Connexion
/ Inscription
Mon espace

Retraite, le départ à 65 ans s’impose dans l’opinion publique comme une nécessité

ABONNÉS

Publiée par le Cercle des Epargnants, la 11ème enquête sur les Français,l’Epargne et la Retraite, montre une inquiétude croissante des Français qui les incite au réalisme : aujourd’hui, 67% se déclarent inquiets en matière de retraite, soit le plus haut niveau enregistré depuis 2006. L’inquiétude concerne l’ensemble de la population mais elle augmente fortement chez les jeunes actifs de 25/34 ans avec un taux  de 77% et de très inquiets de 38%. Il n’est donc pas illogique que 56% placent parmi les priorités le financement de la retraite devant l’assurance-maladie à 43% et l’aide au logement à 26%.

Un réformisme pragmatique : 58% sont pour le changement contre 35% pour le statuquo en matière de système de retraite. Parmi les 58% qui veulent le changement, 32% seraient favorables à un régime par points et 26% à un système par points à la Suédoise qui prend en compte l’espérance de vie.

Si le report à 65 ans n’est pas réellement souhaité, il s’impose, en revanche, dans les esprits. Les ouvriers sont les seuls à juger cette mesure comme non nécessaire. Cette position est à mettre en parallèle avec la plus faible espérance de vie à la retraite des ouvriers.

Epargne : 52% épargnent en vue de la retraite, un taux en baisse de 5 points par rapport à 2012. En matière d’épargne retraite, les Français sont attachés à l’avantage fiscal à l’entrée à 54% contre 33% qui préfèrent au moment de la liquidation. La crainte d’un changement de législation explique certainement cette prise de position.

Les Français demeurent attachés aux régimes fiscaux du Livret A et de l’assurance-vie mais ils sont plus réservés pour ceux réservés à l’outre mer ou au cinéma. En revanche, l’alignement de la fiscalité de l’épargne sur celle des revenus du travail n’est pas accepté. 66% considèrent cette mesure comme « pas normale » contre seulement 29% qui la jugent « normale ».

Les Français gèrent de manière plus dynamique leur épargne. Si 49% des Français n’entendent pas modifier leur comportement en matière d’épargne, 19% souhaitent puiser dans leur capital (14% en 2010 ; 18% en 2012) et 31% souhaitent épargner davantage (23% en 2010 ; 29% en 2012).

L’immobilier perd son rang de meilleur placement au profit du Livret A. Le premier chute de 5 points, le second de 3. L’assurance-vie demeure en 3ème position.

L’assurance-vie conserve la confiance des épargnants. La décollecte en 2012 n’est pas liée à un mouvement de défiance : 87% des titulaires d’un contrat d’assurance-vie n’ont pas, en 2013, l’intention d’effectuer des retraits ; les plus tentés d’en réaliser un sont les personnes de plus de 65 ans qui disposent de contrats de plus de 8 ans et entendent bénéficier de l’avantage fiscal pour financer des dépenses exceptionnelles ou pour maintenir le niveau de vie.

Lire la suite...


Articles en relation