Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les préoccupations des Français en matière de protection sociale

ABONNÉS

AG2R La Mondiale a mandaté Harris Interactive fin 2017 pour mener une étude afin de mieux connaître le niveau de préoccupation et d’information des Français sur les différents thèmes de la protection sociale. 

Réalisée dans le cadre de la création du dispositif « Mes questions pour demain », cette enquête apporte des éclairages aux questions que les Français se posent sur la santé, l’épargne, la retraite et la protection de leurs proches afin de leur permettre de prendre les bonnes décisions, accessible à tous via : www.mesquestionspourdemain.fr

 


Principaux résultats de l’étude 

1/ La protection sociale, une préoccupation qui croît avec l’âge

Les Français estiment que les préoccupations les plus importantes pour eux, parmi une quinzaine de thèmes proposés, sont la santé, que ce soit la leur ou celle de leurs proches et la situation financière, à hauteur de 50% chacune, devant les enfants (34%), l’épanouissement personnel (24%) et la vie familiale (24%). Les Français anticipent que les thèmes liés à la protection sociale vont devenir des enjeux de plus en plus importants pour eux à l’avenir. Si la moitié d’entre eux se disent préoccupés par leur santé aujourd’hui, 58% pensent qu’ils le seront dans 15 ans.
La tendance est la même en ce qui concerne :

- le risque de dépendance : 
 aujourd’hui : 22% -  dans 15 ans : 37%
- la retraite :  aujourd’hui : 20% - dans 15 ans : 32%

 


2/ La protection sociale, une préoccupation d’autant plus importante que le niveau d’information selon le sujet est perfectible

Pris individuellement, chacun des grands thèmes de la protection sociale apparaît comme un enjeu important dans la vie des Français. 83% d’entre eux se disent préoccupés par la santé (dont 32% très préoccupés), 72% par le risque de dépendance et la perte d’autonomie, 68% par la retraite et 67% par l’épargne. La retraite est un sujet qui inquiète particulièrement les travailleurs non-salariés (76%) et les chefs d’entreprise (82%).

On note par ailleurs un certain scepticisme concernant l’avenir de la protection sociale en France : si la majorité des Français estiment que leur système de protection sociale fonctionne bien aujourd’hui (70%), ils restent globalement peu confiants en ce qui concerne l’avenir de ce dernier (seulement 39%).
Cette préoccupation est peut-être partiellement liée au sentiment de ne pas maîtriser l’ensemble des connaissances nécessaires sur chacun des thèmes. En effet, 62% des Français déclarent bien connaître les solutions pour gérer leur épargne, et ce niveau tombe à 50% pour le fonctionnement du système de retraites et même 41% concernant les solutions pour faire face au risque de dépendance et de perte d’autonomie.


3/ L’importance d’être bien informé

Pour s’informer sur leur situation personnelle en termes de protection sociale, les personnes interrogées font confiance à la Sécurité sociale (73%), aux associations (67%), aux mutuelles et aux institutions de prévoyance (65%) ainsi qu’à leur entreprise (63%).

Au-delà des prérequis indispensables que sont notamment une information claire, fiable, personnalisée et complète, la plupart des Français souhaitent à la fois pouvoir échanger en direct avec un conseiller spécialisé (85%) et disposer de simulateurs en ligne leur permettant d’obtenir des réponses immédiates (84%).


4/ La retraite, un sujet d’inquiétude pour les actifs

Une minorité d’actifs se déclarent bien informés sur l’âge auquel ils pourront partir à la retraite (42%) et sur la façon dont celle-ci sera calculée (30%). Dans l’ensemble, ils craignent des situations qu’ils associent au passage à la retraite comme la baisse du niveau de vie (79%), le déclin de la santé (76%) et des capacités physiques et intellectuelles (74%) ou encore la dépendance (67%).


5/ L’épargne, une précaution avant tout

L’épargne répond avant tout à un objectif de précaution, qu’il s’agisse de faire des réserves en prévision de son avenir personnel (44%) ou d’anticiper des situations difficiles pour ses proches (36%). Le financement de projets particuliers (immobilier, équipements, dépenses de loisirs, etc.) ne vient que dans un second temps et la constitution d’un héritage pour ses proches ne concerne qu’une faible partie de la population (14%). 94% des Français estiment qu’il est nécessaire d’épargner pour sa retraite durant sa vie active et, pour beaucoup, il faudrait même commencer à le faire dès les premières années de sa vie professionnelle (44%).

Les Français n’ont pas le sentiment d’avoir un niveau d’expertise très élevé sur les différentes questions relatives à l’épargne. Si plus de la moitié d’entre eux se disent bien informés sur le rendement actuel de leur épargne (57%), le niveau de connaissance est plus faible en ce qui concerne d’autres dimensions. Ainsi, 46% se disent bien informés sur les solutions d’épargne visant à préparer leur avenir, 43% sur les meilleurs placements pour leur argent, les autres éléments (démarches relatives à la gestion d’un héritage et solutions financières pour aider ses proches en cas de difficultés) ne dépassant pas 40%.


6/ Complémentaire santé, une couverture jugée plutôt satisfaisante

Près de 9 Français sur 10 déclarent disposer aujourd’hui d’une complémentaire santé, auprès d’une mutuelle pour la grande majorité d’entre eux (72%). De manière générale, le niveau d’information en ce qui concerne la santé semble supérieur à ce qu’il peut être dans les autres domaines de la protection sociale. Ainsi, la plupart des personnes disposant d’une complémentaire santé estiment bien connaître le montant de leur cotisation à celle-ci (80%), considèrent qu’elles sont bien couvertes (75%) et qu’elles disposent de la couverture qui correspond le mieux à leurs besoins et à ceux de leur famille (73%).

www.ag2rlamondiale.fr

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...