Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Penser cash : le nouveau credo des entreprises 4.0

Par Ouafa M'Hamed, chef de produit Quadient France

La trésorerie d’une entreprise a toujours été l’un des baromètres les plus surveillés par les dirigeants et les directions administratives et financières (DAF). Priorité en temps de crise, elle n’en reste pas moins centrale dans toute stratégie de développement et nécessite un suivi quotidien. Aujourd’hui – et plus encore dans la réalité post-Covid – les entreprises se doivent de faire preuve d’adaptabilité, de flexibilité et de proximité pour rester compétitives. Cela implique un pilotage fin et rigoureux de leur trésorerie, mais aussi et surtout la mise en place d’une vraie « culture cash » dans l’entreprise. Seule une digitalisation bien orchestrée de la fonction finance peut permettre cela. Explications.

Priorité trésorerie pour les DAF 4.0 

Entre achats, facturation, gestion des stocks, créances clients, problématiques de recouvrement ou encore dettes fournisseurs, les DAF jouent les équilibristes pour garantir le besoin en fonds de roulement de l’entreprise. Quand les budgets se resserrent, la trésorerie se tend et réduit la flexibilité des gestionnaires. D’après une étude Spoking Polls (février 2021), 52% des directeurs financiers annoncent que le processus sur lequel ils vont le plus investir en 2021 concerne la trésorerie, là où ils n’étaient que 18% en 2020.

Investir dans la fonction finance consiste à la transformer pour optimiser sa performance. Cela passe par une réorganisation associée à une digitalisation. Gain de temps, productivité accrue, prises de décisions optimisée… pour accompagner la direction générale et rendre l’entreprise plus agile, notamment dans un contexte de travail à distance, le rôle des DAF évolue et dépasse le cadre technique. La fonction finance, par sa connaissance fine de l’activité, est désormais leader du changement et copilote la performance. La digitalisation des DAF permet d’embarquer toute l’entreprise dans cette nouvelle organisation, pour le bien de sa trésorerie et donc de sa compétitivité.

D’une trésorerie gérée par la DAF à une culture cash collective…

L’idée de culture cash dépasse le périmètre des DAF et le concept traditionnel de trésorerie. Il s’agit de sensibiliser plus largement les collaborateurs à la problématique du cash, de les responsabiliser et de créer une réelle prise de conscience collective au sein de l’entreprise. Chacun doit jouer un rôle pour sécuriser les finances de l’organisation. La digitalisation accélère ainsi le déploiement de la culture cash en permettant à chaque service d’avoir un aperçu précis et immédiat sur l’encours client et la trésorerie dans son ensemble. Prenons l’exemple du service achats : dans une organisation en silos, il va rester concentré sur ses priorités sans prendre en compte celles de la DAF, alors que s’il a accès à des informations financières globales en temps réel, il va pouvoir adapter sa rotation des stocks pour sécuriser les liquidités au maximum. Il en va de même pour la fonction commerciale qui va pouvoir négocier des délais de paiement favorables et identifier les clients les plus solvables. Dans une logique de culture cash, la trésorerie de l’entreprise devient l’affaire de tous, pas uniquement celle de la DAF.

… rendue possible par des outils collaboratifs performants

Digitaliser la fonction finance consiste à l’équiper d’outils collaboratifs qui vont permettre de visualiser en temps réel non seulement la trésorerie de l’entreprise, mais aussi l’encours clients, les factures impayées… Il devient alors possible d’automatiser certains process, de mettre en place des relances automatiques ou encore de faire une cartographie des profils clients en fonction de leurs habitudes de paiement par exemple. Ces différents indicateurs et cette mise à disposition des données permettent aux équipes de faire preuve de plus d’agilité et de réactivité. 75% des directions financières attendent ainsi de la digitalisation qu’elle engendre des gains de productivité, 48% qu’elle permette une meilleure capacité de prévision et d’anticipation, et 37% qu’elle génère une meilleure organisation du travail collaboratif. Au sein des DAF, digitaliser n’est désormais plus une option, mais bien une nécessité pour garantir la pérennité de l’activité.

S’appuyer sur des outils numériques pour protéger sa trésorerie est un des leviers essentiels de la mise en place d’une véritable culture cash dans l’entreprise. Cela permet, en outre, de répondre à la pression de l’écosystème de l’entreprise. Car il faut également s’adapter à ses clients, fournisseurs et partenaires, en se dotant d’outils innovants et compatibles. Le projet de loi de finance, en rendant obligatoire la facturation électronique pour toutes les entreprises dès 2023, encourage l’automatisation des process et l’adoption de ces outils collaboratifs. Une démarche qui s’avère aussi bénéfique pour le maintien de la trésorerie de l’entreprise.

Lire la suite...


Articles en relation