Connexion
/ Inscription
Mon espace

Projet de loi ELAN : la reconnaissance du titre d’agent immobilier ne doit pas exclure le contrôle par le CNTGI*

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Tribune de Jean-Marc Torrollion, Président de la FNAIM

Avec le projet de loi ELAN, les titres d’agent immobilier et d’administrateur de biens seront désormais protégés. Notre organisation professionnelle a appelé cette disposition de ses vœux. L’enjeu n’est pas tant de protéger les professionnels sous couvert de protéger leur titre, mais à l’inverse de les responsabiliser.

Quelle était la situation avant l’ELAN ? Les activités de transaction et de gestion immobilières étaient strictement règlementées, sans que la loi ne reconnaisse celles et ceux qui, répondant à tous les critères, étaient habilités à les exercer. Il était nécessaire et urgent de dénommer dans le texte même qui fixe les obligations et les droits des professionnels, les métiers associés à la vente, la location, la gestion locative et la gestion de copropriété

C’était une question de dignité bien sûr pour les femmes et les hommes qui ont choisi ces professions. C’était surtout une question de lisibilité et de conscience. La loi Hoguet a voulu que nul ne puisse s’entremettre au profit de clients sans attester de son aptitude - démontrée par l’expérience ou la formation -, de sa moralité - prouvée par la virginité du casier judiciaire -, et par la souscription d’une garantie pour les fonds détenus et d’une assurance en responsabilité civile professionnelle. A celui qui répond à ces critères, est délivrée par la Chambre de Commerce et d’Industrie locale une carte valant autorisation d’exercer. Le titulaire de cette carte peut désigner des délégataires salariés ou agents commerciaux, mais il reste le seul responsable du service apporté comme des erreurs commises. Désormais, les préposés du porteur de la carte ne pourront revendiquer ni le titre d’agent immobilier ni ceux de gestionnaire ou de syndic.

Vis-à-vis du consommateur, des associations qui le représente, protéger les titres revient à clarifier les différences de statut, non pour hiérarchiser ni stigmatiser, mais pour identifier sans ambiguïté les professionnels qui doivent répondre de leurs actes. Pour la communauté professionnelle, le progrès est également d’importance : celles et ceux qui prétendent à l’honorabilité de titulaires de carte professionnelle prennent ainsi conscience de leurs engagements.

Au demeurant, cette évolution historique doit être prolongée par la refonte du Conseil national de la transaction et de la gestion immobilière, que le projet initial de loi ELAN affaiblit. Il est crucial que cette instance dispose d’une faculté de contrôle, en sorte de permettre à l’État de sanctionner les professionnels malmenant les obligations règlementaires ou déontologiques.

La future loi ELAN, que les sénateurs après les députés vont façonner, va donner aux agents immobiliers et aux administrateurs de biens une respectabilité nouvelle et une responsabilité majorée. Elle soutiendra les rapports sains et marqués par la confiance, entre les professionnels de l’immobilier et les ménages qu’ils servent.

*CNTGI : Conseil National de la Transaction et de la gestion immobilières

www.fnaim.fr/

 

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BB - Acteurs du secteur immobilier
ABONNES
Loi ELAN : la FNAIM décrypte les changements de la dernière loi logement

La FNAIM, qui a fortement contribué à la dernière loi ELAN, décrypte ses conséquences pour les porteurs de projets immobiliers. 1/ Le bail mobilité Assez simple, le dispositif « bail mobilité » devrait plaire aux locataires. La garantie associée à ce nouveau bail de courte durée est un dispositif public gratuit (Garantie Visale) : une opportunité qui peut intéresser les bailleurs. Il existe plusieurs cas de figure où instaurer ce bail peut rendre service aux propriétaires et...

BB - Acteurs du secteur immobilier
ABONNES
Loi ELAN : la FPI salue le consensus politique sur un projet de loi attendu

La Commission mixte paritaire réunie le 19 septembre sur le projet de loi ELAN a élaboré un texte que le Gouvernement soumettra rapidement aux deux assemblées pour un vote définitif. Le processus parlementaire achevé ouvrira la phase de rédaction des nombreux décrets d'application et ordonnances prévus dans le projet de loi. La FPI* se réjouit que le Parlement ait su dépasser les désaccords politiques pour lancer rapidement la mise en œuvre de dispositions dont certaines sont très attendues.*FPI...

BB - Acteurs du secteur immobilier
ABONNES
Loi ELAN : un réel consensus, mais tout reste à faire sur le logement locatif privé

La commission mixte paritaire, réunie mercredi 19 septembre sur le projet de loi ELAN est parvenue à un accord et a élaboré un texte que le Gouvernement devrait soumettre en octobre pour un vote solennel des deux assemblées, en vue de son adoption définitive. Premier constat, cette commission mixte paritaire est hélas revenue sur les courageuses dispositions qui avaient pour objectif de rééquilibrer la loi ALUR. Cela démontre le manque d'intérêt que porte le gouvernement au secteur locatif...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
[Tribune] Non à la financiarisation du logement

Alors que la loi ELAN est examinée à l'Assemblée Nationale, La CGL revient sur les principales mesures de cette loi et ses propositions pour une politique ambitieuse sur le logement. La CGL rappelle que le logement est un bien de première nécessité et non un bien de consommation courant. Vers la mise à mort du modèle du logement social La politique du logement social souffre du désengagement financier des pouvoirs publics, c'est pourquoi la CGL souhaite un retour de l'Etat et la création d'un...