Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] De ministère en ministère

BE - Culture & Société
ABONNÉS

« Madame Pinel a déjà eu l'occasion de s'égarer en matière de stratégie immobilière », selon François Gagnon, Président ERA Europe et ERA France

Le Président de la République n'a pas attendu longtemps pour procéder à un remaniement du gouvernement après la déroute électorale que le parti majoritaire a essuyée (…) Exit donc Madame Duflot. Certes, elle a donné du fil à retordre aux professionnels, et au fond nous n'avons qu'un reproche à lui faire : elle nous a donné l'impression douloureuse de nous mésestimer, et il a fallu bien des échanges, bien des heurts, et l'opiniâtreté du parlement, pour qu'elle accepte de marquer plus de considération aux agents immobiliers et aux administrateurs de biens dans son texte de loi.
Elle a fini par le faire, notamment en ne leur supprimant pas la part d'honoraires imputable au locataire ou encore en leur concédant la majorité des sièges au sein du futur Conseil national.

Pour autant, Madame Duflot aura été une ministre de tempérament au service d'un ministère fort. Un premier signe, qui avait échappé à beaucoup d'observateurs : dans l'organigramme gouvernemental, elle arrivait en 6e position, juste derrière les portefeuilles régaliens, dans une équipe de près de 40 ministres. Il ne s'agit pas seulement d'étiquette, il s'agit de poids politique, par exemple au moment d'obtenir des arbitrages à Matignon, notamment budgétaires.
Aujourd’hui, la successeuse de Madame Duflot est placée, elle, en 15e rang dans la hiérarchie de ce gouvernement resserré... c'est-à-dire en avant-dernière position. Un signal mauvais.

Second signal : la nouvelle ministre est la plus inexpérimentée du gouvernement. Certes, elle est la benjamine, mais elle est surtout depuis une dizaine d'années seulement en politique, bien loin de sa prédécesseure, jeune aussi, pourtant très chevronnée, ayant en particulier dirigé un parti politique et mené d'âpres combats.

Comment le Président de la République et son Premier ministre ont-ils pu penser qu'une ministre aux frêles épaules pourrait affronter les enjeux d'un secteur en grave difficulté ?
On attendait en effet une femme ou un homme rompu aux joutes politiques, capables de sauver dans les prochaines semaines son budget, capable d'en imposer aux nouveaux maires et présidents de communautés pour favoriser le dynamisme de la construction, capable de faire plier les ministères et les opérateurs pour qu'ils cèdent leur foncier, capable même de tenir en respect les lobbies. Le choix de Sylvia Pinel est pour le moins singulier.

Sa singularité aurait pu néanmoins être tempérée par la nomination d'un secrétaire d'Etat au logement solide : il n'en a rien été, et notre ministre cheminera seule sur les chemins escarpés de la mise en œuvre des textes de sa prédécesseure - l'ALUR appelle 208 décrets ! - et de la relance du marché, historiquement asthénique.

Madame Pinel a déjà eu l'occasion de s'égarer en matière de stratégie immobilière : sa réforme des baux commerciaux, votée le 18 février dernier en première lecture à l'Assemblée Nationale, jugule les révisions de loyer par les propriétaires avec un irréalisme économique incroyable. On ne peut qu'espérer que l'âme de l'Hôtel de Castries, qui héberge le ministère du logement, inspirera un peu mieux sa politique et l'inclinera par exemple à penser que, sans investisseur, l'offre locative n'existe pas...

Bref, avant même que le gouvernement Valls n'agisse, il semble que, sur le papier, tous les moyens pour la réussite n'aient pas été réunis pour le logement, et ce au plus mauvais moment. On nous vend une équipe de choc : pour notre secteur, le général d'armée est moins étoilé que celui à qui il succède.
Nous jugerons aux actes. Gageons que la nécessité de l'action la plus forte et l'impératif de l'ajuster aux besoins du marché l'emporteront à la fin.

L'enjeu n'est autre que la vigueur économique et l'équilibre social de la France.

www.erafrance.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...

BE - Culture & Société
ABONNES
TOP 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

 Les métiers du Développement Durable et de la RSE ont  le vent en poupe !Répondant aux desiderata d'une génération en quête de sens d'une part, et aux nouveaux enjeux et nouvelles obligations législatives des entreprises françaises d'autre part, ces carrières - plus nombreuses et plus riches - ne cessent d'attirer un public toujours plus large. Birdeo, cabinet leader en recrutement et chasse de tête spécialisé dans le Développement Durable, a analysé les besoins exprimés par ses 200 clients,...