Connexion
/ Inscription
Mon espace

2 salariés français sur 3 favorables au télétravail

ABONNÉS

Selon l’étude Randstad Award, qui a interrogé 1 148 employés âgés de 18 à 65 ans, sur les 65% des salariés français qui sont favorables au télétravail,
- 17% souhaitent télétravailler un nombre de jour fixe par semaine,
- 35% occasionnellement, et
- 12% tous les jours ouvrables.

Les salariés français aspirent également à travailler de leur domicile 2,5 jours par semaine en moyenne et seulement 16% déclarent que leur employeur leur propose d’avoir recours au télétravail. Il reste donc encore du chemin à parcourir du côté des entreprises pour satisfaire les attentes des salariés vis-à-vis du télétravail.

François Béharel, Président du groupe Randstad France, membre du Conseil d’administration de Randstad holding, en charge de la péninsule Ibérique, de la Belgique, du Luxembourg et de l’Amérique latine commente : « […] La jeune génération, plus que tout autre, aspire à concilier sphères professionnelle et privée. Les moyens technologiques - visio-conférence, cloud,  smartphones et autres tablettes tactiles - facilitent la mise en place du télétravail. »


Pourquoi le télétravail séduit les salariés ?

Le travail à domicile est apprécié pour le champ d’organisation qu’il laisse à chacun : horaires, déplacements, organisation du temps de travail…, une autonomie qui permet d’équilibrer vie privée et vie professionnelle. Elle est également perçue comme un gage de confiance entre l’employeur et son collaborateur. Ces bienfaits sont une source de motivation forte pour le salarié, également favorisée par la concentration dont il bénéficie à son domicile. Enfin, le télétravail apparaît également comme un facteur de bien-être. Alors que les Français mettent en moyenne chaque matin 26 minutes à se rendre au bureau, avec des disparités importantes en fonction des régions, exercer sa profession depuis son domicile permet de supprimer un temps de trajet chronophage et très souvent source de stress.


Tout est question d’équilibre

Si l’engouement pour le télétravail des salariés français est élevé, celui-ci ne doit pas être appliqué à l’extrême selon eux. En effet, si 64% des personnes interrogées souhaitent télétravailler, elles ne sont que 12% à vouloir le pratiquer durant l’ensemble de leurs jours ouvrables, c’est à dire 5 jours par semaine. En revanche, elles sont 35% à exprimer la volonté d’y recourir de manière occasionnelle, en moyenne 2,5 jours par semaine. En effet, malgré les nombreux atouts du télétravail, exercer sa profession dans un environnement de travail classique permet de créer un lien social entre les différents acteurs de l’entreprise. Cette interaction participe à la fois à la construction d’un sentiment d’appartenance, mais aussi favorise la circulation de l’information. Ces deux notions sont nécessaires à l’alimentation de la motivation des employés.


Qu’en est-il du côté des employeurs ?

Malgré une demande élevée, les employeurs semblent assez peu réceptifs aux aspirations de leurs salariés concernant le télétravail. En effet, toujours selon l’étude, seulement 16% des salariés français déclarent que leur employeur leur propose d’avoir recours au télétravail. Ce faible score s’explique notamment par la crainte des employeurs et managers de perdre le contrôle sur l’activité de leur salarié. Il s’explique également par les contraintes réglementaires et juridiques : consultation des partenaires sociaux, négociation d’un accord, signatures des avenants au contrat de travail, équipements informatiques spécifiques… La question du télétravail pose aussi celle de l’amplitude des horaires de travail et du droit à la déconnexion pour les salariés. Enfin, et de façon évidente, toutes les professions ne peuvent profiter de cette nouvelle forme de travail, puisque de nombreux métiers, notamment dans la construction ou l’industrie, nécessitent une présence physique obligatoire.

Intégralité de l’étude :
http://resources.grouperandstad.fr/6-francais-sur-10-utilisent-leur-voiture-pour-se-rendre-au-travail 

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...