Connexion
/ Inscription
Mon espace

CAC 40 : vers les 100 Mds€ de profits en 2018

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le 1er semestre de l’année 2018 traduit une bonne santé des entreprises du CAC40 : leur CA connait une croissance significative de +7,7% par rapport au 1er semestre 2017 (+4,7%) et ce, quelles que soient les zones géographiques. Leurs bénéfices sont quasi stables (-1,6%).Ces résultats  augurent une année 2018 prometteuse où les profits pourraient dépasser les 100 Mds€ si la tendance se confirme et hors impact d’éléments non récurrents sur la rentabilité nette des groupes du CAC40.


Telle est la conclusion tirée par les experts de PwC, qui ont analysé les résultats des sociétés du CAC 40 à la mi-année.

Le CA des 40 sociétés du périmètre étudié par PwC a augmenté de 7,7% au 1er semestre 2018 (vs 4,7% au S1 2017, à périmètre et taux de change constants si données disponibles), pour s’établir à 655 436 Mds€.

L’ensemble des 10 secteurs connaît une période de croissance positive, y compris les entreprises du secteur Sociétés financières dont la croissance était en recul de -0,6% au 1er semestre 2017. Cette tendance est principalement due à la Société Générale (+1,1M€ soit +9,2% de CA), notamment grâce à l’activité Banque de Détail. Par ailleurs, AXA réalise ce semestre une hausse de CA de +1,6M€.

Le secteur Pétrole et gaz affiche ce semestre la croissance la plus forte du CA, observée en juin 2018 à +22,6% contre +10,8% fin juin 2017. Ces chiffres sont principalement dus à la forte croissance de Total (+17,4M€ soit +26%) qui bénéficie de la hausse conséquente du cours du pétrole. Cette forte croissance lui permet de passer devant le secteur Matériaux de base, en tête au 1er semestre 2017 et qui connaît ce semestre une croissance de +13,6% (vs 13,1% au S1 2017).

Il est suivi du secteur Biens de consommation avec une croissance de +10,3% (vs 7,3% au S1 2017). Cette hausse est tirée par trois acteurs principaux qui sont PSA Groupe (+7,2M€ de CA, soit une augmentation de 22,9%), LVMH (+2,3M€ de CA, soit une augmentation de 12%) et Groupe Renault (+1,9M€ de CA, soit une augmentation de 6,8%). Pour les groupes PSA et Renault, cette croissance résulte de l’amélioration de leur efficacité opérationnelle et « mix produit / mix pays ». Quant à LVMH, l’embellie s’explique par la croissance de l’ensemble de ses activités (chiffres à taux de change constant).

« Les résultats sont bons ce semestre et les entreprises du CAC 40 ne semblent pas impactées par un contexte géopolitique assez instable. À date, on ne voit pas d’effet Brexit, ni de répercussions des mesures protectionnistes américaines mises en place par le gouvernement Américain. Si le second semestre confirme ces tendances, tout porte à croire que le CAC40 atteigne voire dépasse les 100 milliards de profits en 2018 », analyse Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.


Les bénéfices des sociétés du CAC 40 stables (-1,6%) par rapport au 1er semestre 2017

Le résultat net part du groupe des sociétés du CAC 40 du périmètre étudié par PwC est stable (-1,6%) au 1er semestre 2018 (vs 1er semestre 2017, à périmètre et taux de change constants) pour s’établir à 49 971 Mds€. Le résultat net part du groupe global des sociétés du CAC 40 diminue légèrement de 822M€ au global. La croissance des bénéfices des sociétés du CAC40 est néanmoins moins fulgurante qu’au 1er semestre 2017 (+24,5%).

Sur les 40 sociétés analysées, les experts PwC notent que :
- 28 sociétés ont un résultat net (part groupe) en hausse
- 12 sociétés enregistrent une diminution de leur résultat net part du groupe notamment Sanofi (-5,0M€), Safran (-2,8M€), AIRBUS (-0,6M€).

Les seules baisses de résultat net part du groupe de Sanofi et Safran contribuent à faire baisser la rentabilité nette à hauteur de -7,8M€ du fait de l’impact d’éléments non récurrents (dépréciation d’actifs et coûts de restructuration notamment). Les experts PwC notent que la progression du résultat net groupe du CAC 40 serait de l’ordre de 14% hors impact de ces 2 sociétés.

A noter que le secteur santé accuse une baisse de -69,2% par rapport au 1er semestre 2017, et les belles performances du groupe Accor (+2,2M€) et Kering (+1,5M€), qui constituent des acteurs clés de la croissance du secteur Services aux consommateurs.

« Le premier semestre 2018 semble plus mitigé s’agissant des bénéfices des sociétés du CAC40. En effet, un certain nombre de sociétés a subi la hausse du prix des matières premières, ce qui impacte les marges et quelques-unes ont comptabilisé des charges de dépréciation et/ou de restructurations importantes.  La croissance des résultats est donc moins forte par rapport à l’an dernier », précise Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.

www.pwc.fr/

Lire la suite...


Articles en relation

Le cycle de resserrement de la Fed fait, comme d'habitude, quelques victimes....
ER - Analyses de marchés
Le cycle de resserrement de la Fed fait, comme d'habitude, quelques victimes....

Il convient de rester vigilant vis-à-vis de ces acteurs - tant des entreprises que des États - surendettés sur les marchés qui dépendent d'un financement facile et bon marché.  Fabrizio Quirighetti, CIO & Co-Responsable de l'équipe Multi-Asset de SYZ AM, commente la crise turque. Dans le contexte de la chute de la livre turque, la dette émergente en devise locale est évidemment la classe d'actifs la plus à risque, mais aux prix actuels, en partant du principe que son exposition n'est pas...

Actions américaines : au-delà du mur des inquiétudes
ER - Analyses de marchés
Actions américaines : au-delà du mur des inquiétudes

L'analyse de Jeff Schulze, CFA, Stratégiste, Clearbridge Investments - Filiale de Legg Mason. Les tensions liées à la guerre commerciale pourraient détourner l'attention des investisseurs, mais le passé tend à indiquer que les marchés devraient progresser après les élections de mi-mandat, le tout dans un contexte marqué par de faibles risques de récession au début de la troisième année du mandat de Donald Trump. Le mur des inquiétudes éclipse des fondamentaux pourtant solides Si l'euphorie...

« Trois choses à savoir sur les marchés européens »
ER - Analyses de marchés
« Trois choses à savoir sur les marchés européens »

Par Tom Stubbe Olsen, Gérant du fonds Nordea 1 - European Value Fund. La guerre commerciale engagée par les Etats-Unis, la fin du quantitative easing de la BCE et les résultats trimestriels des entreprises, constituent 3 catalyseurs déterminants pour l'orientation des marchés boursiers européens. Les menaces américaines de guerre commerciale à leur paroxysme : une incidence sur les marchés européens. Après la réforme fiscale, une autre promesse électorale du président américain Donald Trump a...

Nominations Entreprises & Industries
BE - Entreprises & initiatives
Nominations Entreprises & Industries

Pascal Faure, nommé Directeur général de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) en Conseil des ministres, sur proposition du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire Ingénieur général des mines, diplômé de l'École polytechnique et de l'École nationale supérieure des télécommunications, Pascal Faure était précédemment Directeur Général des Entreprises au Ministère de l'Economie et des Finances. Après avoir débuté sa carrière dans la R&D, Pascal Faure a occupé...

Epargnons Responsable / Le Bas de Laine d'Esteval - Tous nos articles Brique par Brique - Tous nos articles La Bulle des Entrepreneurs - Tous nos articles