Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Transition énergétique : Les pays nordiques continuent de montrer la voie …

… pendant que l'Allemagne et le Royaume-Uni accumulent du retard.

  • Le rapport ETRI « Energy Transition Readiness Index » 2022 (indice de préparation à la transition énergétique) évalue et compare les marchés de l'énergie dans 13 pays européens

  • L’ETRI 2022 indique que les pays nordiques sont parmi les mieux placés pour se préparer à la transition énergétique, tandis que des pays comme le Royaume-Uni et l'Allemagne sont en retard

  • Tous les pays ont des objectifs de décarbonation ambitieux, mais les pays les mieux classés montrent un potentiel d’accès aux marchés de la flexibilité plus important

  • Dans les pays moins bien classés, la gouvernance, la réglementation de la transition énergétique, les retards dans l'accès au réseau et les marchés de flexibilité défavorables contribuent à l'incertitude des investissements.

L'indice de préparation à la transition énergétique (ETRI) 2022, produit par l'Association britannique pour les énergies renouvelables et les technologies propres (REA) et sponsorisé par Eaton et Eversheds Sutherland, évalue et compare les marchés de l'énergie dans 13 pays européens.

Sur une échelle de 1 à 5, la Finlande obtient un score de 5 et se classe ainsi comme le pays le plus performant de l'ETRI 2022, suivi du Danemark, de la Norvège et de la Suède, qui obtiennent un score de 4. La France et les Pays-Bas ont également reçu des scores élevés.

L'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Irlande, l'Italie, la Pologne, l'Espagne et la Suisse ont quant à eux obtenu un score de niveau 3, soit le niveau le plus bas attribué dans le rapport cette année.

L’ETRI 2022 appelle les pays à :

  • Quantifier et planifier les besoins futurs en matière de flexibilité ;
  • Prioriser et accélérer les réformes du marché de la flexibilité ;
  • S'attaquer d'urgence aux obstacles actuels à l'investissement dans les actifs de flexibilité.

Une étude récente de l'industrie européenne suggère que le déploiement de ressources de flexibilité du côté de la demande pourrait entraîner des économies de coûts annuelles allant jusqu'à 300€ par client en 2030, ainsi que des économies annuelles de 37,5 millions de tonnes d'émissions de GES.

Tous les pays affichent une forte ambition en matière d'objectifs de décarbonation, mais les pays les mieux classés disposent de marchés de la flexibilité offrant un accès équitable, transparent et simple, tandis que les pays les moins bien classés présentent des obstacles à l'investissement tels que des retards dans l'accès au réseau électrique et des marchés de flexibilité défavorables.

Il est urgent de résoudre ces obstacles si l'on souhaite tirer profit de la transition énergétique. De nombreux pays sont confrontés à un énorme défi en matière de flexibilité et une action rapide est nécessaire afin d’atteindre les objectifs de la transition énergétique.

Le Dr Nina Skorupska, Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique (CBE), PDG de l’Association britannique pour les énergies renouvelables et les technologies propres (REA), déclare : « Comme l'indique clairement l'ETRI 2022, malgré les progrès réalisés par des pays comme la Finlande, les paroles prometteuses de nombreux gouvernements européens ne sont pas suivies d'actions en matière de préparation à la transition énergétique.
Nous avons maintenant besoin d'actions significatives pour résoudre les obstacles auxquels notre industrie est confrontée : une planification appropriée à long terme, la priorisation et l'accélération des réformes du marché, et l'élimination urgente des obstacles actuels à l'investissement ; tous ces éléments sont désespérément nécessaires pour nous mettre sur la bonne voie.  
Je ne sous-estime pas le défi qui nous attend, mais le coût de la lenteur excessive des nations à se préparer à la transition énergétique est tout simplement trop élevé. Nous traversons déjà une grave crise énergétique et les gouvernements vont accumuler des problèmes encore plus graves pour l'avenir s'ils n'agissent pas dès maintenant. »

Dirk Kaisers, EMEA Distributed Energy Segment Leader chez Eaton, poursuit : « En tant qu'entreprise mondiale de gestion d'énergie, nous constatons que les entreprises du monde entier accélèrent le rythme vers le zéro émission de carbone, incitées par la crise énergétique à examiner des technologies telles que la production d'énergie renouvelable, les systèmes de stockage d'énergie et les avantages de flexibilité énergétique des infrastructures de recharge pour véhicules électriques. Les gouvernements doivent répondre à l'enthousiasme naissant des entreprises en adoptant des politiques visant à créer des marchés équitables, transparents et facilement accessibles qui encourageront les investissements privés dans la transition énergétique. Comme le montre le rapport ETRI 2022, les pays nordiques constituent un modèle. Les pays en bas du classement doivent rattraper leur retard. »

Oliver Le Bars, Counsel, Eversheds Sutherland conclut : « L'objectif de décarbonation de la France est clair, même si la part élevée du nucléaire dans son mix énergétique induit une urgence à décarboner sans doute moindre que dans d'autres pays. Ce rapport souligne à quel point la transition vers une énergie propre est dans l'intérêt de tous : elle est indispensable à la réalisation des objectifs environnementaux vitaux, au pouvoir d’achat des consommateurs et à la sécurité énergétique, si cruciale dans le contexte géopolitique actuel. Dynamique et engagé, le secteur de l'énergie propre ne demande qu’à passer au niveau supérieur. Ce qu'il faut maintenant, c'est supprimer les obstacles inutiles pour encourager les investisseurs et stimuler la croissance du marché. Les alternatives sont trop coûteuses – à tous les niveaux – pour être envisagées. »

Lire la suite...


Articles en relation