Connexion
/ Inscription
Mon espace

2 salariés français sur 3 favorables au télétravail

ABONNÉS

Selon l’étude Randstad Award, qui a interrogé 1 148 employés âgés de 18 à 65 ans, sur les 65% des salariés français qui sont favorables au télétravail,
- 17% souhaitent télétravailler un nombre de jour fixe par semaine,
- 35% occasionnellement, et
- 12% tous les jours ouvrables.

Les salariés français aspirent également à travailler de leur domicile 2,5 jours par semaine en moyenne et seulement 16% déclarent que leur employeur leur propose d’avoir recours au télétravail. Il reste donc encore du chemin à parcourir du côté des entreprises pour satisfaire les attentes des salariés vis-à-vis du télétravail.

François Béharel, Président du groupe Randstad France, membre du Conseil d’administration de Randstad holding, en charge de la péninsule Ibérique, de la Belgique, du Luxembourg et de l’Amérique latine commente : « […] La jeune génération, plus que tout autre, aspire à concilier sphères professionnelle et privée. Les moyens technologiques - visio-conférence, cloud,  smartphones et autres tablettes tactiles - facilitent la mise en place du télétravail. »


Pourquoi le télétravail séduit les salariés ?

Le travail à domicile est apprécié pour le champ d’organisation qu’il laisse à chacun : horaires, déplacements, organisation du temps de travail…, une autonomie qui permet d’équilibrer vie privée et vie professionnelle. Elle est également perçue comme un gage de confiance entre l’employeur et son collaborateur. Ces bienfaits sont une source de motivation forte pour le salarié, également favorisée par la concentration dont il bénéficie à son domicile. Enfin, le télétravail apparaît également comme un facteur de bien-être. Alors que les Français mettent en moyenne chaque matin 26 minutes à se rendre au bureau, avec des disparités importantes en fonction des régions, exercer sa profession depuis son domicile permet de supprimer un temps de trajet chronophage et très souvent source de stress.


Tout est question d’équilibre

Si l’engouement pour le télétravail des salariés français est élevé, celui-ci ne doit pas être appliqué à l’extrême selon eux. En effet, si 64% des personnes interrogées souhaitent télétravailler, elles ne sont que 12% à vouloir le pratiquer durant l’ensemble de leurs jours ouvrables, c’est à dire 5 jours par semaine. En revanche, elles sont 35% à exprimer la volonté d’y recourir de manière occasionnelle, en moyenne 2,5 jours par semaine. En effet, malgré les nombreux atouts du télétravail, exercer sa profession dans un environnement de travail classique permet de créer un lien social entre les différents acteurs de l’entreprise. Cette interaction participe à la fois à la construction d’un sentiment d’appartenance, mais aussi favorise la circulation de l’information. Ces deux notions sont nécessaires à l’alimentation de la motivation des employés.


Qu’en est-il du côté des employeurs ?

Malgré une demande élevée, les employeurs semblent assez peu réceptifs aux aspirations de leurs salariés concernant le télétravail. En effet, toujours selon l’étude, seulement 16% des salariés français déclarent que leur employeur leur propose d’avoir recours au télétravail. Ce faible score s’explique notamment par la crainte des employeurs et managers de perdre le contrôle sur l’activité de leur salarié. Il s’explique également par les contraintes réglementaires et juridiques : consultation des partenaires sociaux, négociation d’un accord, signatures des avenants au contrat de travail, équipements informatiques spécifiques… La question du télétravail pose aussi celle de l’amplitude des horaires de travail et du droit à la déconnexion pour les salariés. Enfin, et de façon évidente, toutes les professions ne peuvent profiter de cette nouvelle forme de travail, puisque de nombreux métiers, notamment dans la construction ou l’industrie, nécessitent une présence physique obligatoire.

Intégralité de l’étude :
http://resources.grouperandstad.fr/6-francais-sur-10-utilisent-leur-voiture-pour-se-rendre-au-travail 

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...