Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] La dictature du fiscal

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Didier Maurin

Il est parfaitement logique de payer des impôts. En effet, qui pourrait concevoir une société où l'on ne puisse financer les écoles et les hôpitaux ou la construction de routes et de ponts etc.…pour ne citer que quelques exemples parmi les plus simples.

Toutefois, comme vous le savez, nos impôts servent aussi à financer des banques qui perdent des milliards ou des entreprises comme Air France pour faire décoller des avions à perte.

L'Etat oblige à payer les deux parties de notre imposition : la première servant le bien et la deuxième finançant le gaspillage et la corruption.

A ceux qui estiment que l'on doit payer ses impôts nous répondrons : "mais ne payer que la première partie ne suffirait-il pas ?"

Par ailleurs, n'est-il pas paradoxal, dans le soi-disant "pays des droits de l'homme", de constater que l'Etat français ne respecte pas et n'applique pas la Déclaration Européenne des Droits de l'Homme en matière fiscale ? Pour ne citer qu'un exemple illustrant ce fait, prenons cet extrait de la Déclaration qui spécifie que "nulle ne peut être juge et partie". Or, le fisc est trop souvent juge et partie en France, à savoir qu'il demande un redressement et l'applique lui-même sans le respect du droit.

Il est curieux de constater que notre pays protège relativement peu les individus que nous sommes face au pouvoir de l'Etat. Par exemple, dans la plupart des pays industrialisés, il est interdit aux différentes administrations de recouper leurs informations afin de mieux "cerner" les citoyens, et ce dans un but de protection de la vie privée.

Fi de tout cela, naturellement, en France…

Bien entendu, on peut aussi s'interroger sur l'approche de l'impôt dans notre pays qui porte trop souvent un caractère de sanction et non une approche de véritable solidarité sociale. "Si vous gagnez, vous êtes coupable et si vous êtes coupable, vous devez payer". C'est ici une affaire de culture, l'aspect judéo-chrétien de "l'argent-mal" ressortant clairement. Cet aspect apparaît peu dans les pays anglo-saxons où le protestantisme valorise la notion de "richesse gagnée". Négativité chez nous, positivité chez eux. D'ailleurs, peut-être pouvons-nous soupçonner certaines opinions politiques de reprendre à leur compte les valeurs judéo-chrétiennes contrairement à ce qu'elles affirment !

Le problème toutefois, pour la France, reste celui de la compétitivité sur le plan international. En effet, nombre de pays ont bien compris "qu'on n'attire pas les mouches avec du vinaigre !" et l'adage est bien entendu valable en matière fiscale.

La France est le plus taxé des pays industrialisés, et avec sa rigidité du travail, sa non-valorisation des notions d'investissements et des prises de risques, elle incite trop facilement la fuite des cerveaux et les délocalisations. Peu reconnaissent la gravité du phénomène, mais tout le monde en parle. Croyez bien qu'avec le développement de la concurrence fiscale, cet aspect des choses va s'accentuer.

En fait, avec son état d'esprit répressif, la France se fait du mal à elle-même. Un aspect frappant est celui de l'ISF, l'Impôt de Solidarité sur la Fortune, qui constitue en fait un impôt négatif, un impôt qui coûte au contribuable moyen. En effet, les opinions de chacun d'entre nous doivent être respectées, mais sur le plan des chiffres, cet impôt rapporte très peu alors même qu'il a incité beaucoup de capitaux à fuir. Des capitaux qui ne rapporteront plus d'impôts fonciers, d'impôts sur les plus-values, etc., qu'ils auraient payés s'ils étaient restés en France.

Pour un milliard de gagné, ce serait 10 à 15 milliards de perdus…sauf sur le plan de l'idéologie.

Naturellement, le sujet est délicat.

Quoi qu'il en soit, il serait temps que la France prenne conscience de sa place et de ses obligations dans l'Europe d'aujourd'hui. En effet, les accords de Maastricht ont abouti à 3 grands principes de droit dans l'espace européen :

 

-       la liberté de circulation des individus,

-       la liberté de circulation des capitaux,

-       la liberté d'établissement des sièges sociaux d'entreprises.

 

Si, pour le fisc français, la première disposition ne pose pas de problème majeur, les deux suivantes, à l'inverse, font l'objet de nombreuses "dissuasions" qui se transforment trop souvent en procédures juridiques, procédures qui irritent Bruxelles et que perd souvent la France. En fait, la solution réside dans le nécessaire désengagement de l'Etat français dans nombre de domaines économiques, ce qui lui permettra de baisser ses dépenses, de baisser les impôts, d'attirer la richesse et l'investissement en développant son attractivité, et d'augmenter le pouvoir d'achat des individus que nous sommes via la baisse de la pression fiscale.

Plus qu'ailleurs en fait, la fiscalité est moins une affaire d'idéologie qu'un problème d'intelligence.

 

Didier Maurin est spécialiste du conseil en investissements financiers en France et à l’international depuis 26 ans. Il est fondateur et gérant indépendant depuis 21 ans de Didier Maurin Finance, Société de Conseil en Gestion de Patrimoine située à Paris et en Lorraine, et de Katleya Gestion, Société de Gestion de Fortune basée à Genève, depuis 2005. Il développe chaque mois dans sa lettre financière à destination de ses clients et abonnés son point de vue d’expert, parfois incisif, sur le monde économique et ses conseils avisés d’investissements.

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...