Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les prix des produits de grande consommation en Europe en faible progression

ABONNÉS

Les prix des produits de grande consommation tels que les boissons, l'alimentation ou l'hygiène beauté, ont connu en Europe leur progression la plus lente des 6 dernières années. Avec pour conséquence, une augmentation des volumes pour le 8ème trimestre consécutif, les consommateurs profitant d'un ralentissement de l'inflation selon les dernières données de la société mondiale d'informations et d'insights Nielsen.

Au 1er trimestre 2016, les ventes de PGC en Europe ont progressé de +0.8% en volume, la hausse des prix atteignant +0,7%, la plus faible progression constatée depuis le 1er trimestre 2010. En conséquence, le CA en sorties caisses a de son côté progressé de +1,5%  - le chiffre le plus bas depuis presque 3 ans (+1,2% au 2ème trimestre 2013).

« L'Europe a subi une baisse significative des prix ce trimestre, notamment entraînée par  l'Allemagne et l'Italie »
selon Jean-Jacques Vandenheede, Directeur des Insights Distribution pour Nielsen en Europe. « Cette baisse de prix s'explique par la concurrence accrue sur les prix entre distributeurs et la baisse des coûts de production,  principalement expliquée par de plus faibles prix de l'énergie. »

Parmi les 21 pays européens mesurés, c'est en Grèce à -6,1% sur un an, et en Finlande à -2,8%, que l'on observe les plus forts reculs des CA. À l'opposé, la Turquie détient la plus forte progression en valeur à +9,7%, suivie par la Pologne à +4,8% et la Hongrie à +4,6%.

Au sein des 5 principales économies d'Europe de l'Ouest, l'Espagne avec +3,1% est la mieux orientée, suivie par la France à +2,2%. L'Allemagne à -0,4%, est le seul des 5 grands pays européens à voir son CA reculer par rapport à l'année dernière et l'un des seuls 4 pays en baisse parmi les 21 étudiés. Quant au Royaume-Uni à +0,5%, il progresse et se retrouve en positif pour la première fois depuis 2 ans, mais reste seulement en 6ème position des plus faibles progressions au sein du scope considéré.
  
« L'Europe nous montre ici une grande hétérogénéité. Il n'y pas de cohérence de performance entre les pays, ni de tendance européenne qui se dégage. Concernant la grande consommation, le marché unique n'est pas une réalité », conclut Jean-Jacques Vandenheede.

Plus d'informations : nielsen.com


 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation