Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les points-clés de la sous-traitance industrielle

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Après le succès des premières Rencontres qui avaient eu lieu en octobre 2011, La Fédération des Industries Mécaniques, en partenariat avec le CENAST, Centre National de la Sous-Traitance, ont présenté les 22 et 23 janvier 2014 à l'Institut des Ressources Industrielles à Lyon, les 2èmes Rencontres Nationales de la Sous-Traitance industrielle. Échanges et convivialité étaient au rendez-vous avec une thématique centrale forte de sens : « Clients et Fournisseurs : pour une performance industrielle partagée ».

Près de 200 chefs d'entreprises, fournisseurs et donneurs d'ordre, sont venus argumenter autour des nouveaux enjeux et défis à relever pour l'industrie française. « Dans le contexte d'incertitude dans lequel vivent les sous-traitants industriels, l'objectif est de gagner en compétitivité. Il est essentiel d'échanger autour des « solutions qui marchent » et particulièrement autour des idées de co-conception et co-innovation entre fournisseur et donneurs d'ordre » souligne Florent Monier, Président du Comité de Pilotage des Rencontres.

L'indispensable adaptation de la sous-traitance industrielle

« L'évolution économique vient de s'accélérer depuis 40 ans et nous sommes devant non pas une crise mais une mutation de la société » déclare en préambule Jean-Claude Monier, Vice-Président de la FIM Rhône-Alpes. Face à l'explosion des technologies et à la mondialisation, les moyens de production humains et financiers ont dû s'adapter. Partant du diagnostic suivant, les participants ont pu échanger autour de la situation mais surtout des pistes de développement possibles.

Comment survivre dans cet environnement instable ? Une question au cœur des ateliers pratiques des Rencontres...

Les Ateliers ont pu apporter aux sous-traitants industriels des réponses pragmatiques. Revenons sur une restitution par leurs pilotes : 

Inter-entreprises : Donneurs d'ordre comme sous-traitants ont vivement intérêt à échanger sur les « Bonnes pratiques ». « Ils travaillent ensemble sur un projet commun global qui nécessite indéniablement une confiance mutuelle », souligne Yves BLOUIN (FIM). Gayetano SERRANO (CENTRALP) rappelle également l'importance pour les donneurs d'ordre d'assurer une conduite au changement en expliquant aux employés que les connaissances internes sont insuffisantes et qu'il est parfois nécessaire de s'appuyer sur des experts -les fournisseurs- pour pérenniser leur propre marché.

International : Aujourd'hui, nous sommes sur un marché mondial, et non plus exclusivement français et dans la majorité des cas, il faut exporter à l'étranger. L'internationalisation, en plus d'apporter de la valeur ajoutée, change de manière positive la vision du donneur d'ordre sur l'entreprise sous-traitante. Dès lors que la décision est prise d'exporter, se faire accompagner est une des clefs de réussite. Les missions collectives et clubs d'export permettent par exemple d'apprendre de l'expérience des autres et d'éviter certaines erreurs. Philippe EYRAUD (MIXEL) mentionne un point supplémentaire, « il est essentiel d'internationaliser tous les relais de l'entreprise et pas seulement quelques fonctions, afin d'être réellement efficace ».  

Innovation : L'innovation, qu'elle soit au niveau technologique, produit, organisationnelle ou au niveau des moyens de production, constitue un rouage majeur de la stratégie. Jean ARCAMONE (ARDI) rappelle aux chefs d'entreprises présents que les grands acteurs de la recherche veulent participer à l'innovation dans les entreprises et que les Agences Régionales pour l'Innovation sont là pour mettre en relation les différents acteurs économiques et de l'innovation. Elles apportent dans chaque région un soutien gratuit et disponible.

Numérique : Nicolas CHAVAS (Espace numérique entreprise) insiste sur l'importance aujourd'hui du numérique dans les organisations, qui apporte une vraie valeur ajoutée dans tous les services, de la conception au commercial, à la fabrication, etc. Dans le cadre des relations inter-entreprises et internationales, le numérique optimise la transmission de la circulation de l'information avec différents partenaires et sans limite géographique. Sur le front de l'innovation, c'est aussi un moyen efficace de faire de la veille concurrentielle et technologique, notamment au travers des flux RSS.

Financement : Le financement bancaire, fondé sur la vision du banquier, possède certaines limites. Il est important de garder à l'esprit qu'il existe d'autres outils pour se financer comme l'ouverture de capital. Concernant l'autofinancement, Bruno GALASSI (HUBFI) met en garde, « l'entreprise doit se financer par ses marges et non par sa dette ».

Ressources Humaines : Les hommes sont la plus précieuse des matières premières pour anticiper et se développer. Le capital humain est donc primordial pour l'entreprise. Yves FIORDA (FIM) évoque l'importance de maintenir l'attractivité du métier après une dévalorisation des métiers de l'industrie pendant 35 ans. Il rappelle également l'importance de la formation continue, « tout le monde, de l'employé à la Direction doit rester en veille active et doit continuer à se former tout au long de la vie ». Les métiers de l'industrie sont des métiers du futur, qui participent au monde de demain, «  Continuons d'être passionnés ! » conclut-il.

Spécialisation, Confiance et Anticipation : les leviers stratégiques au cœur des Rencontres

Pour s'en sortir aujourd'hui, la sous-traitance industrielle ne doit plus se positionner sur un modèle capacitaire mais chercher à se spécialiser et gagner en valeur ajoutée. « Au-delà de cette relation descendante sous-traitant/donneur d'ordre, le fournisseur est aujourd'hui une vraie force de proposition grâce à son apport d'expérience et son capital innovation », précise Céline Hugot, Présidente de la FIM Rhône-Alpes. Cette co-conception nécessite une confiance mutuelle essentielle dans les rapports inter-entreprises.

Dans un contexte aussi mouvant que celui de la sous-traitance industrielle, les fournisseurs doivent anticiper chaque signal de changement. Anticiper et innover pour opérer une réelle agilité stratégique, gage de pérennité et de développement. Les sous-traitants industriels se doivent d'être en perpétuel éveil et partage avec les différents acteurs.   

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

Soyez acteur de la finance responsable ! 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...