Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Point de vue] Action Logement : la CFE-CGC refuse de signer l'engagement mutuel

ABONNÉS

Par la CFE-CGC

En signant la lettre d’engagement mutuel avec l’État la CFE-CGC a posé pour condition qu’à partir de 2016 les prélèvements faits sur le 1% logement d’Action Logement pour les politiques publiques reviennent à un montant supportable de 470 millions d’euros par an ou au maximum de 25% de ce qui reste de la collecte du « pseudo 1% Logement » : non pas 1%, non pas 0,95% mais 0,45% !

Hélas, eu égard à notre déficit récurrent et au fonds abyssaux vers lesquels nous entraine inexorablement notre dette, certains à Bercy, incapables depuis des années de faire baisser les dépenses publiques (1.100 milliards/57% du PIB) en veulent toujours plus.

L’État continue sans vergogne ses ponctions sur Action Logement : 1,2 milliard d’euros chaque année de 2013 à 2015 et, sur la période, nous demande de souscrire un emprunt auprès de la CDC à hauteur de 1 milliard par an pendant 3 ans dans des conditions inacceptables. Un prélèvement obligatoire déguisé qui dure depuis des années avec, de surcroît, de plus en plus de subventions exigées donc sans retours de prêts.

Mais l’exigence de l’État ne s’arrête pas là ! Au-delà, il veut continuer à prélever : 900 millions d’euros en 2016, 700 en 2017 en promettant 500 millions en 2018 (alors que ce gouvernement ne sera plus là). Pour la CFE-CGC, c’est désormais inacceptable. Primo cela met clairement en péril le modèle économique d’Action Logement et, deuxio, cela laisse de moins en moins de ressources disponibles pour les services aux salariés.

Cela remet donc clairement en cause notre signature de la lettre d’engagement mutuel.

Alors que l’économie est en berne, que les salaires stagnent, que le logement est un facteur de perte de compétitivité, trop c’est trop !

La CFE-CGC ne peut accepter que l’on puise sans vergogne dans les poches des entreprises et des salariés. Elle se range donc à la mise en garde et à la vision exprimée très clairement par la Cour des comptes dans son rapport 2013.

Étant donné de trop nombreuses incertitudes, les conditions n’étant pas réunies, la CFE-CGC vote contre un endettement du mouvement pour subventionner subrepticement les politiques publiques au Conseil de surveillance de ce jour.

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...