Connexion
/ Inscription
Mon espace

CAC 40 : vers les 100 Mds€ de profits en 2018

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le 1er semestre de l’année 2018 traduit une bonne santé des entreprises du CAC40 : leur CA connait une croissance significative de +7,7% par rapport au 1er semestre 2017 (+4,7%) et ce, quelles que soient les zones géographiques. Leurs bénéfices sont quasi stables (-1,6%).Ces résultats  augurent une année 2018 prometteuse où les profits pourraient dépasser les 100 Mds€ si la tendance se confirme et hors impact d’éléments non récurrents sur la rentabilité nette des groupes du CAC40.


Telle est la conclusion tirée par les experts de PwC, qui ont analysé les résultats des sociétés du CAC 40 à la mi-année.

Le CA des 40 sociétés du périmètre étudié par PwC a augmenté de 7,7% au 1er semestre 2018 (vs 4,7% au S1 2017, à périmètre et taux de change constants si données disponibles), pour s’établir à 655 436 Mds€.

L’ensemble des 10 secteurs connaît une période de croissance positive, y compris les entreprises du secteur Sociétés financières dont la croissance était en recul de -0,6% au 1er semestre 2017. Cette tendance est principalement due à la Société Générale (+1,1M€ soit +9,2% de CA), notamment grâce à l’activité Banque de Détail. Par ailleurs, AXA réalise ce semestre une hausse de CA de +1,6M€.

Le secteur Pétrole et gaz affiche ce semestre la croissance la plus forte du CA, observée en juin 2018 à +22,6% contre +10,8% fin juin 2017. Ces chiffres sont principalement dus à la forte croissance de Total (+17,4M€ soit +26%) qui bénéficie de la hausse conséquente du cours du pétrole. Cette forte croissance lui permet de passer devant le secteur Matériaux de base, en tête au 1er semestre 2017 et qui connaît ce semestre une croissance de +13,6% (vs 13,1% au S1 2017).

Il est suivi du secteur Biens de consommation avec une croissance de +10,3% (vs 7,3% au S1 2017). Cette hausse est tirée par trois acteurs principaux qui sont PSA Groupe (+7,2M€ de CA, soit une augmentation de 22,9%), LVMH (+2,3M€ de CA, soit une augmentation de 12%) et Groupe Renault (+1,9M€ de CA, soit une augmentation de 6,8%). Pour les groupes PSA et Renault, cette croissance résulte de l’amélioration de leur efficacité opérationnelle et « mix produit / mix pays ». Quant à LVMH, l’embellie s’explique par la croissance de l’ensemble de ses activités (chiffres à taux de change constant).

« Les résultats sont bons ce semestre et les entreprises du CAC 40 ne semblent pas impactées par un contexte géopolitique assez instable. À date, on ne voit pas d’effet Brexit, ni de répercussions des mesures protectionnistes américaines mises en place par le gouvernement Américain. Si le second semestre confirme ces tendances, tout porte à croire que le CAC40 atteigne voire dépasse les 100 milliards de profits en 2018 », analyse Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.


Les bénéfices des sociétés du CAC 40 stables (-1,6%) par rapport au 1er semestre 2017

Le résultat net part du groupe des sociétés du CAC 40 du périmètre étudié par PwC est stable (-1,6%) au 1er semestre 2018 (vs 1er semestre 2017, à périmètre et taux de change constants) pour s’établir à 49 971 Mds€. Le résultat net part du groupe global des sociétés du CAC 40 diminue légèrement de 822M€ au global. La croissance des bénéfices des sociétés du CAC40 est néanmoins moins fulgurante qu’au 1er semestre 2017 (+24,5%).

Sur les 40 sociétés analysées, les experts PwC notent que :
- 28 sociétés ont un résultat net (part groupe) en hausse
- 12 sociétés enregistrent une diminution de leur résultat net part du groupe notamment Sanofi (-5,0M€), Safran (-2,8M€), AIRBUS (-0,6M€).

Les seules baisses de résultat net part du groupe de Sanofi et Safran contribuent à faire baisser la rentabilité nette à hauteur de -7,8M€ du fait de l’impact d’éléments non récurrents (dépréciation d’actifs et coûts de restructuration notamment). Les experts PwC notent que la progression du résultat net groupe du CAC 40 serait de l’ordre de 14% hors impact de ces 2 sociétés.

A noter que le secteur santé accuse une baisse de -69,2% par rapport au 1er semestre 2017, et les belles performances du groupe Accor (+2,2M€) et Kering (+1,5M€), qui constituent des acteurs clés de la croissance du secteur Services aux consommateurs.

« Le premier semestre 2018 semble plus mitigé s’agissant des bénéfices des sociétés du CAC40. En effet, un certain nombre de sociétés a subi la hausse du prix des matières premières, ce qui impacte les marges et quelques-unes ont comptabilisé des charges de dépréciation et/ou de restructurations importantes.  La croissance des résultats est donc moins forte par rapport à l’an dernier », précise Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.

www.pwc.fr/

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
En 2017, pour son 30ème anniversaire, le CAC 40 signe un exercice d’excellente facture !

À partir de l'analyse des chiffres publiés par les sociétés du CAC 40, Ricol Lasteyrie Corporate Finance, membre du réseau EY, publie pour la 12ème année consécutive le Profil financier du CAC40. Cette nouvelle édition dresse un bilan de l'année 2017. L'indice a connu un rebond significatif cette année avec une augmentation de +9% par rapport à 2016. Il reste cependant en dessous des niveaux connus en 2007. L'année 2017 est celle de la reprise de l'activité, et du retour des...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Europe : les introductions en bourse font une pause

Une chute de 20% par rapport à 2017 ! Les fonds levés par les IPO européennes, qui devraient avoisiner 36 Mds€ en 2018, accusent une baisse de près de 20% par rapport aux 45,1 Mds€ levés en 2017. Cette chute s'accompagne également d'un recul de 20% en volume. La baisse d'activité est la plus marquée sur BME et Borsa Italiana, de respectivement 80  et 65% en valeur. A Paris, le nombre d'introductions en bourse fin novembre 2018 est de 16 sur l'ensemble des marchés d'Euronext. Ce chiffre est en...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Marchés : vers davantage de sélectivité

Pour les économistes de Groupama AM, l'environnement macroéconomique devrait rester favorable à l'horizon des prochains trimestres. Le scénario central de Groupama AM est celui d'une normalisation de l'activité économique en 2019 avec une croissance en voie de décélération, anticipée à 2,5% aux Etats-Unis et 1,6% en zone euro. « Les observateurs s'interrogent légitimement sur la fin du cycle économique américain, après une décennie de croissance positive. Selon nous, l'enjeu n'est pas celui de...