Connexion
/ Inscription
Mon espace

5 bonnes raisons de déployer sa plateforme digitale sur le cloud

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Chronique deRomain Chaumais, Co-fondateur d’Ysance et directeur des opérations

C’est une évidence, les plateformes digitales ne peuvent se passer du cloud ! Vous souhaitez vous ouvrir au digital commerce (qui englobe boutiques web et magasins physiques), au CRM ou au digital marketing (gestion du client au travers des campagnes, des Add Server ou des médias sociaux) ? Ne déployez pas ces différentes briques sur votre seul votre datacenter. Vous raterez alors tout le potentiel des clouds publics, et des offres SaaS. Pour convaincre les derniers récalcitrants des liens intimes qui rapprochent plateformes digitales et cloud voici 5 arguments à retenir.


1/ Se rapprocher de l’écosystème numérique des consommateurs.

S’appuyer sur le PaaS ou le IaaS d’un fournisseur de cloud public (Amazon, Google, Microsoft, Cloudwatt, Numergy, etc), c’est bénéficier d’une connectivité native avec l’environnement numérique dans lequel évolue l’écrasante majorité des consommateurs. Des internautes qui exploitent des services cloud pour leur messagerie, pour stocker leurs fichiers en ligne (photos, musique, bureautique, etc) et bien sûr pour communiquer via les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google +, etc.).

Pour un site de média, cette connectivité native se traduira par des fonctions avancées de partage sur les réseaux sociaux au niveau de chaque article. De la même façon, un site d’e-commerce déployé sur le cloud sera finement raccordé à Paypal ou aux « marketplaces » d’Amazon et d’Ebay. Enfin, les outils de gestion de campagnes s’appuieront sur l’activité sociale des internautes pour personnaliser leurs offres promotionnelles.

Mais c’est peut-être autour des aspects d’authentification que le couple réseau social / plateforme digitale est le plus prometteur. De plus en plus de sites marchands proposent à leurs visiteurs de recourir à leur identifiant social pour s’authentifier. Cette facilité et ce temps gagné sont critiques quand on sait que la création de compte sur internet est l’une des principales raisons d’abandon d’un processus d’achat.

 

2/ S’assurer des gains de performance

Le cloud offre ensuite aux plateformes digitales des garanties de haute disponibilité. Les différentes briques qui les composent sont en effet réparties et répliquées partout dans le monde. Idéal donc pour afficher où que l’on soit géographiquement, sur son application mobile ou sur le web, des temps de réponse décents. Il faut savoir que l’affichage d’un site média français consulté depuis la Chine peut prendre presque 10 secondes s’il repose sur un lien direct entre Pékin et les serveurs web parisiens... D’ailleurs, le principal argument mis en avant par Google pour promouvoir son cloud tient à la vitesse de son réseau. Celle-ci accélère ainsi le mécanisme de notification utilisé pour alerter les applications mobiles. Ou encore les échanges de données entre DoubleClick, la régie publicitaire de Google et les sites d’e-commerce hébergés sur son cloud.

 

3/ Monter en charge progressivement

L’argument de la « scalabilité » est connu, c’est même le propre du cloud. Mais s’il y a bien un domaine qui exige une allocation de puissance progressive, c’est bien celui des plateformes digitales. Car le monde du marketing digital est particulièrement incertain, imprévisible et mouvant. Il repose sur des consommateurs très volatiles agissant comme des essaims d’oiseaux passant d’arbre en arbre (pour reprendre l’image si parlante évoquée dans l’Age de la multitude). Entre les pics d’activités dus aux soldes ou à Noël et ceux induits par les buzz sur le web (jeux concours, campagne digitale originale, etc.), il est quasiment impossible de dimensionner à l’avance le trafic et d’allouer en conséquence les bonnes ressources.

 

4/ Déployer et sécuriser sa plateforme en un temps record

Là encore il s’agit d’un atout classique du cloud : le time to market. Pour les raisons évoquées précédemment (notamment la volatilité des consommateurs), les plateformes digitales doivent pouvoir être déployées extrêmement rapidement. Or les offres IaaS et PaaS ont énormément muri ces dernières années. Elles présentent une très grande variété de services d’infrastructure indispensables à la construction d’un SI orienté client : virtualisation, répartiteur de charge, serveur DNS, type de stockage, moteur de recherche, datawarehouse, service d’envoi d’emails, gestion d’identité, supervision des appli, etc. Sans oublier bien entendu les services sécurisés fournis par les différentes plateformes (sécurité des réseaux, des accès, des ressources, du stockage, etc.). Quant au prix de ces services, il s’est littéralement effondré ces derniers mois.

 

5/ Mixer les développements « in house » avec les composants SaaS du marché

Déployer sa plateforme digitale sur le cloud, c’est enfin profiter d’une connectivité quasi native avec les offres SaaS des éditeurs. Le CRM de Salesforce.com ou la gestion de mail de Mailchimp par exemple. Pour construire leur plateforme, les entreprises pourront ainsi panacher des éléments développés en interne avec des modules directement accessibles en SaaS.

Si le raccordement à ces services web est trivial, il nécessite une synchronisation des données parfois complexe. Car les modules SaaS sont voués à s’intégrer non seulement avec les briques de la plateforme digitale mais également avec les progiciels du système d’information. 

Plus d’informations Ysance.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Bpifrance signe une convention pour accompagner les entreprises à impact social

Christophe Itier, Haut-Commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire et à l'innovation sociale, a signé avec Bpifrance une convention de partenariat d'une durée de 3 ans visant à renforcer leur coordination pour accompagner le développement et la croissance des entreprises à impact social. Représentant plus de 200 000 entreprises, 2,3 millions de salariés et près de 10% du PIB en France, ce secteur constitue un levier majeur pour répondre de façon concrète aux défis sociétaux d'aujourd'hui et...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Appétence des ETI pour les dispositifs d’épargne salariale et retraite

Amundi, n°1 de l'épargne salariale et retraite en France publie, en partenariat avec le Groupe RH&M1, et le concours d'Audirep2, le baromètre 2018 consacré à la politique de rémunération et d'avantages sociaux des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). Cette nouvelle étude montre que les dispositifs d'épargne salariale et retraite sont au cœur des politiques de ressources humaines de pratiquement toutes les ETI interrogées. 97% des ETI proposent plus de 4 dispositifs d'Epargne Salariale &...