Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le secteur du drone décolle : à quand une réglementation adaptée ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Nous ne connaissions auparavant que les drones militaires. Aujourd’hui, le marché du drone civil connaît un développement exponentiel et est désormais considéré, à juste titre, comme créateur d’emplois et de compétitivité. Le cabinet Frost & Sullivan, dans une étude de mai 2013, estime que ce marché devrait atteindre 2 milliards de dollars (soit 1,5 milliard d'euros) à l'horizon 2015-2016. Une étude réalisée par le cabinet Xerfi en mars 2014 prévoit que le chiffre d’affaires du secteur pourrait atteindre près de 300 millions d’euros en France en 2015. En 2013 déjà, ce chiffre d’affaires s’est établi à 100 millions d’euros, tous types d’acteurs confondus. L’étude américaine AUVSI de mars 2013 prédit même que le seul marché américain pourrait représenter 80 milliards de dollars et créer plus de 100.000 emplois entre 2015 et 2025.

De vraies pépites émergent dans ce secteur et permettent de promouvoir l’innovation à la française par-delà nos frontières. C’est le cas d’Airinov, spécialiste du drone agricole. Cette société qui est née il y a plus de 4 ans dans une grange poitevine se développe désormais à l’international. Grâce à l’Agridrone et aux analyses fournies par Airinov, plus de 2000 agriculteurs comprennent mieux leurs cultures et peuvent estimer leurs besoins en fertilisation azotée.

La nécessité de la mise en place d’un cadre réglementaire plus souple

Tout marché qui se développe a besoin d’une réglementation adéquate. Cocorico: la France a été le premier pays à mettre en place un cadre réglementaire en 2012. Cependant, Florent Mainfroy, président de la société Airinov, estime qu’il est désormais nécessaire de le faire évoluer si l’on souhaite que la filière continue de se développer en France et en Europe. Il n’existe à ce jour aucune cartographie officielle. Il devient urgent d’en avoir une car l’espace aérien est complexe pour les drones: la hauteur de vol est différente selon la distance entre la zone de vol et les pistes d’aérodromes les plus proches, l’orientation et la longueur des pistes…

La simplification de l’apprentissage théorique est aussi une question importante. Aujourd’hui, il est obligatoire de savoir comment réagir à un manque d’oxygène en altitude par exemple. Or, cela est inutile. Et apprendre des notions inutiles peut être dangereux, et amener à oublier l’essentiel. De plus, le cadre réglementaire actuel impose aux opérateurs de drones une multitude de déclarations, dont l’utilité est remise en cause. Florent Mainfroy s’explique: « Un email doit être envoyé 24 heures avant un vol qui se déroule en scénario S2 – soit jusqu’à 1 km du pilote. Cet email n’est pas lu, seule son absence est importante, car en cas de problème, cela permettra à l’assurance de le stipuler ».

Mais la déficience du système actuel ne s’arrête pas là. Selon les mots de Florent Mainfroy: «5 mois d’attente sont nécessaires pour une validation de dossier décrivant les activités dans certaines régions. Le nombre d’opérateurs et de drones a augmenté de façon exponentielle, mais pas les budgets administratifs pour relire les documents associés». Conséquence: un engorgement des services administratifs concernés, et un ralentissement de l’activité. Pour le développement de ce secteur porteur, il est urgent de simplifier, de préciser et d’assouplir la réglementation actuelle, sans pour autant rogner sur la sécurité.

L’harmonisation réglementaire pour une meilleure compétitivité

Chaque pays européen est à ce jour libre de légiférer comme il le souhaite sur les drones de moins de 150 kg. Mais cela ne doit pas vouloir dire chaque pays est contraint d’inventer une législation qui prend le contre-pied de celle de ses voisins. En Belgique par exemple, la police fédérale a récemment demandé à ses services d’initier une «chasse aux drones», au détriment des acteurs sérieux du marché. Cela souligne l’importance d’un encadrement réglementaire. Une consultation publique a eu lieu en novembre dernier sur le texte des futurs arrêtés : peut-être une lueur d'espoir pour ces jeunes entreprises ?

Source : airinov.fr

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...