Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Changer nos mauvaises habitudes pour réduire notre empreinte carbone et protéger notre planète

Réussir à changer ses habitudes et adopter un mode de vie écoresponsable : E3D-Environnement révèle une étude sur l'implication des Français

Les foyers plus modestes redoublent leurs efforts pour changer leurs gestes au quotidien

Si de réels changements sont visibles, le mode de vie « écoresponsable » n'est pas encore assez largement adopté pour assurer un bel avenir aux générations futures. Et pourtant, si les Français sont de plus en plus sensibles à l'écologie, adopter de nouveaux gestes restent encore un effort trop important pour beaucoup.

D'après une étude d'E3D-Environnnement, expert en sciences comportementales, si une large majorité des Français se disent prêts à changer certains de leurs gestes au quotidien (plus de 90%), ce sont les Français les plus modestes qui font le plus d'efforts pour la planète : 84,6% des foyers modestes acceptent d'agir. E3D-Environnement qui accompagne les collectivités pour changer les habitudes des citoyens (déchets, tri du verre, compost, mobilité...) l'affirme : TOUS les Français peuvent changer les choses, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle et leurs revenus. Il n'y a « plus qu'à ».

« Nous avons mené une étude sur plus de 20 000 Français car nous voulions cibler les populations prioritaires pour conseiller au mieux les collectivités et nous adresser d'abord aux citoyens les plus sensibles. Nous aurions pu penser qu'il fallait prioritairement s'adresser aux foyers les plus aisés, qui seraient plus « éveillés » aux problématiques environnementales. Eh bien non. Cette étude vient contrecarrer cette idée reçue. Les foyers les plus modestes sont largement prêts à changer leurs habitudes. Si l'écart entre eux peut paraître faible, les efforts à fournir pour les foyers les plus modestes sont plus importants car ils ont moins de biens de consommation. La force d'E3D-Environnement est justement de trouver les gestes qui correspondent à chaque individu », constate Gilles Marchal, Président Fondateur d'E3D-Environnement.

Changer ses habitudes pour adopter un comportement écoresponsable : un challenge pour tous ?

En effet, E3D-Environnement a comparé l'implication des foyers français dits « modestes » et « aisés » pour changer leurs habitudes et adopter de nouveaux gestes écoresponsables. Dans cette étude réalisée auprès de 20 000 personnes, les artisans, commerçants, dirigeants, cadres, professions libérales ont été considérés comme des foyers « aisés ». Les ouvriers et personnes au foyer comme des foyers « modestes ».  

E3D-Environnement a un dispositif basé sur les sciences comportementales. L'appliquer dans les quartiers populaires est-il efficace ? Ou, au contraire, peut-on garantir un accompagnement performant quelle que soit la CSP de l'habitant ? Faut-il mieux accompagner telle ou telle partie de la population ? Autant de questions auxquelles E3D-Environnement a souhaité répondre pour favoriser au mieux une transition écologique pour tous les citoyens, en fonction de leur cadre de vie, pour construire ensemble un monde durable.

Ce que révèle l'étude d'E3D-Environnement

  1. Quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle, les Français acceptent de participer au dispositif GD6D et d'être recontactés

Les habitants après un échange d'une dizaine de minutes avec E3D-Environnement décident de participer à plus de 90%, toutes professions confondues, en transmettant leurs coordonnées téléphoniques.

Le pourcentage d'habitants ayant transmis leur numéro de téléphone pour être accompagné sur la durée est généralement plus élevé pour les foyers modestes que pour les foyers aisés. Ces derniers présentent par exemple le taux de téléphone le plus bas (93,5%), mais un taux de mail plus élevé (82%) comparativement aux CSP bas (61%).

  1. Vouloir participer c'est bien. Mais qui agit réellement ?

Quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle, les habitants ne réalisant pas déjà ce qui leur est proposé acceptent à plus de 80% d'essayer de nouvelles actions éco-responsables. Le taux d'acceptation des foyers modestes (84,6%) est même légèrement plus élevé que celui des foyers aisés (80,2%).         

« Avec cette étude nous voyons clairement que la majorité des participants, quel que soit leur cadre de vie, sont disposés à changer leurs habitudes, même si les foyers modestes sont un peu plus motivés ! Quoiqu'il en soit, notre travail avec les collectivités doit s'adresser à tous car notre outil a la faculté de s'adapter à chacun. C'est en ça que les sciences comportementales sont un atout considérable pour accompagner une transition écologique auprès de toutes les populations. Tous nos projets, quelle que soit la cible, ont eu des résultats plus que satisfaisants. Nous sommes à la disposition de toutes les collectivités et tous les citoyens pour construire ensemble un monde plus vert », poursuit Gilles Marchal.

Grâce à son dispositif GD6D, E3D-Environnement accompagne les collectivités pour changer les habitudes de TOUS les citoyens

L'outil comprend une infrastructure composée d'outils numériques, d'algorithmes et de très nombreux contenus de communication construits à partir des dernières recherches en sciences comportementales. En complément des sciences comportementales et des technologies numériques, l'approche se base sur l'échange humain. Il y a une phase de mobilisation (inscription du foyer par des ambassadeurs) suivie d'une phase d'accompagnement (interactions toutes les semaines en moyenne avec des animateurs). E3D-Environnement agit au quotidien dans tous les domaines du développement durable : mobilité, déchets, propreté, aménagement, santé, vivre ensemble, etc.       

 

Lire la suite...


Articles en relation