Connexion
/ Inscription
Mon espace

Habitat participatif et colocation : le logement de demain ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Alors que la Loi Alur a donné un statut à l’habitat participatif, dans le cadre de la loi du 24 mars 2014, et que la colocation concerne de plus en plus de Français, le réseau Guy Hoquet l’Immobilier a souhaité observer la perception de ces nouveaux modes d’habitat, grâce à un sondage CSA.

La colocation, uniquement une affaire de jeunes ?

Parmi les Français interrogés, près d’1 sur 6 (16%) déclare avoir déjà vécu en colocation. Une expérience qui prend de l’ampleur chez les jeunes : ils sont 31% chez les 18-24 ans, contre 8% chez les 50-64 ans à avoir partagé un logement.

Avec un âge moyen de 25 ans, les colocataires sont très largement des jeunes, mais sont majoritairement des actifs : 54% contre 45% d’étudiants et 1% de retraités.

Pour une large majorité de Français, ce mode d’habitat reste d’ailleurs une affaire de jeunes : 74% pensent que la colocation est plus appropriée pour les étudiants, ils citent ensuite les célibataires (12%) mais aussi les personnes retraitées vivant seules (9%). Les couples et familles n’étant cités respectivement que par 3% et 2% des sondés.

Un choix fait en grande majorité par nécessité, avec une motivation financière

Pour une grande majorité de Français, la vie en colocation est une nécessité plutôt qu’un choix (84% contre 16%). Toutefois, cette tendance s’atténue auprès des personnes vivant ou ayant vécu en colocation qui sont plus d’un quart (27%) à estimer que la colocation est un choix.

Pour vivre en colocation, les motivations sont variées, avec en tête la dimension budgétaire :

  1. La réduction du budget logement est ainsi évoquée par 83% des Français. Les jeunes sont un peu moins concernés avec seulement 75% des 18-24 ans qui citent l’aspect financier.

  2. L’envie de ne pas vivre seul(e) motive 34% des sondés. Ce chiffre s’accentue chez les plus de 65 ans qui sont 41% à mentionner cette motivation.

  3. 27% des Français admettent que trouver un logement plus grand est une raison qui motive à vivre en colocation.

  4. Trouver plus facilement un logement motive 30% d’entre eux.

  5. Les rencontres : seuls 14% des Français trouvent que la possibilité de faire des rencontres est une raison pour choisir la colocation.

« La crise du logement et la baisse du pouvoir d’achat favorisent l’orientation des Français vers de nouveaux modes d’habitat, en tête desquelles la colocation. Si elle reste une solution surtout envisagée pour les jeunes, elle offre de nombreux atouts qui séduisent aussi des actifs voire des retraités. C’est une étape que de plus en plus de Français vivent dans le parcours immobilier. A nous professionnels, de mettre en place les offres, les services et le conseil adaptés pour répondre aux besoins des colocataires », explique Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet l’Immobilier.

Les tâches ménagères, principale difficulté identifiée par les gens qui vivent en colocation

Le sondage révèle que les difficultés de la vie en colocation ne sont pas forcément celles que l’on imagine. Partager les parties communes est une réelle difficulté pour seulement 28% d’entre eux. 

Alors que pour les personnes n’ayant jamais vécu en colocation, partager les parties communes est l’aspect le plus difficile de la vie en colocation (38%), ce point n’est vécu comme une réelle difficulté que par 28% des colocataires. Ces derniers, par contre, élèvent au rang numéro un des difficultés le partage équitable des tâches ménagères.

L’habitat participatif : un statut avec Alur, mais un concept qui reste encore méconnu des Français

Le réseau a également interrogé les Français sur l’habitat « participatif », cette solution qui consiste à se mettre à plusieurs pour concevoir et financer son logement en y intégrant des valeurs telles que la solidarité, le respect de l’environnement, le partage ou encore la mixité sociale, et auquel la loi Alur a apporté un cadre juridique dans le cadre de la loi du 24 mars 2014.

Si plus d’1 Français sur 2 dit avoir déjà entendu parler de cette solution, ils sont seulement 23% à bien identifier ce dont il s’agit. Les seniors (65 ans ou plus) sont les plus au fait de ce nouveau mode d’habitat (70% en ont déjà entendu parler).

Quand on leur explique le principe de ce nouveau mode d’habitat, les Français sont partagés :

  • 50% jugent que c’est une solution utopique qui ne répond pas aux problèmes de logement en France,

  • 37% pensent que c’est une solution séduisante mais qui ne peut pas se généraliser, même à long terme,

  • et seuls 13% pensent que c’est une solution d’avenir pour répondre efficacement aux défis qui se posent aujourd’hui en France en matière de logement.

Source : guy-hoquet.com

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...