Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La BCE devrait opter pour un plan d’achat d’actifs ciblé, via la titrisation de prêts aux PME »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

A la veille de la réunion de politique monétaire de la BCE, l’équipe de Quilvest Gestion met en perspective les mesures que l’institution pourrait mettre en œuvre.

Ronan Blanc, gérant obligataire chez Quilvest Gestion, estime qu’ « une baisse des taux directeurs est actée à 99% par la BCE, tout comme l’adoption de taux de dépôt négatifs, pour inciter les établissements bancaires à prêter davantage aux agents économiques. Il serait très surprenant – et les marchés en seraient déçus – que la banque centrale laisse ses taux inchangés ». 

Concernant l’annonce d’un éventuel dispositif monétaire non conventionnel, attendu par les investisseurs, Ronan Blanc rappelle que « Mario Draghi avait, le mois dernier, assez clairement évoqué le déploiement de mesures expansionnistes, si aucune amélioration notable n’était observée en termes de croissance économique, d’inflation et de dynamisme du marché du crédit. Les récentes publications économiques assez décevantes en zone Euro, Allemagne inclue, valident désormais le scénario d’un assouplissement quantitatif ».

Pour autant, il ne faut pas s’attendre à un ‘Quantitative Easing’ à l’américaine nuance le gérant. « Aujourd’hui, l’enjeu européen n’est pas d’acheter massivement de la dette souveraine ou de favoriser encore davantage les prêts aux banques. L’accès au financement de celles-ci est suffisamment confortable et on constate qu’elles n’ont pas forcément réussi à transmettre les flux de crédit aux agents économiques au cours des derniers trimestres. Cela s’explique notamment par leur volonté d’assainir leur bilan et de se désendetter à quelques mois des stress-tests dans le cadre de l’Asset Quality Review. En revanche, la BCE aura pour objectif de réanimer directement les prêts aux acteurs économiques de taille modeste. Cela va très probablement se concrétiser par un plan d’achat d’actifs ciblé, via la titrisation de prêts aux entreprises, en particulier aux PME, revendus ensuite sur les marchés sous forme de titres. Il s’agirait là d’une première étape, nécessaire au redémarrage du marché de la titrisation d’actifs. Les ABS (Asset Backed Securities) sont considérés par la BCE et la Banque d’Angleterre comme des instruments financiers adéquats, à terme, pour stimuler la distribution du crédit à l’économie réelle ».

www.quilvestgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Lire la suite...


Articles en relation