêt, des anticipations de revenus ou encore des facteurs démographiques.
Ainsi, on apprend que la propension à consommer le patrimoine financier est similaire en France, aux États-Unis ou au Royaume-Uni, mais qu’elle est plus faible et même négative pour le patrimoine immobilier. En effet, en France, une hausse des prix immobiliers conduit les ménages non propriétaires à économiser plus pour constituer un apport personnel ou en prévision de loyers plus élevés.


L'empilement réglementaire néfaste au marché

L'étude INSEE confirme également ce que la future loi ELAN va résoudre. L'empilement réglementaire dans le domaine immobilier a provoqué une hausse du prix du foncier qui pèse sur le coût de production des logements neufs. En effet, entre 1998 et 2006, la valeur agrégée des terrains bâtis passait de 45 à 260% du PIB en France. Plus les permis de construire sont délivrés rapidement et facilement, plus le marché arrive à se détendre. Une hausse de 1% du nombre de permis délivrés entraîne une baisse modérée du prix des terrains de 0.3% en moyenne.

Enfin, l'étude permet de constater que les jeunes désirent de moins en moins être propriétaires ou sont confrontés à des difficultés qui nous revient de résoudre pour les inciter à se constituer un patrimoine. Parmi les jeunes ménages, 25 à 44 ans, les inégalités d'accès à la propriété et de montant de patrimoine immobilier acquis, se sont accrues entre les plus modestes et les plus aisés au cours des 40 dernières années. Selon les enquêtes Logement Insee

Au-delà du prix de l'immobilier, du taux d'intérêt, de la durée des prêts accordés, une décomposition des évolutions du taux de propriétaires  met en évidence le rôle de l'évolution des structures familiales. Il est observé une proportion croissante de familles monoparentales, une baisse de la part des couples avec enfants parmi les plus modestes et une forte diminution de la petite propriété rurale.

L'aide de la famille - dons, héritages et autres formes - joue également un rôle important dans les années 2000 : 4 propriétaires récents sur 10 en ont bénéficié, 2 sur 10 recevant même une aide financière directe pour l'achat. Ces aides ont augmenté de manière importante parmi les ménages aisés au cours des années 2000, contribuant à accroître l'écart avec la part de propriétaires parmi les plus modestes.


L’intégralité de l'étude INSEE est à lire ici

www.cncef.org/cnceip/


Lire la suite...


Articles en relation

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Crédit immobilier : une forte demande portée par les primo-accédants

La météo des taux de Cafpi donne un aperçu des nouveaux barèmes des banques reçus en novembre. Ces taux sont proposés par Cafpi à sa clientèle en ce début de mois. Les taux bas ont marqué un retour d'activité, avec une hausse de la nouvelle demande : +10% entre octobre 2017 et octobre 2018 chez Cafpi. « Le 2e semestre 2018 sera nettement meilleur que celui de 2017, indique Laurent Desmas, Président du Directoire de Cafpi. Cette hausse d'activité devrait compenser les mauvaises performances du...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Location meublée à Paris : fréquentation des Européens et des séjours professionnels en hausse

A Paris, les prix des logements loués en meublé connaissent une légère hausse au cours du 2ème trimestre de l'année : 37,77€ / m² / mois en moyenne, soit +1,5% par rapport à la même période en 2017. Tandis que l'Observatoire Clameur affiche une baisse des loyers de l'ensemble du marché locatif parisien de -0,6%, la location meublée tire son épingle du jeu. Lodgis note cependant une légère diminution des prix dans le centre de Paris : cette tendance peut s'expliquer par le fait que les...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Loi Denormandie : jusqu' à 90% des annonces éligibles dans les villes concernées

Afin d'augmenter l'offre des logements dans les villes moyennes, le ministre en charge du Logement, Julien Denormandie, met en place un nouveau dispositif fiscal. Objectif principal de cette loi : inciter les investisseurs immobiliers à rénover des logements anciens dans les centres villes où les habitations sont vides (vacants) ou en mauvais état, avant de les mettre en location. Le nombre de logements éligibles au dispositif est énorme : au total, sur les 222 villes moyennes concernées par le...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
65%, c’est la proportion de ménages...

... ayant fait l'acquisition d'un logement après 1 an de recherche. Deux tiers des ménages ont fait l'acquisition d'un logement après 1 an de recherche, tandis que, 27% sont toujours en recherche et 8% ont abandonné. C'est en Ile-de-France que la proportion de ménages ayant réalisé l'acquisition de leur logement est la plus forte à 68%. Ces chiffres sont extraits de la 5ème édition de l'étude du Crédit Foncier consacrée au parcours d'acquisition de la résidence principale, publiée en juillet...