Connexion
/ Inscription
Mon espace

Prix du chêne : les producteurs sortent à peine d’une situation de crise

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

 

Au milieu des années 1970 le mètre cube de chêne se vendait l’équivalent de 400€ - conversion en euros constants. Aujourd’hui le marché indique un prix moyen de 147€. L’aval de la filière bois s’alarme de la hausse des prix et accuse les forestiers de favoriser la concurrence étrangère - chinoise...

Pierre Aussedat, Expert en biens ruraux, Membre de la Chambre des Experts Immobiliers de France, apporte un éclairage appuyé sur des expériences de terrain.


La forêt privée n’est pas responsable des difficultés des industries de 1ère transformation
Ce ne sont pas les propriétaires forestiers qui fixent le prix du bois. Ils sont soumis au marché et c’est la pression de la demande qui génère une hausse des prix. La demande sur le chêne est croissante et c’est plutôt une bonne nouvelle pour l’ensemble de la filière car cela signifie société consomme du bois ! Mais encore faut-il que nos industries en France soient compétitives et équipées pour créer de la valeur ajoutée à partir de cette matière première. Les industriels demandent aux forestiers de s’adapter en permanence, faire des petits bois en résineux, mobiliser plus de chênes, arrêter l’export. Devons-nous rappeler que nos cycles de production sont très longs plus de 150 ans pour le chêne ? Ne serait-il pas plus logique que l’industriel s’adapte à la ressource disponible ?

Un manque d’adéquation offre / demande plus que de la concurrence déloyale
La concurrence chinoise participe probablement à la hausse des prix. Précisons ici un peu les choses : le chêne exporté vers la Chine correspond aux bois de plus faible qualité car les scieurs français ne souhaitent pas les transformer. Les bois de meilleure qualité restent majoritairement en France, mais pour parvenir à ce stade de maturité il faut des décennies et de nombreux travaux d’éclaircies, qui génèrent le fameux bois de moins bonne qualité, boudés par le marché français.

Le traumatisme de la tempête de 1999 encore présent
Le prix du bois a considérablement chuté avec la tempête de 1999 dont les dégâts restent encore très présents dans les esprits. « Tous les arbres étaient tombés par terre, il suffisait de se pencher pour les ramasser. A cette époque nous n’avons pas observé beaucoup de solidarité de la part des acheteurs de bois qui ont largement profité de cet afflux de matière sur le marché », regrette Pierre Aussedat. Les prix observés sur le marché aujourd’hui correspondent à une sortie de crise qui a duré plus de 10 ans. Il est donc naturel et de bon augure que les prix retrouvent leur stabilité pour assurer un revenu au producteur, vital pour assurer le renouvellement des forêts.


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...