Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’Ancienne sous-préfecture à Narbonne retrouve sa superbe

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

2 Facade imm.jpgLa société Financière Magellan, spécialiste des opérations de restauration d'immeubles dans le cadre de la Loi Malraux et des Monuments Historiques, et la Mairie de Narbonne ont annoncé la livraison de l’Ancienne sous-préfecture, un bâtiment emblématique.
En effet, ce magnifique Monument Historique, situé dans le Site Patrimonial Remarquable de Narbonne, a été livré le 28 juillet dernier, après 3 années de travaux. Il est l’une des 20 constructions répertoriées de Narbonne et est considéré comme une pièce majeure du patrimoine de la ville.
Sa restauration a été réalisée dans les règles de l’art et a mobilisé les talents et l’énergie de différents corps de métiers spécialisés et compagnons, qui ont tous contribué au niveau exceptionnel des prestations mises en oeuvre ; staffeur, peintre en décor, menuisier, maître verrier…
Elle a été encadrée par un architecte du patrimoine, spécialiste de la restauration de bâtiments anciens.

L’environnement : L’ancienne sous-préfecture est située dans le coeur historique de la cité, autour du Canal de la Robine, dans lequel on retrouve les principales administrations, rues commerçantes et monuments du patrimoine culturel.
Le bâtiment y bénéficie d’un excellent emplacement, entre le boulevard Gambetta, axe de desserte de la ville, et le quartier commerçant et piétonnier qui démarre à l’arrière de l’édifice et se poursuit jusqu’à l’Hôtel de Ville et la Cathédrale.

Les Halles, avec 70 commerces de proximité, ainsi que le parking couvert du cours Mirabeau (le plus grand de la ville) sont accessibles en quelques minutes à pied par le Pont de la Liberté.

L’immeuble : L’édifice a été construit dans la seconde moitié du 18ème siècle, selon un plan classique d’hôtel particulier, avec trois corps de bâtiment disposés en U autour d’une cour d’honneur, à laquelle on accède par un portail en anse de panier au centre du mur de clôture concave.

L’entrée, à arc plein cintre, donne accès à un grand vestibule et la cage d’escalier est éclairée par deux fenêtres ornées de vitraux et agrémentée d’un décor peint sur murs et plafond. Les façades sur cour d’honneur sont ordonnancées avec des ouvertures qui éclairent les 3 niveaux.
L’édifice possède plusieurs pièces remarquables, en particulier au premier étage le grand salon avec galerie de musique supérieure, des salons esprit 18ème décorés par des menuiseries, des plafonds à la française, des staffs en plafond, des lambris, des cheminées…

Ces caractéristiques architecturales remarquables ont fait que l’édifice a accueilli, au 19ème siècle, la première sous-préfecture de la ville. C’est ainsi qu’il est référencé et inscrit en totalité à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques sous la dénomination « Ancienne sous-préfecture à Narbonne ».

7 Chinoiseries.jpgLa restauration : Lors de la restauration de l’édifice de nombreux décors peints des 18ème et 19ème siècles ont été découverts sous les anciennes tapisseries et revêtements muraux. Il s’agit notamment de chinoiseries en panneau et en médaillon.
Leur dégagement a été particulièrement complexe, avec des écailles de peinture peu stables, qui ont nécessité des consolidations à l’avancement pour ne pas compromettre les peintures sous-jacentes.
La technique de restauration utilisée ensuite est semblable à celle pratiquée en restauration de tableaux anciens, les lacunes sont intégrées au plus près de l’existant en valeur et en texture, afin de garder une lecture précise et homogène des décors. Ce procédé de reprise, validé par les Monuments Historiques, se nomme « a trattegio » (école italienne).On procède par petits traits verticaux juxtaposés ou petits traits dans le sens du décor.Différentes teintes sont utilisées, ce qui permet de redonner de la couleur et de fondre la reprise dans le décor.

Par ailleurs, différents éléments patrimoniaux ont été restaurés, comme la cheminée Louis XV du grand salon avec ses parquets Versailles ou encore un petit escalier sur voûte sarrasine, en briques et plâtre autoportant, dont le principe de fabrication remonte au 16ème siècle.
A noter également, un exceptionnel travail sur les gypseries avec la restauration de rosaces, d’ornements, de guirlandes, de trumeaux de cheminée, de plafonniers, de cymaises et panneaux moulurés d’époque et de style Louis XV, ainsi que des staffs dans l’escalier d’honneur, qui a retrouvé son prestige et ses magnifiques vitraux.

  • Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

     

     

Lire la suite...


Articles en relation