Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Enquête] Les Français et le nucléaire : des divergences générationnelles

« Le monde de demain sera plus électrique (...) Nous devons être en mesure de produire jusqu'à 60% d'électricité en plus qu'aujourd'hui. Et la clé, pour faire cela de la manière la plus sûre, c'est de développer les énergies renouvelables et le nucléaire", déclarait Emmanuel Macron le 10 février dernier à Belfort, dévoilant à cette occasion son ambition de construire 14 nouveaux réacteurs d’ici à 2050, dont 6 d’ici à 2035.

Alors que la question de la transition énergétique de la France s’est immiscée dans le débat présidentiel, certains candidats se positionnant en faveur du développement des énergies renouvelables, d'autres pour la relance du nucléaire, plus de 7 Français sur 10 estiment que la stratégie énergétique du pays est une question essentielle qui devrait être soumise à référendum. Dans un contexte de hausse des prix du gaz et de l’électricité, vers quel camp penchent-ils ?

Enseignements de l’étude OpinionWay réalisée pour PrimesEnergie.fr, financeur privé de la transition énergétique.

Développer le nucléaire : oui mais pas en priorité

Constituant un témoignage de l'évolution des mentalités, si le pouvoir d'achat reste la principale préoccupation des Français en termes de consommation énergétique (92%), leur confort thermique ainsi que la réduction de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre sont pour eux des points d’attention quasiment aussi importants (90% ex æquo).

Ainsi, le trio des principales mesures à mettre en œuvre pour faire face aux augmentations du prix de l’énergie sont pour eux :

  • Assurer lasouveraineté énergétique de la France (89%),
  • Réduire notre consommation d'énergiegrâce à la rénovation énergétique des bâtiments ou le renforcement des transports en commun (88%),
  • Développer les énergies renouvelables telles que le solaire, l’éolien et l’hydraulique (82%).

Au pied du podium semblant moins stratégique en comparaison, la relance du nucléaire n’est une priorité que pour 66% des Français. S’ils sont globalement d’accords pour affirmer qu’il est essentiel de ne pas dépendre totalement du nucléaire (85%), dans le détail sont observées quelques divergences de points de vue entre les générations quant au recours à cette source d’énergie. Moins enthousiastes que les séniors, les jeunes font montre d’une méfiance globale plus importante, mettant en lumière une certaine inquiétude vis-à-vis des risques sur la santé humaine et l'environnement, aujourd'hui et pour les générations futures.

A noter, les écarts de perception entre les jeunes et les séniors se retrouvent également sur d’autres aspects. Ainsi, les personnes âgées de 65 ans et plus sont plus nombreuses (64%) que celles de 18-24 ans (52%) à considérer qu’il y a aujourd’hui des sujets plus importants que la transition énergétique, comme l'emploi, la sécurité, le pouvoir d'achat ou la santé.

De même, elles se montrent également plus pessimistes quant à nos chances de concilier lutte pour le climat, croissance économique et modes de vie modernes (65% des 50-64 et 52% des 65 ans et + versus 44% des 18-24 ans).

Lire la suite...


Articles en relation