Connexion
/ Inscription
Mon espace

Malgré l’avancée des technologies, les coûts de mise à jour des progiciels de gestion intégrés demeurent très élevés

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

 

UNIT4, éditeur et intégrateur de progiciels de gestion, présente les résultats d’une étude menée par IDC qui démontre que les ERP, Enterprise Resource Planning, même les plus récents, ne sont pas suffisamment flexibles pour accompagner l’évolution de l’entreprise. Leurs coûts de mise à jour et d’adaptation demeurent très élevés. Cette étude a été effectuée auprès de 167 Directions Générales en Europe et aux Etats-Unis.

L'un des principaux défis pour l'entreprise aujourd’hui est de posséder un ERP, capable de s'adapter et d'évoluer en cas de fusion, acquisition, restructuration, changement de normes réglementaires, ou encore de refonte du processus métier. Alors que les coûts de maintenance d’un ERP sont budgétés et respectés par la plupart des sociétés, il reste plus difficile d’anticiper les coûts additionnels représentés par la mise à jour et les modifications d’un ERP en cas de changements dans l’entreprise.

Selon l’enquête, le coût moyen du changement serait de plus de 1,2 million de dollars par an pour les entreprises et pourrait même dépasser 4,1 millions de dollars annuels dans les cas les plus extrêmes, en plus des coûts de déploiements initiaux. 15% des répondants ont même déclaré avoir été obligés de réinstaller leur ERP suite à un changement d’organisation ou de stratégie.

La plupart des éditeurs leaders sur le marché des ERP tels que Oracle et SAP ont récemment introduit des nouvelles versions dotées de nouvelles architectures et selon Michael Fauscette, Vice-président des solutions IT, IDC : « Il serait légitime de penser que les ERP développés durant ces trois dernières années seraient plus flexibles et facilement modifiables. Cependant l’étude nous révèle une toute autre réalité. »

Près de 70% des personnes interrogées ont investi dans un nouveau progiciel intégré ces trois dernières années,  avec une probabilité forte de devoir faire des modifications modérées ou importantes de leur système en cas de fusion/acquisition, refonte des processus métier ou d’adaptations aux nouvelles normes. Même si les éditeurs mettent l’accent sur l’interopérabilité de leur logiciel en promouvant leur « agilité » ou leur « flexibilité », l’étude montre qu’accompagner le changement reste long, très coûteux et perturbe l’activité de l’entreprise.

A titre d’exemple, la simple modification de la structure des données du progiciel nécessite, selon les participants à l’étude, une implication des équipes informatiques et métier pendant environ 14 jours. Ces dernières ne peuvent plus rester concentrées sur leur activité principale, et une perte importante de productivité est constatée.

La résignation semble dominer à propos de ces coûts et perturbations. Selon Michael Fauscette : « Les changements et les investissements successifs dans le domaine des ERP sont tellement fréquents et généralisés que chaque entreprise considère qu’elle n’a pas vraiment le choix. Cependant, évaluer uniquement les coûts d’acquisition et d’implémentation d’un ERP n’est plus suffisant. Il est impératif pour chaque entreprise de prendre en considération les coûts que vont générer des ERP qui manquent de flexibilité et qui n’ont pas la capacité d’absorber le changement. Cela est également valable pour les nouveaux ERP lancés ces trois dernières années. IDC conseille aux entreprises de bien étudier le marché et de rechercher des solutions réellement « flexibles »  afin de poursuivre et réaliser leurs objectifs sans saturer leurs ressources internes.»

L’intégralité de l’étude en anglais est disponible sur le lien suivant: Maintaining ERP Systems: The Cost of Change” (Mai 2013)

 

---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...