Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment réussir une demande d’augmentation de salaire

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Les conseils en 5 points clés de Robert Half, spécialiste du recrutement.

 

1 / Préparer l’argumentation

Quelle est la valeur ajoutée du collaborateur pour l’entreprise ?

Il faut réunir des éléments tangibles, factuels, chiffrés sur au moins les 6 derniers mois : économies réalisées, revenus générés, erreurs évitées, augmentation de la productivité, amélioration de la qualité, de la satisfaction des clients, prises d’initiative... Il faut construire cette argumentation sous l’angle de l’entreprise et donc mettre en avant sa rareté et sa ‘rentabilité’ : les réalisations personnelles du collaborateur ont-elles apporté une plus-value à l’entreprise ?

Pour évaluer l’augmentation, il est indispensable de connaître les salaires à fonctions, expériences, responsabilités égales, dans des entreprises identiques, par exemple via les sites offres d’emploi ou études de rémunérations des cabinets de recrutement.


2/ Connaître la période d’augmentation de salaire au sein de son entreprise

Si aucune période n’est fixée pour ce type de démarche, il est judicieux de profiter du bilan annuel ou d’un succès succédant à une période de plusieurs mois de (sur)performance.
Cette démarche s’entreprend au minimum une fois par anà l’exception par exemple, d’un changement de fonction.

 
3/ Solliciter un rendez-vous

C’est auprès de son manager direct qu’il faut solliciter ce Rdv en indiquant l’objet de l’entretien et en évitant toute période de pression professionnelle (pic d’activité, rapports momentanément tendus, etc...) Attention, il est préférabled’être prêt lors de cette demande car le manager peut proposer un Rdv immédiatement.


4/ Structurer sa demande

Tout d’abord, remercierpour le temps accordé et ne pas laisser transparaître un éventuel stress : comme la demande est légitime, l’attitude doit être calme et ouverte.
Avancer entre 3 et 5 arguments clés chiffrés et circonscrits, exposer ses réalisations tout en restant très factuels. Attention, ne pas déborder du champ : le collaborateur est présent pour parler de lui et de ses succès et de rien d’autre.

 

5/ Savoir conclure l’entretien : plusieurs cas possibles

a/ L’augmentation attendue est accordée.

Ne pas oublier de remercier car ce n’est pas un dû.


b/
L’augmentation n’est pas accordée.

Il faut avoir réfléchi en amont à cette éventualité et rebondir immédiatement pour proposer des alternatives :
- échelonnement de l’augmentation
- versement d’une prime, d’un bonus
- aménagement du temps de travail (4/5ème pour le même salaire, télétravail, congés supplémentaires)
- financement d’une formation
- avantages divers : véhicule de fonction, carte essence, ordinateur portable, tickets restaurant, mutuelle…/…


c/
Si rien n’est accordé, il faut se questionner sur les raisons de ce choix : l’entreprise/le manager ne peut pas OU ne veut pas ?…et en tirer les conclusions. Attention, avant de prendre toute décision sur le coup de l’émotion, cette augmentation est-elle vraiment vitale pour maintenir sa motivation ?

Quelle que soit la tournure de l’entretien, il est crucial de demeurer dans une posture strictement professionnelle, sans jamais lui donner de dimension personnelle et conflictuelle.

www.roberthalf.fr 

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation