Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Enquête] « Bien dormir pour mieux faire face »

A l'occasion de la 21ème Journée du Sommeil le 19 mars 2021, une enquête OpinionWay a été réalisée par le groupe MGEN et l'INSV sur le sommeil des Français « Bien dormir pour mieux faire face », afin de mieux cerner les effets de la crise sanitaire sur le sommeil.

Selon cette enquête, 45% des Français ont présenté un trouble du sommeil et 26% une moins bonne qualité de sommeil, durant le deuxième confinement.

Eric Chenut, vice-président délégué du groupe MGEN, constate en effet que « Les impacts sur nos vies personnelles et professionnelles, induits par la crise sanitaire quant à nos rythmes de vie, se sont répercutés sur la qualité du sommeil de nombreux Français. Les enquêtes de santé publique le montrent. Notre rapport au temps est réinterrogé. Pour un parfait bien-être physique, psychique, social et environnemental, nous avons besoin de renouer avec nos rites et nos rythmes pour que le sommeil ait la durée et la qualité indispensables à notre bonne santé. »

Dr Marc Rey, président de l'INSV, neurologue et spécialiste du sommeil, poursuit : « Le sommeil n'est plus une variable d'ajustement mais une préoccupation importante pour les Français. Ils en prennent soin, mettent en place des moyens pour en conserver la qualité. Ce qui est très positif. »

Autres enseignements de l'enquête : on observe une très grande fatigue pour 17% des Français, ainsi qu'une santé psychologique altérée pour plus d'un 1/3 d'entre eux. Les personnes touchées par la Covid-19, les jeunes et les femmes sont les plus concernés ainsi que les personnes exclusivement en télétravail.

Augmentation modérée des troubles du sommeil lors du 2e confinement par rapport à une période normale, mais une fatigue importante et une santé psychologique altérée

45% Français ont rapporté un trouble du sommeil durant le 2e confinement, contre 41% en période normale. La qualité de sommeil, quant à elle, s'est avérée moins bonne pour 26% des Français pendant le 2e confinement, en particulier pour les jeunes de 18-24 ans (39%) et pour 27% des Français qui ont été exclusivement en télétravail ou n'ont pas travaillé à cette période.

Par ailleurs, les Français ont rapporté un score de fatigue de 5,1 sur 10 au cours du 2e confinement, plus élevé chez les femmes (5,4) ainsi que chez les moins de 25 ans (5,7). « 17% des Français ont d'ailleurs présenté une très grande fatigue. Ce qui n'est pas négligeable », ajoute le docteur Marc Rey.

La contamination à la Covid-19 impacte fortement le sommeil et la qualité de vie

64% ces Français infectés par la Covid-19 présentaient un trouble du sommeil lors du 2nd confinement. Ces personnes infectées ont aussi été deux fois plus nombreuses à chercher à améliorer leur sommeil (46% contre 23%). Elles ont aussi perdu du poids deux fois plus fréquemment que l'ensemble des Français au cours du 2e confinement (26% contre 12% globalement). En comparaison de la population générale, les Français infectés par la Covid étaient aussi plus nombreux à présenter des troubles anxieux (66% contre 34%) et dépressifs (59% contre 33%), et leur niveau de fatigue plus élevé (6,2 contre 5,1).

Les troubles psychologiques avec des répercussions sur le sommeil ont affecté plus d'1/3 des Français, notamment les jeunes. Comme pour le premier confinement, les chiffres confirment un fort retentissement psychologique chez les jeunes adultes : 41% des 18-24 ans ont rapporté des troubles anxieux et 40% des troubles dépressifs.


Pendant le 2nd confinement, 23% des Français ont adopté un mode de vie vertueux pour leur sommeil

Après la phase de sidération des débuts de l'épidémie et du premier confinement, les Français ont plus volontiers adopté des comportements positifs recommandés par les spécialistes du sommeil depuis des années.

Ainsi, 23% des Français ont cherché à améliorer leur sommeil et ont adopté les bons réflexes, à savoir : veiller à une meilleure alimentation 31%, adopter des horaires de sommeil réguliers 30%, pratiquer d'une activité physique 27%, limiter l'exposition aux écrans 27%. Avec succès, puisque cela a fonctionné dans plus de 7 cas sur 10.

Par ailleurs, les Français ayant passé plus d'une heure à l'extérieur étaient moins fatigués et moins concernés par les problèmes de dépression que la moyenne.

Lire la suite...


Articles en relation