Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] L’enseignement de l’électronique en perdition ou la chronique d’une catastrophe annoncée

ABONNÉS

Par les représentants de l'APIE - Agir Pour l’Industrie Electronique est une Alliance qui regroupe au sein de la FIEEC (Fédération des Industries Electroniques, Electriques et de Communication) les Syndicats représentatifs de la Branche électronique.

L’électronique et le numérique sont partout et sont les clefs de voute de notre innovation et de toute notre stratégie industrielle nationale. L’électronique et le numérique se fabriquent et considérant l’évolution des techniques et des technologies, il n’est plus imaginable de penser inventer et concevoir un produit électronique et numérique sans savoir comment il sera fabriqué. Or dans cet environnement, sources de compétitivité et d’innovation, il apparaît que l’électronique et le numérique ne sont plus enseignés en France sauf après le Bac niveau III (IUT et BTS) et en école d’Ingénieur ou à l’Université. Mais la dimension fabrication est rarement prise en compte. APIE (Agir Pour l’Industrie Électronique ) demande qu’une réelle filière industrielle électronique et numérique soit mise en place ; Il en va de la compétitivité de l’ensemble de notre industrie Nationale .

L’électronique et le numériques sont partout.

A tel point que l’électronique en est devenue invisible. Il est donc utile de rappeler que le numérique repose sur l’électronique et qu’un équipement dit numérique ne peut pas fonctionner sans ses composants et sous-ensembles électroniques. Aujourd’hui, la majorité des cartes électroniques est constituée d’un assemblage, sur circuits imprimés souples ou rigides, de composants électroniques et/ou numériques : semi-conducteurs intégrés et discrets, composants passifs tels que condensateurs, résistances, inductances et filtres, connecteurs, composants électro mécaniques et actuateurs. L’ensemble est intégré, pour faire très simple, dans des sous systèmes ou des systèmes avec des interconnexions électriques ou optiques ou dans des baies de raccordement.

L’Electronique et le numérique sont partout : dans au moins 5 des 7 ambitions de la Commission Innovation 2030 d’Anne Lauvergeon, dans au moins 10 des 14 Comités Stratégiques de Filières du CNI, dans au moins 28 des 34 plans de la nouvelle France industrielle d’Arnaud Montebourg. Sans parler des 40 mesures du Plan Nouvelle Donne pour l’Innovation de Fleur Pellerin. C’est dire que sans électronique et numérique, rien de tout cela n’est possible ! Cela signifie simplement que l’électronique et le numérique sont les briques incontournables de notre innovation et de toute notre stratégie industrielle.

Mais par extension de la stratégie fabless apparue en 1995, il est maintenant convenu par de nombreux observateurs et décideurs que la fabrication électronique n’a plus sa place en France. Par effet d’hypermétropie érigé en dogme, l’inconscient collectif a relégué la fabrication en arrière plan au bénéfice de l’usage des produits électroniques et numériques. Et force est de constater aujourd’hui que les effets collatéraux du fabless sont mortifères pour l’industrie, que beaucoup voudraient voir revenir au premier plan – emplois obligent.

Comment innover sans maîtriser ?

Quand le Chef d’un projet électronique et numérique est devant sa feuille blanche, qu’il doit fabriquer ou faire fabriquer la carte électronique et envisager ses fonctions numériques, il doit faire face à une difficile problématique. En effet,  sachant qu’au niveau de l’ensemble de la supply chain il y a 30 paramètres et 212 variables à définir et sachant qu’en théorie ces 30 paramètres et 212 variables sont interdépendants (dans le pire des cas et virtuellement faux), le nombre de combinaisons possibles qui s’offrent à lui serait de 42 x 1018 ! (source IPC Europe)

Cela illustre l’importance du design for manufacturing, de la nécessité d’avoir un minimum de connaissance des techniques d’industrialisation et fabrications surtout quand d’autres technologies (comme l’électronique imprimée, l’interconnexion 3D ou les objets connectés …) ou bien d’autres matériaux ou bien encore d’autres techniques émergent et foisonnent. Il est alors certain que nos « 42 x 1018 » combinaisons ne vont pas en rester là. Cela confirme également qu’il n’est plus imaginable de croire que l’on peut innover et concevoir correctement sans savoir comment cela peut être fabriqué, assemblé, testé, réparé ici ou ailleurs, totalement ou partiellement, à moins de vouloir perdre en compétitivité et ce n’est un but pour personne.

Les BAC Pro ELEEC et SEN

Dans cet environnement stratégique et technique les dommages collatéraux, qui ont échappé à tout le monde, concernent l’enseignement de l’électronique et du numérique.

