Connexion
/ Inscription
Mon espace

Quotient familial : les classes moyennes paient l’addition

ABONNÉS

Contrairement aux promesses, les classes moyennes font les frais d’un revirement chiffré à 1 Md€ :

- Nouvelle baisse du plafond du quotient familial. Ce quotient a été créé non seulement pour encourager la natalité mais aussi pour assurer l’équité et la neutralité de l’impôt au regard de la situation familiale du ménage. La nouvelle baisse du plafond à 1 500 euros par « demi-part d’enfant à charge » pénalise 1,3 million de ménages !

- Suppression de la réduction d’impôts pour frais de scolarité dans le secondaire.

- Réduction de 50% des aides à la naissance (allocation de base de la PAJE) pour les ménages dont les ressources dépassent un certain plafond (3 250 € pour un couple mono actif ; 4 000 € pour un couple biactif ou personne isolée).

Si la CFE-CGC souscrit au principe de solidarité, l’un des piliers de la politique familiale, cette solidarité doit être équitable. Le quotient familial vise à garantir un niveau de vie équivalent, à revenu équivalent, à deux familles avec ou sans enfants. Or, les mesures prises par le gouvernement sont en totale contradiction avec ce postulat. Pire, elles portent atteinte à l’ambition d’une politique familiale qui prône la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale et s’inscrivent à contre-courant du dynamisme démographique envié par nos voisins européens.

 


---------- s'abonner aux lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation