Connexion
/ Inscription
Mon espace

Attention à l’augmentation frénétique des programmes d’émissions de dette publique !

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Christian Jimenez, Président de Diamant Bleu Gestion, Professeur agrégé d’économie

Les besoins de financement élevés des États européens leur imposent d’accroître leurs programmes d’emprunts. Démesurément pour certains d’entre eux, avec en retour une détérioration accentuée de leur niveau d’endettement pour les années à venir.

Si on ne peut que se réjouir de la convalescence de la zone Euro, il faut toutefois garder à l’esprit l’extrême sensibilité des économies nationales au fardeau de la dette. Au moment où les différents gouvernements peaufinent leur budget 2014, le gonflement notable des programmes d’émissions obligataires des États d’Europe du sud interpelle. Compte tenu du poids actuel du service de la dette, encore trop lourd dans ces pays, de tels besoins de financement sont difficilement soutenables. Prenons les cas italien et espagnol.


Prenons les cas italien et espagnol.

Les programmes d’émission de dette italienne ne cessent d’augmenter, 465 Mds€ en 2012, 470 Mds cette année, pas moins en 2014. Plus précisément, la hausse du volume d’émissions en bons du trésor est tangible sur la partie longue de la courbe obligataire, ce qui n’est pas sans conséquence puisque les emprunts à moyen et long terme sont les plus « coûteux » en termes d’intérêts. Depuis le début de l’année, le Tesoro italien a déjà émis près de 200 Mds€ en obligations à moyen-long terme, sur un total annuel de 236 Mds sur ce segment. Et l’année prochaine, c’est un montant de 240 Mds de dette à moyen-long terme que compte lever le pays, record absolu parmi les programmes de financement en zone Euro.

L’Espagne n’est pas en reste. Le Trésor n’a pas hésité, récemment, à promouvoir la syndication d’un nouvel emprunt de référence à 30 ans, très probablement motivé par l’inflexion des taux à long terme espagnols sur les marchés obligataires. En 2012, l’Espagne levait 113 Mds€ via l’émission de titres à moyen-long terme. Cette année, la barre des 120 Mds sera franchie, tandis que l’objectif dévoilé pour 2014 devrait avoisiner 125 Mds. Ici, le déséquilibre est notable entre émission de dette remboursable à court terme d’une part, qui devrait représenter 40% du programme total d’emprunt (210 Mds€), et émission de dette de maturité longue d’autre part.

 

En somme, ces deux pays sollicitent les marchés avec le même appétit ce qui va affecter davantage leur niveau d’endettement dans les années à venir. Dans des proportions et avec des conséquences toutefois bien différentes : le poids de la dette publique espagnole devrait avoisiner 96% du PIB à la fin de l’année prochaine, alors qu’il n’excédait pas 70% en 2011. Toutefois, l’Espagne dispose désormais – mais pour combien de temps ? − d’une marge de manœuvre un peu plus confortable en termes de coûts de financement. La réduction linéaire de son déficit budgétaire est salutaire (de -5,3% du PIB à fin 2011 à -3,2% estimé en 2015). Surtout, pour la première fois depuis près de deux ans, le taux de rendement à dix ans espagnol est redevenu inférieur à son homologue italien. Ce renversement des spreads au profit des emprunts espagnols, reflète essentiellement une situation politico-économique plus stable, plus rassurante pour les créanciers. Disposant d’une majorité confortable, le gouvernement ibérique a davantage d’atouts pour tenir le cap des réformes budgétaires et tenter de restaurer la compétitivité économique du pays.

 

Ce n’est pas vraiment le cas de l’Italie, ultrasensible au risque politique. Le gouvernement d’Enrico Letta est régulièrement menacé par les coups d’éclats des différents protagonistes de la coalition. Dans ce contexte, en accélérant le rythme de ses emprunts, la troisième économie européenne prend ouvertement le risque de laisser filer son ratio dette/PIB, sans être tout-à-fait certaine de pouvoir s’assurer des conditions d’emprunt plus avantageuses à l’avenir. La dette publique italienne devrait dépasser 131% du PIB national à la fin de cette année − contre 127% à fin 2012 et 120,8% à fin 2011 −, tandis que le déficit budgétaire, estimé à -3,3% du PIB, est aussi en voie de détérioration par rapport à l’année passée (-3%, à fin 2012). Une orientation préjudiciable, d’autant que l’Italie se situe d’ores et déjà parmi les pays dont la dette totale, somme de la dette des agents économiques privés et de la dette publique, est la plus importante au monde.

www.diamant-bleu.com/



Soyez acteur de la finance responsable !

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...