Le Ministère de l’Education Nationale a lancé récemment une consultation pour la rénovation des BAC Pro ELEEC (Electrotechnique Energie Equipements Communicants) et SEN (Systèmes Electroniques et Numériques). Dans son projet de rénovation, l’Education Nationale propose la fusion des deux programmes. Ce qu’il ne faudrait surtout pas faire. Mais ce n’est pas le propos. Ces deux BAC pro sont très utiles et quand on analyse leur référentiel ils correspondent à un réel besoin principalement pour les installateurs.

APIE s’est penché sur le contenu du BAC Pro « Systèmes Electroniques et Numériques » dont le titre fait référence aux fondamentaux de notre industrie.

Mais APIE considère qu’il y a tromperie sur le contenu pédagogique. Ce BAC Pro devrait s’appeler  en fait « Installation et Maintenance des Systèmes Electroniques et Numériques ». Et, comme la thématique de la réparation n’est pas abordée au cours du programme, il va sans dire que les fondamentaux de la conception, de l’industrialisation et de la fabrication de la carte électronique/numérique ne le sont pas non plus ! On peut aussi s’étonner, que s’agissant d’une formation sur l’installation et la maintenance de systèmes électroniques et numériques, de ne trouver aucune référence à la protection ESD.

Un désert pédagogique

APIE a donc recherché, au niveau des diplômes de l’Education Nationale, ceux susceptibles de correspondre à ses métiers et ceux de ses clients. Le bilan est catastrophique.

Plus de CAP ! Plus de BEP ! Le Bac Technologique STI Génie électronique ayant été abrogé en juin 2012, le BAC le plus proche, STI2D (Science et technologies de l’industrie et du développement durable), reste généraliste et ne concerne pas spécifiquement l’électronique.

On trouve encore quelques références à la fabrication de cartes électroniques dans les projets de BTS Systèmes électroniques. Mais ces références disparaitront avec la mise en œuvre du BTS systèmes numériques. On se demande bien pourquoi : une carte électronique/numérique ne se fabriquerait-elle pas ?

Restent donc les IUT GE qui conduisent aux Ecoles d’Ingénieurs. En parcourant les programmes de ces Ecoles, nous n’avons pas trouvé trace des thématiques « Production », « Industrialisation » ou « Fabrication », hormis pour les puces.

Or, à partir d’un moment il faut bien sortir du virtuel et passer à la mise en œuvre et à la réalisation, même si cela doit être fait ailleurs, mais si on ne l’enseigne pas il y a peu de chance pour que cela puisse aussi se faire ici. Si on ne l’enseigne pas cela sera fait ailleurs dans de mauvaises conditions d’efficacité. Et nous ne pourrons même pas profiter des sauts technologiques s’ils se présentent.

Et demain ?

Au-delà de la rénovation de deux bacs utiles à l’installation et la maintenance des produits électroniques et numériques, les vraies questions qui se posent sont :

  • Comment des Hauts Fonctionnaires de l’Inspection Générale de l’Education Nationale en poste depuis des années peuvent ils favoriser le fabless et hypothéquer notre industrie ?

Il y a beaucoup de talents dans le corps professoral encore faudrait il établir des référentiels qui leur permettent de s’exprimer.

Ce désengagement de l’enseignement de premiers niveaux (V et IV voire III pour le BTS), c’est du perdant/perdant à moyen terme. Les meilleurs spécialistes de ces questions dans les entreprises seront tous à la retraite d’ici 10 ans.

  • Quand le Ministère du Redressement Productif, le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche décideront-ils de se parler pour bâtir une stratégie cohérente de chasse en meute en lien avec une vision stratégique de long terme pour le pays ?

On ne peut pas prétendre vouloir conserver l’industrie, voire la développer d’un coté et tout faire d’un autre pour qu’il n’y ait plus personne, faute d’avoir susciter les vocations, dans les unités de recherche, d’industrialisation et de production.

Ne pas enseigner l’électronique et le numérique et leur fabrication hypothèque notre compétitivité

APIE demande qu’une réelle filière pédagogique consacrée à l’électronique et au numérique soit créée en place à partir de la seconde. Cette filière doit intégrer en plus de la conception, les technologies de fabrication avec ou sans travaux pratiques selon les niveaux.

APIE demande à ce qu’aucun diplôme du secondaire comme du supérieur ne puissent porter les termes électronique et numérique sans enseignement des technologies de fabrication des cartes électroniques/numériques : à minima les fondamentaux et plus si affinité.

Si nous n’avons pas cette clairvoyance ite missa est.

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...