Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le bois dans la construction : une idée saine !

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Aussi sûr, plus sain, plus rapide : utilisé comme matériau de construction, le bois cumule toutes ces qualités par rapport au béton. Mais les idées reçues ont la vie dure !


Il faut rappeler quelques vérités simples

Dans le grand nord canadien ou en Suède, des maisons en rondins ont parfois enduré plus de deux cents hivers. Elles demeurent aussi confortables qu’au premier jour où elles ont été habitées. De même, au Japon, si les maisons en bois sont si nombreuses, c’est précisément parce qu’elles résistent particulièrement bien aux secousses sismiques.

L’impression de vulnérabilité au feu : l’imaginaire collectif en a décidé ainsi, mais c’est sans aucun fondement scientifique ! Car au contraire, « la résistance aux flammes des maisons en bois est exceptionnelle », comme le rappelle Paul Jarquin, président fondateur de REI, société de promotion immobilière pionnière, en région parisienne, de l’utilisation de l’ossature bois dans les programmes de logements collectifs.

Sur le terrain écologique, le bois éprouve moins de mal à faire valoir sa supériorité : non seulement il n’émet pas de CO2, à l'origine du réchauffement climatique, mais à l’inverse, il le stocke ! En particulier, les jeunes arbres des forêts absorbent du CO2 pour croître. Principal débouché de la sylviculture, la construction bois est de ce fait stratégique dans la lutte contre l’effet de serre. Et ce d’autant plus que de la forêt au chantier, le bois consomme moins d’énergie que la plupart des autres matériaux, et qu’isolant par nature, le bois limite la consommation d’énergie des bâtiments. En outre, ce matériau naturel est renouvelable, et les déchets qu'il produit sont facilement recyclables (en pâte à papier, en source d’énergie).


Et puis, il y a le réalisme économique

Le bois fait gagner du temps. Cela tient à la spécificité du mode de construction. Les panneaux de façades sont préalablement confectionnés en ateliers. L’assemblage des éléments sur le chantier s’effectue ensuite très vite. Ainsi, sur un programme de 40 logements, la superstructure est réalisée en deux mois et demi, là où la construction classique en béton réclame quatre à cinq mois. En outre, durant ce temps, l’option bois n’a besoin sur place que de charpentiers. Pour le voisinage, cela change agréablement des camions bétonnières qui font chaque jour la navette à raison de cinq trajets bruyants et polluants.

Le matériau est source d’économies : il isole deux fois mieux que le béton. Dès lors, il n’est pas toujours nécessaire de faire fonctionner le chauffage, même en hiver. Témoignage d’un couple avec jeunes enfants : qui a quitté le quartier de Beaubourg, à Paris il y a un an, pour s’installer dans un loft en bois, dans la proche banlieue, à Montreuil. « Notre facture d'électricité a beaucoup baissé, reconnaît la nouvelle propriétaire. On est à peine à 50€ par mois contre le double dans notre ancien appartement parisien. »

Le bois, une solution macro- économique, tant au niveau du déficit de la balance des paiements que de la difficulté de relancer la croissance et l’emploi. « L'industrie du bois emploie 450 000 personnes en France », rappelle Paul Jarquin. « Mais, poursuit-il, elle pourrait embaucher encore car elle est l’un des secteurs où le déficit commercial est le plus important ». Nous exportons certes beaucoup de bois brut, mais nous réimportons une partiesous forme de meubles et de parquets, perdant au passage la valeur ajoutée. Une anomalie aisément rectifiable…Quand le bois sera enfin reconnu à sa juste valeur.

www.reifrance.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation