Connexion
/ Inscription
Mon espace

Stop à la stigmatisation. Vive l’incitation !

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

"Libre parole" d'Olivier Rozenfeld, Président du Groupe Fidroit

La loi de Finances a prévu diverses dispositions concernant les APL et notamment une modification de ses bases de calcul.

A compter du 1er octobre 2016, il est pris en compte non plus seulement les ressources, mais également  la valeur en capital du patrimoine des demandeurs, lorsque cette valeur est supérieure à 30 000€.

La détermination et les conditions de prise en compte des ressources et de la valeur du patrimoine viennent être définies par un décret à paraître qui avait été soumis en particulier au Conseil National de l'Habitat qui avait demandé le retrait de ce texte.

Le dossier d'évaluation de la loi de finances précise que ne sont concernés que 10% des allocataires qui ont un patrimoine supérieur à 30 000€.

Plusieurs autres dispositions sont envisagées dans la loi de finances, et ce, pour les mêmes raisons : peu de gens concernés, considérés par ailleurs comme « riches ».

Ce sont ces critères qui m’interpellent.

Les allocations familiales ont connu des restrictions sur la base d’un raisonnement identique. Motivation qui pourrait remettre en cause d’autres avantages. Je pense à la possibilité (cf PLF 2017), en présence d’un démembrement née d’une succession ou d’une donation, de déduire de son revenu global les travaux réalisés jusqu’à 25 000€ annuels pendant 10 ans.

Nous passons d’une phase de justice sociale à celle de revanche sociale !

Ce n’est donc pas uniquement l’évolution du mode calcul des APL à lui seul qui interpelle mais l’état d’esprit qui le sous-tend.

Sachant par ailleurs que deux autres mesures négatives ont été prises :
- Depuis le 1er octobre 2016 : si un enfant est rattaché au foyer de son enfant soumis à l’ISF, l’enfant perd le droit aux APL.
- Et depuis le 1er juillet 2016, la loi a également prévu la dégressivité des APL. Si votre loyer dépasse certains plafonds, votre APL est réduite. Vous êtes censé pouvoir payer dans la mesure où vous avez choisi un bien à loyer élevé, c’est la double peine !

Ce projet du nouveau calcul pour le montant des APL prévoit de comprendre dans le patrimoine, les actifs mobiliers financiers et immobiliers qui ne procurent pas de revenus au titre de l’année considérée exception faite de la résidence principale et les biens immobiliers affectés à une activité professionnelle qui sont exclus de l’assiette.

Pour les biens immobiliers, c’est la valeur locative dans les avis de taxe foncière ou d’habitation de l’allocataire qui est prise en compte pour une fraction de leur montant. Rien de particulier à signaler.

Par contre, un dernier reproche sera fait à ce texte, et pas le moindre : il est pris comme base de calcul du revenu théorique, 3% du montant des capitaux financiers.

Sur la base des taux de rendement actuels - par exemple, l’OAT 10 ans propose aujourd’hui 0,33% -, ce niveau apparaît fantaisiste.

On constate le même phénomène chez le contribuable soumis à l’ISF dont les taux d’imposition comparativement aux rendements de ses actifs lui laisse le goût amer qu’on cherche à « tondre un œuf »*

* Expression reprise au regretté Maurice Cozian

Retrouver les libres paroles d'Olivier Rozenfeld via :
http://blog.fidroit.fr/blog-thematique-article/d%C3%A9bat

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Un tiers des fonctions finance a fait l’expérience de la robotisation

La suite Office dans les années 90, le déploiement d'ERP au début des années 2000, puis la réorganisation massive avec appel à l'externalisation, ou encore à la mise en place de Centres de Services Partagés, la fonction Finance a fait l'objet, en effet, de vagues successives de transformations  En France, l'année 2018 a confirmé un intérêt fort du marché de la RPA (Robotic Process Automation) qui continue de se structurer avec des acteurs qui réussissent des levées de fonds record. Mais où en...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Ecofi Investissements se convertit au tout ISR

Tous les supports qui composent la gamme de fonds ouverts d'Ecofi Investissement sont aujourd'hui gérés avec les critères de sélection ESG de l'investissement responsable et de l'investissement durable.   Trois niveaux d'intensité Pionnier de la gestion ISR en France, Ecofi Investissements, filiale du Groupe Crédit Coopératif (lequel est constitué du Crédit Coopératif, banque de référence de l'économie sociale et solidaire depuis plus de 120 ans, et de BTP Banque, établissement dédié depuis...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Diversification de la collecte et bonne résistance de la performance pour Comgest en 2018

En 2018, Comgest a enregistré sa meilleure année sur le plan de la diversification de la collecte au sein de sa gamme. Les fonds Comgest Growth Japan et Comgest Growth Europe Opportunities ont franchi des caps importants : le premier affiche plus de 1,3 Md€ d'actifs sous gestion, soit une augmentation de plus de 500 M€ depuis fin 2017. Le second dépasse les 800 M€ d'encours, ce qui en fait le « 3ème pilier » de la gamme actions européennes de Comgest. Sur l'année, les entrées nettes de capitaux...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
L'ERAFP attribue 3 mandats de gestion ISR d'obligations d'entreprises de pays émergents

Dans le cadre de sa politique d'élargissement de son univers d'investissement et en conformité avec son dispositif ISR, l'Établissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique (ERAFP) vient d'attribuer 3 mandats de gestion d'obligations crédit de pays émergents dont un mandat actif à Aberdeen Asset Management Limited, et deux mandats « stand-by » à Amundi et BFT IM - Investec AM. Á titre indicatif, les montants engagés initialement seront de l'ordre de 160 M€. Les mandats attribués...