Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le moral des patrons rebondit : phénomène éphémère ou durable ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Le Baromètre Fiducial des TPE, enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’IFOP auprès des TPE, fait état d’un moral et d’un optimisme des patrons en forte hausse. Un résultat à prendre avec des pincettes car la situation économique des entreprises peine toujours à s’améliorer, d’autant que les dernières grèves ont impacté négativement l’activité d’un tiers des TPE. L’ombre d’un ralentissement économique causé par le Brexit plane aussi. 

Le baromètre dresse également le « portait sportif » des dirigeants. S’ils sont de bons supporters, une grande majorité pratique aussi régulièrement un sport.


I - Le Moral des patrons 

a)  L’optimisme des patrons de TPE dans le climat général des affaires progresse de 13 points
Il passe ainsi de 19 à 32% en l’espace de 3 mois. Même tendance lorsqu’ils sont interrogés au sujet de leur propre activité avec une hausse de 7 points à 49%. Le regain de confiance envers l’exécutif est plus timide, le gouvernement Valls regagnant seulement +1 point à 16%.

b) Des indicateurs économiques qui restent fragiles et une reprise de l’emploi tiré par l’apprentissage
L’indicateur de situation financière remonte de 4 points et poursuit son redressement pour le 3ème trimestre consécutif mais reste fortement négatif à -14. Le nombre d’entreprises dans le rouge en matière de trésorerie se contracte de -3 points à 21% contre 24% en avril dernier.
Preuve que la confiance n’est pas encore totale, les demandes de financement bancaire sont au plus bas depuis janvier 2009. Avec 13% des entreprises qui ont effectué une demande, l’investissement reste atone.  
La création nette d’emplois redevient positive à +2 ce qui n’était pas arrivé depuis le 2ème trimestre 2015. Pour atteindre un tel résultat, il faut revenir 5 ans en arrière. La création d’emplois est en revanche négative dans l’industrie et les services aux entreprises à -1 point.

c) Une entreprise sur trois impactée par les grèves
Du fait des grèves des transports et du blocage des raffineries, 37% des entreprises déclarent avoir été confrontées à des difficultés de transport ou d’approvisionnement. Sur le plan économique, 33% indiquent que les mouvements sociaux ont entrainé une baisse de leurs ventes et 28% de leur production. 

d) Les patrons entrevoient plusieurs conséquences possibles de la sortie du Royaume-Uni de l’UE
- Le retrait probable d’autres pays : 59%
- Une dégradation de l’économie européenne : 53% - principalement temporaire
- Un impact négatif sur l’économie britannique : 69% et sur l’économie française : 52%.
- Un impact positif sur les investissements étrangers en France : 52%
- Une opportunité pour réformer l’UE : 81%

64% des dirigeants se prononcent pour une Europe intégrée où les pays doivent adhérer à l’ensemble des dispositifs et politiques décidés au niveau européen, contre 36% pour une Europe « à la carte ». Bien que seulement 32% voient dans l’appartenance de la France à l’UE des avantages pour leur entreprise, 10% y voient des inconvénients.


II  - Le « portait sportif » des dirigeants
 

a) Des patrons plutôt sportifs : 58% pratiquent un sport au moins 1 fois par semaine.
Ce taux grimpe à 71% si l’on inclut les activités physiques non sportives, comme les trajets en vélo ou la marche. Parmi ces pratiquants hebdomadaires, seuls 17% effectuent moins d’1 heure de sport chaque semaine, 51% en font plus de 2 heures. Ils sont toutefois 65% à avoir le sentiment de ne pas y consacrer tout le temps qu’ils souhaiteraient.
Sports pratiqués au moins 1 fois par mois :
- 55% le footing
- 46% la randonnée
- 33% la natation et
- 32 % le cyclisme
Ils ne sont que 19% à fréquenter les salles de sport, les sports de raquette 12% et le football 10%.
Au rang des premières motivations, la santé 98%, le plaisir 96%, la détente 95% et la possibilité de faire des rencontres et de tisser des liens amicaux 62%.

b) Lorsque l’on interroge les chefs d’entreprise sur leur sport préféré,
- le football arrive en tête à 15%
- la randonnée à 10%
- le rugby 9%
- la natation 8%
- le tennis 7%
Le volley-ball à 1% arrive en dernière position précédé du tennis de table à 1% et du hand-ball à 2%.

c) La radio, 1er média quotidien d’information sportive des patrons
65% envisagent de suivre les JO de Rio.  73% ont suivi l’Euro de football, 42% Roland-Garros et 33% le Tour de France. Pour suivre quotidiennement l’actualité des événements sportifs, la radio est le premier média des patronsavec 37% qui l’écoutent tous les jours, devant la télévision 33% ; internet arrive en 3e position des sources d’informations quotidiennes à 26% suivi par les chaînes de télévisions spécialisées à 21% et la presse quotidienne généraliste à 17%.  La presse sportive arrive en queue de peloton.     

www.fiducial.fr - www.ifop.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation