Connexion
/ Inscription
Mon espace

Coût fiscal immobilier des entreprises : les loyers réels baissent, les taxes augmentent

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Selon le Baromètre Alma Consulting Group 2015, le coût fiscal immobilier* médian d’un immeuble de bureaux a augmenté de 2,7% en 2015 au niveau national, avec de fortes disparités selon les territoires.

*Coût fiscal immobilier : taxe foncière (TF) + taxe d’enlèvement des ordures ménagères (Teom) + cotisation foncière des entreprises (CFE) + taxe sur les bureaux, locaux commerciaux et de stockage en Ile-de-France (TSBCS)

Si le coûtt fiscal immobilier constitue, avec le loyer, la part prépondérante du coût d’exploitation d’un immeuble, le poids total de ces taxes, plus difficiles à identifier que les loyers, est souvent sous-estimé par les entreprises, bien que représentant de 10 à 40% du coût de ces loyers, selon la localisation de l’immeuble. En 2015, la progression médiane de ce coût fiscal atteint 5,2% sur la 1ère couronne d’Ile-de-France. Les coûts annuels au m2 s’établissent respectivement à 38 €/m2 en région, 60 €/m2 en 1ère et 2e couronnes parisiennes, 77 €/m2 à Paris intra-muros, hors Quartier Central des Affaires (QCA) et 81 €/m2 sur la seule 1ère couronne.

« La hausse de la pression fiscale locale que nous annoncions dès l’année dernière, après deux années d’accalmie, s’est confirmée en 2015. Cette hausse est le fruit conjugué de l’évolution des bases fiscales et des taux d’imposition (de TFPB et CFE), ainsi que de la création de la taxe additionnelle sur les parkings en région Ile-de-France, au bénéfice du Grand Paris » commente Pascal Martinet, directeur du département Taxes d’Alma Consulting Group.


Les disparités de coût fiscal ne cessent de se creuser entre l’Ile de France et les autres régions

L’amplitude du coût fiscal immobilier ne cesse de se creuser sur le territoire, pour atteindre un rapport de 1 à 7,5 au sein même des grandes villes : de 20 €/m2 à Metz, à 136 €/m2 dans Paris QCA et même 150 €/m2 sur les Champs-Elysées.
Ainsi, une implantation en 2e couronne d’Ile de France est fiscalement plus onéreuse d’un tiers qu’en région, mais inférieure de 25% à celle de la 1ère couronne. Une implantation en 1ère couronne ou dans le croissant ouest s’avère plus coûteuse qu’une localisation à Paris, hors QCA.

Lire la suite intégrale du Baromètre 2015 Alma Consulting Group, via :
http://presse.almacg.com/Release.aspx?FID=I44842_E5137152

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation