Connexion
/ Inscription
Mon espace

La France renouerait doucement avec la croissance…

BE - Culture & Société
ABONNÉS

… mais à un niveau insuffisant pour faire reculer réellement les défaillances d'entreprises.

Dans son dernier point conjoncture, Euler Hermes, spécialiste mondial de l’assurance-crédit, livre ses prévisions macro-économiques pour la France et les entreprises françaises.

 

1/ Prévisons 2014/2015

- Euler Hermes maintient ses prévisions de croissance pour 2014, à +0,7%. Pour autant, les chiffres du 1er semestre du commerce extérieur déçoivent : la demande adressée à la France passe de 19 à 14 Mds€, principalement en raison d’une moindre croissance hors zone euro, comme aux Etats-Unis, en Russie et en Chine qui affichent des taux inférieurs aux attentes initiales. Cette contribution plus réduite de l’export au PIB français est compensée par une réduction moins rapide des dépenses publiques.

- Cette croissance molle s’accompagnera d’un reflux très limité des défaillances. Euler Hermes prévoit une légère inflexion de -1% en 2014, correspondant à la première baisse depuis 4 ans. Pour autant, même si les défaillances des entreprises de plus 15 M€ de CA amorcent un repli (-11,1% à fin mai, sur douze mois glissants), la sinistralité reste à un niveau record, avec plus de 62 000 défaillances attendues, soit 25% au-dessus de leur niveau d’avant crise. Sur un an, le coût des défaillances reste élevé : 4,7 Mds € (soit 0,25 point de PIB) et 181 000 emplois.

- En 2015, Euler Hermes attend une croissance de +1,2% pour la France, portée par un rebond mécanique de la consommation et de l’investissement. Ce niveau équivaut à un nouveau point d’inflexion susceptible d’inverser réellement la tendance haussière des défaillances, ainsi que celle du chômage.

En revanche, l’ajustement budgétaire requis par le pacte de stabilité annihilera les effets positifs du pacte de responsabilité à horizon 2015. Un déficit public à 3% du PIB semble aujourd’hui inatteignable tandis qu’environ 15 Mds€ d’économies supplémentaires seraient nécessaires, mais certainement non souhaitables, pour atteindre ce taux cible en 2015. Ainsi, Euler Hermes maintient ses prévisions d’un déficit public au-dessus de 3,3%.

 

2/ Pour générer un vrai rebond des CA des entreprises françaises, l’inflation devra doubler

- La désinflation touche actuellement de nombreux pays en zone euro, une situation qui s’installe au détriment de l’économie réelle et atteint la dynamique de désendettement, l’extension du crédit aux entreprises ainsi que la compétitivité. Depuis la mi-2012, l’euro s’est apprécié en moyenne de 10%, tandis que le dollar reste stable et que le Yen perd 26%.

- Malgré les annonces positives récentes de la BCE, il semblerait que l’effet prix manque à l’appel. D’après les calculs d’Euler Hermes, il manquerait 2000 Mds€ en circulation, soit l’équivalent du PIB de la France, pour résoudre la dynamique désinflationniste en cours.

- En dépit d’une légère reprise macro-économique, l’insuffisance de circulation monétaire a une conséquence majeure pour la France : les CA des entreprises ne repartent pas. La concurrence par les prix se fait rude et la création de valeur, de plus en plus difficile. Aujourd’hui, compte tenu des prévisions de croissance à +0,7% en réel (soit +1,6% en nominal à la fin de l’année), les CA continueraient de stagner d’ici fin 2014, à environ +0,4%.

En raison de la faible dynamique des prix, des prévisions d’inflation à +1% et de croissance à +1,2% en 2015, Euler Hermes anticipe une progression de 1,3% des CA des entreprises françaises. Au final, il apparait évident qu’une reprise franche des CA ne serait possible qu’à la condition d’une dynamique d’inflation comprise entre 1,5 et 2%, soit le niveau moyen d’avant crise.

La présidence italienne de l’UE pourrait rouvrir le débat d’une politique monétaire plus accommodante, alors que l’Allemagne commence elle aussi à souffrir de la désinflation en zone euro et de l’euro trop fort hors zone. Sans attendre une révolution monétaire en zone euro, il est important pour la France de trouver des pistes de créations de valeur pour ses entreprises.

 

3/ Trois idées de ciblage pour créer de la valeur… Même sans inflation !

- Un autre effet « Peter Pan »
Les effets de seuil liés à la taille de l’entreprise sont plus que jamais dans le viseur des politiques publiques. En effet, les désincitations fiscales et l’accès limité au financement arrêteraient net la capacité de grandir de ces petites entreprises (passage de 9 à 10 employés et surtout de 49 à 50).
Pour accélérer la création de valeur, il semble plus efficace de cibler et d’accompagner les jeunesentreprises (moins de 5 ans). Deux raisons : leur contribution à la création d’emploi (15% del’emploi, et à 22% des créations nettes), et leur insertion dans des chaînes de valeur globales etinnovantes (entreprises de services, French Tech…).

- Eviter l’effet « Astérix »
La compétitivité des entreprises se joue à l’export. Au final, les aides se concentrent encore trop sur des secteurs protégés de la concurrence internationale. Un exemple probant : en 2014, plus de la moitié de la 2ème tranche du CICE, soit 3,3 Mds€, bénéficiera à des secteurs peu concurrentiels et/ou protégés, selon nos calculs. Les entreprises exportant une large part de leur CA ne capteront qu’une faible part de cette 2ème tranche, soit 540 M€.
Par ailleurs, la France doit encore investir pour échapper au piège du milieu de gamme et rendre ses entreprises résilientes face à des pays qui bénéficient de coûts du travail plus avantageux. En 2014, les exportations devraient croître de +2,5%, en valeur comme en volume, ce qui ne permettra pas de compenser l’augmentation du coût du travail.

- Réveiller le génie du financement de l’économie, l’effet « Aladin »
Aujourd’hui le crédit d’investissement et le crédit de trésorerie ne semblent pas contraints en France, contrairement à d’autres pays de la zone euro. De plus, la mise en place d’une BPI, ainsi que la réflexion sur le déblocage de l’épargne de long-terme, démontrent une volonté de relever le défi du déficit d’investissement en France : selon nos calculs, l’investissement des entreprises reste 7% en dessous de son point haut d’avant-crise.

Plus d’informations www.eulerhermes.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...