Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Chief Impact Officer : nouveau poste dans l'univers RSE

Chief Impact Officer : nouveau poste tendance dans l’univers RSE ou véritable avancée pour l’écologie ? 

L’émergence du métier de Chief Impact Officer reflète-t-elle l’évolution et la place de la RSE au sein des entreprises ? Est-ce la version startup du directeur du développement durable ? Ou, au contraire, sommes-nous à l’aube d’un positionnement plus stratégique des postes RSE au sein des organisations ? À la frontière entre la communication et les affaires publiques, ce métier prend une tout autre tournure pour la stratégie d’entreprise.  Greenly dresse un premier bilan de ce nouveau métier à impact et identifie les leviers sur lesquels les entreprises peuvent s’appuyer.
 
Greenly, spécialiste du bilan carbone pour les PME, publie son premier baromètre sur le métier de Chief Impact Officer. L’étude, réalisée en mars 2022 sur un échantillon de 181 entreprises de toute taille (de la TPE au grand groupe), offre une perspective sur l’avenir et davantage de transparence sur ce nouveau métier : quel périmètre d’action, quelle organisation, quelles missions, quels indicateurs de performance, quels challenges ?
 
Le Chief Impact Officer réinvente les métiers traditionnels de RSE et est relativement récent puisque près de 70 % des répondants exercent ce métier depuis moins de 2 ans et 60 % d’entre eux sont les premiers CIO de leur entreprise. Dorénavant, le CIO doit intégrer l’impact dans le business et la stratégie de l’entreprise. Sa mission consiste à mesurer les 3 scopes de l’impact de l’entreprise, qu’il soit positif et négatif. Il propose ensuite des leviers d’actions afin de rendre l’entreprise plus vertueuse pour la planète et la société dans son ensemble. Pour répondre à leur stratégie RSE, 82 % des entreprises nomment un responsable et une équipe RSE pour définir la stratégie RSE et assurer son déploiement.
 
Un poste intégré à l’entreprise
 
Selon le baromètre Greenly, les CIO sont dans la moitié (48 %) des cas rattachés au COMEX, preuve en est que le sujet RSE devient de plus en plus stratégique dans les entreprises. Dans le détail, parmi ceux dépendant du comité, cela concerne principalement les PME (43 %) et les ETI (29 %) plutôt que les grands groupes (23 %) et les startups (5 %). Les CIO déclarent travailler majoritairement pour près de 50 % d’entre eux avec la direction de leur entreprise, loin derrière le service Marketing (10 %) et Finance (6 %). Il est à noter toutefois que dans la catégorie “autres”, les répondants sont souvent revenus sur les départements logistique, technique et opérationnel.
 
Dans les projets RSE de l’entreprise, 2 CIO sur 3 estiment que les salariés s'impliquent régulièrement. Cette tendance est davantage marquée dans les grands groupes où cela correspond à 36 % des salariés. La moitié des CIO privilégient la messagerie instantanée ou la newsletter comme outils qu’ils utilisent pour communiquer.
 
Dans leurs missions, la majorité des CIO formalisent une stratégie RSE, suivie de la stratégie carbone/climat de l’entreprise. Il est à noter qu’un tiers des répondants ont pour mission d’obtenir une certification ou un label. Concrètement, les actions les plus mises en place par les CIO concernent la promotion l’égalité hommes-femmes (76%) et la diversité dans les équipes (66%). Sur le plan environnemental, favoriser le télétravail (69%), à parité, réduire la consommation de papier et établir des règles pour les achats responsables (66%) font partie du top 3.
 
Pourtant, certains freins identifiés
 
Outre le manque de temps pour plus de la moitié des répondants, le manque de ressources (39 %) et de budget (35 %) sont tout aussi révélateurs. Sur ce dernier point,  1 CIO sur 3 déclare ne pas savoir à combien est évalué le budget annuel alloué à la RSE, notamment en ce qui concerne les grands groupes où l’information semble peu transparente. Près de la moitié des entreprises allouent un budget inférieur à 50 000 € et c’est jusqu’à 1 sur 10 pour moins de 5 000 €, dont 50 % d’entre elles sont des PME. Seuls 8 % des entreprises consacrent plus de 500 000 € par an à la RSE et cela concerne majoritairement les grands groupes.
 
Les équipes RSE restent encore souvent petites où 40 % d’entre elles sont composées de 2 à 4 personnes. La taille de l’équipe augmente avec la taille de l’entreprise puisque sur les 15 % d’entreprises où elles sont composées de plus de 6 personnes, 74 % concernent des grands groupes et seulement 11 % des PME.
 
Points clés à retenir :
  • Près de 70% des CIO exercent depuis moins de 2 ans;
  • 60% d’entre eux sont le premier CIO de l’entreprise;
  • Le budget annuel alloué à la RSE est inférieur à 5000€ pour 1 entreprise sur 10. Il est supérieur à 500 000 € pour seulement 8% des entreprises dont 74% sont des grands groupes;
  • 40% des équipes RSE restent petites où elles sont composées de 2 à 4 personnes;
  • 48% des CIO sont rattachés au COMEX, tendance plus forte dans les PME;
  • 68% s’appuient sur les managers pour diffuser la culture d’impact au sein de leur entreprise;
  • Les principaux freins pour mettre en place les actions sont le manque de temps (51%), de ressources (39%) et de budget (35%).

Lire la suite...


Articles en relation