Connexion
/ Inscription
Mon espace

Savoir analyser un bilan

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Christine Raffray, expert-comptable chez Baker Tilly France, donne les clés de lecture permettant d'analyser si les principaux équilibres financiers sont respectés et si, d'une manière plus générale, l'entreprise est économiquement saine.

Le bilan est la photo d'une entreprise à une date précise. Il est utilisé dans le cadre des relations internes à l'entreprise - avec les associés ou les actionnaires, les salariés -, et des relations avec les fournisseurs, les clients. Il constitue la base des négociations avec les partenaires financiers - banquiers et investisseurs.


1/ La construction des comptes
 : des principes généraux incontournables

Les principes généraux sont définis par le Code du commerce : permanence des méthodes, régularité et sincérité des comptes qui doivent refléter une « image fidèle » de l'entreprise et en traduire la situation économique. En France, le principe de prudence prédomine : des provisions pour risques seront comptabilisées, alors que des plus-values latentes ne seront pas intégrées.

Les exercices comptables sont indépendants les uns des autres. Au sein d'une période donnée sont rattachés tous les produits et toutes les charges. L'exercice suivant, les compteurs sont remis à zéro.

Rappelons que l'actif représente ce qu'une entreprises possède - les biens, les créances clients - et le passif ce qu'elle doit, d'une part à ses actionnaires - le haut de bilan -, et d'autre part à ses fournisseurs, à ses salariés, à l'Etat (charges sociales, impôts) - le bas du bilan. En d'autres termes, l'actif représente les droits de l'entreprise, et le passif représente ses obligations. Le bilan reflète le patrimoine de l'entreprise, toutes opérations cumulées depuis sa création.
Le compte de résultat est un document d'ordre économique qui définit le résultat, bénéfice ou perte, de l'exercice comptable.


2/  Les points de vigilance

Les états financiers contiennent bien plus d'informations qu'il n'y paraît au premier abord, à condition de savoir comment ils sont construits et d'avoir des repères pour les lire.

- Le niveau des fonds propres : 
S’ils doivent être positifs, aucun niveau absolu ne peut être défini car cela dépend des entreprises. Il peut y avoir des pertes, mais, en tout état de cause, les fonds propres ne doivent jamais être inférieurs au capital social. Les fonds propres doivent être suffisants pour financer la croissance, mais ils ne doivent pas non plus être excessifs. Trop de réserves, c'est de la trésorerie qui dort !

- La trésorerie :
En haut du bilan, le fonds de roulement (capitaux propres moins actif immobilisé) est une ressource durable. Positif, il peut permettre de financer le besoin en fonds de roulement (actif circulant moins dettes circulantes), véritable nerf de la guerre au sein de toutes les entreprises. L'addition de ces deux soldes (FR et BFR) constitue la trésorerie de l'entreprise.

- Les immobilisations :
Outils de l'entreprise, elles doivent être financées par des capitaux permanents (dont les emprunts). La logique est que les biens qui servent à l'entreprise à long terme soient financés par des financements également à long terme.

- Les emprunts :

Le niveau d'endettement ne doit pas dépasser un certain niveau de fonds propres. On considère généralement que tant que le total des dettes à moyen et long terme reste inférieur aux capitaux propres, l'autonomie financière de l'entreprise est assurée.

- La rentabilité :
Au niveau du compte de résultat, il existe plusieurs soldes intermédiaires de gestion. Le plus parlant est le résultat d'exploitation, puisqu'il reflète l'activité pure de l'entreprise. Il doit être positif. Attention, concernant le résultat global, celui-ci peut être dégradé, par exemple par des charges financières, ou amélioré, par exemple par des produits financiers des filiales. Dans ce cas, cela ne prouve pas que l'activité économique en elle-même de la société en question soit viable. 

- Les variations d'une année sur l'autre :
Les dirigeants doivent pouvoir expliquer ces variations. Sont-elles dues à une augmentation ou une réduction de l'activité ? A une augmentation des postes de charges ? Si oui, pourquoi ? A des recettes exceptionnelles ?

- Les informations contenues dans l'annexe :
L'annexe est un document qui reprend en détail certains postes du bilan et qui, surtout, comporte une partie narrative. Elle doit démontrer que les principes énoncés sont respectés. Elle donne des indications sur ce qui s'est passé dans l'entreprise, sur le détail de certains postes, sur les frais de recherche et développement, sur les éventuels litiges en cours, tels les prudhommes... L'annexe a pour objectif d'attirer l'attention du lecteur sur certains points, de compléter et d'éclairer les données chiffrées. Elle peut être très simple pour les petites entreprises, et extrêmement fournie pour les grandes sociétés, avec par exemple le détail du CA par pays, par gammes de produits, des précisions sur la qualification du personnel pour démontrer la force et la qualité de l'entreprise.

 

3/ L'appui d'un expert pour faire les bons choix

Au moindre doute sur la lecture du bilan, et avant de réaliser un investissement supplémentaire, les associés et actionnaires qui ont investi dans l'entreprise, auront intérêt à faire appel à un expert-comptable pour les aider à décrypter les comptes annuels.

www.bakertillyfrance.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...