Connexion
/ Inscription
Mon espace

Gestion d’actifs : l’un des secteurs les plus sensibles aux grandes évolutions sociales et géopolitiques

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

Selon la 7ème édition de l’enquête Linedata sur le secteur de la gestion d’actifs, les gérants et administrateurs de fonds misent sur la différenciation, dans un contexte exigeant, et sont préoccupés par les risques politiques et les contraintes réglementaires. Les turbulences qui agitent actuellement l’Europe et l’Amérique du Nord étaient en effet bien présentes dans l’esprit des sondés.

Lors de la précédente enquête sur les tendances les plus déstabilisatrices pour l'industrie de la gestion d'actifs, les professionnels avaient cité en priorité des préoccupations spécifiques au secteur : les robo-advisors pour 23,5%, la place grandissante des stratégies alternatives pour 24,1% et la cybercriminalité pour 33,5%.

 Cette année, ces préoccupations demeurent mais sont reléguées au second plan (11,6%, 7,4% et 17,9%, respectivement). Ainsi, 24,2% des sondés mentionnent les changements politiques et les évolutions de politique budgétaire comme facteur majeur de bouleversement pour le secteur de la gestion d'actifs, alors que ces préoccupations n'étaient pas même citées l'an dernier. De l'avis des gérants d'actifs du monde entier, le vote en faveur du Brexit, l'élection de Donald Trump et la possible montée du populisme d'extrême droite dans de nombreuses nations européennes ont marqué l'année de leur empreinte.

Tandis que ces inquiétudes nouvelles prennent une importance grandissante, la question réglementaire continue de représenter un enjeu majeur immédiat pour les gérants : l’adaptation aux évolutions réglementaires aura été ainsi citée comme le principal défi par les sondés dans six des sept enquêtes menées par Linedata. « S’adapter à la réglementation » reste ainsi un défi prioritaire pour 50% des gérants, 53% d'entre eux le considérant également comme la problématique majeure des 3 années à venir, même s’ils ne la priorisent pas de la même manière selon les zones géographiques.
En Amérique du Nord, les gérants se montrent relativement moins inquiets, 40% seulement d'entre eux évoquant la réglementation comme facteur perturbateur principal.
En France, 75% des gérants placent cette question en tête de leurs préoccupations. En Asie, 54% des gérants citent la conquête de nouveaux clients comme leur priorité.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

A 9 mois de son entrée en vigueur, la directive MIF II suscite une attention grandissante, comme c’est déjà le cas depuis 2013. Pour 47%, MIF II représente l’évolution réglementaire la plus importante des 3 années à venir, contre 39,6% fin 2015 et 21,2% en 2014.

En parallèle, l’évolution de la loi Dodd-Frank est revenue sur le devant de la scène dans le sillage de l’élection du président Trump. Si la part des sondés plaçant en tête ces dispositions américaines est passée de 45,1% à 29,5% entre les deux précédentes enquêtes, les résultats de 2017 mettent en évidence une légère augmentation de ce pourcentage, avec 33% des gérants interrogés considérant cette réglementation comme la plus importante des trois années à venir.

Dans ce contexte, les gestionnaires d'actifs constatent également des convergences entre le poids croissant du fardeau réglementaire, la dégradation des conditions de marché qui incite des investisseurs toujours plus nombreux à se précipiter vers les fonds de gestion passive peu coûteux (34,3% citent la « performance des investissements » parmi leurs préoccupations majeures) et les pressions opérationnelles permanentes (la « réduction des coûts » est évoquée par 42,2% des personnes interrogées).

En conséquence, 2017 marque un tournant pour les gérants d'actifs poussés à revoir leur positionnement sur le marché et à déployer des stratégies de recherche de niches pour se démarquer de la concurrence. 20,4% des sondés s'efforce de se distinguer en commercialisant des stratégies ou des produits innovants. Ces préoccupations l'emportent sur d'autres facteurs tels que le service aux clients pour 17,3%, la performance des investissements et la réputation à 14,3% tous les deux.

Pour Michael de Verteuil, Directeur Business Développement chez Linedata : « L'année qui vient de s'écouler a été le théâtre de bouleversements politiques et socio-économiques inattendus et les gérants d'actifs estiment que ces événements vont continuer à influer sur leur activité dans les années à venir. L'incertitude devient la “nouvelle normalité” et les sondés qui ont répondu à l'enquête mondiale 2017 sur la gestion et l'administration d'actifs en ont pris conscience très tôt. L'enquête 2017 donne l'image d'un secteur qui a pris toute la mesure des multiples défis qui l'attendent. »

Intégralité des résultats de l'enquête en anglais accessible via :
http://www.linedata.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2017/03/Global-Asset-Management-Survey_digital.pdf

 

Lire la suite...


Articles en relation