Connexion
/ Inscription
Mon espace
Initiatives
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Initiative] 2022 - 2032 : la décennie internationale des langues autochtones

Motorola et la Fondation Lenovo annoncent la prochaine phase de revitalisation des langues indigènes menacées au siège de l'UNESCO.

Cette année, l'Assemblée Générale des Nations Unies a proclamé la période 2022 - 2032 comme la Décennie internationale des langues autochtones (IDIL), dans le but d'attirer l'attention du monde entier sur la situation critique de nombreuses langues autochtones et de mobiliser les parties prenantes et les ressources pour leur préservation, leur revitalisation et leur promotion.

En tant qu'entreprise mondiale dont l'objectif est d'offrir des technologies plus intelligentes pour tous, Motorola a sensibilisé le public et pris des mesures pour poursuivre son engagement envers le projet de revitalisation des langues autochtones, lancé au début de l'année 2021.

Aujourd'hui, dans le cadre de la célébration de l'UNESCO de la Décennie internationale des langues autochtones, Motorola a annoncé la prochaine phase du projet axée sur les langues autochtones de l'Inde, qui arrivera dans les prochains mois. Avec la Fondation Lenovo, la marque est également fière de s'associer à l'UNESCO pour mener de nouvelles recherches sur l'impact et le potentiel de la numérisation des langues indigènes menacées.

Sergio Buniac, Président de Motorola et Vice-Président de Lenovo, ainsi que des représentants de la Fondation Lenovo et de Motorola Globalisation - ont participé à l'événement de Paris qui a réuni des représentants de haut niveau des États membres de l'UNESCO, des dirigeants autochtones, du système des Nations unies, de la société civile, des organisations nationales de recherche et des représentants des secteurs public et privé. Ces parties prenantes se sont réunies pour discuter ensemble de la manière d'intégrer et de préserver les langues autochtones dans le monde et de la façon dont elles pourraient coopérer pour un avenir plus inclusif.

« L'idée de ce projet est née d'un problème identifié par notre équipe Motorola, qui a constaté que les langues indigènes n'avaient aucune représentation sous forme numérisée dans une technologie qui pourrait permettre de préserver non seulement la langue, mais aussi les traditions, la culture et l'histoire. Nous espérons que cette initiative sensibilisera à la revitalisation des langues, non seulement en ayant un impact sur les communautés, mais en ouvrant la voie à l'ajout d'autres langues autochtones menacées sur d'autres smartphones », déclare Sergio Buniac, Président Mondial de Motorola.

À mesure que les nouvelles générations d'autochtones s'alphabétisent et utilisent la technologie, il est essentiel qu'elles puissent utiliser leur langue maternelle dans de nouveaux formats numériques afin d'éviter la mise en danger et la perte de la langue. L'UNESCO estime qu'une langue indigène disparaît toutes les deux semaines, ce qui signifie qu'environ 3 000 langues uniques auront disparu d'ici la fin du siècle. Afin de contribuer à la préservation de notre patrimoine humain, de l'histoire unique des cultures indigènes et de l'autonomie de la prochaine génération, Motorola a travaillé en partenariat avec la Fondation Lenovo pour intégrer les langues dans ses smartphones. Le Kaingang (parlé dans le sud du Brésil), le Nheengatu (parlé en Amazonie) et le Cherokee (parlé aux États-Unis) font déjà partie des plus de 80 langues que Motorola propose dans son interface mobile.

Grâce à cette initiative, Motorola est devenu le premier fabricant de téléphones mobiles à permettre aux citoyens cherokees d'accéder à une interface utilisateur de téléphone mobile entièrement localisée et à soutenir pleinement une langue indigène parlée en Amazonie. Motorola a partagé les caractères, les 360 000 mots traduits et les personnalisations linguistiques sur la plateforme Android afin que d'autres équipementiers et entreprises puissent ajouter ces langues à leurs interfaces, ouvrant ainsi la voie à une utilisation et une revitalisation plus conséquentes. Pour commencer, Lenovo, la société mère de Motorola, étudie l'intégration des langues sur ses PC.

Au fur et à mesure que le projet se poursuivra au cours de la prochaine décennie, Motorola et la Fondation Lenovo espèrent sensibiliser le public, agir pour la survie des langues menacées et permettre aux générations futures de communautés autochtones d'utiliser la technologie dans leur langue maternelle.

Lire la suite...


Articles en relation