Connexion
/ Inscription
Mon espace
Financement
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Recapitaliser les entreprises européennes après la Covid-19

Un rapport de l'Association des marchés financiers en Europe (AFME) et PwC révèle qu'un déficit de fonds propres pouvant atteindre 600 Mds€ fait peser une menace sur la reprise économique en Europe malgré les importantes mesures de soutien mises en œuvre par les autorités publiques et les capitaux privés mis à disposition à travers l'Europe pour soutenir les économies pendant la pandémie. L'AFME appelle la Commission européenne et les États membres à prendre des mesures pour soutenir les marchés des actions et marchés hybrides européens et pour élargir les possibilités de financement des entreprises afin de favoriser la reprise économique en Europe.

Dans ce rapport publié le 19 janvier 2021, l'AFME avertit que l'Europe devra combler un déficit de 450 à 600 Mds€ de fonds propres afin d'empêcher les faillites d'entreprise et les pertes d'emplois généralisées, à mesure que les aides publiques consenties au cours de la crise de la Covid-19 diminueront.

Le rapport Recapitaliser les entreprises européennes après la Covid-19 révèle qu'en dépit du soutien apporté par les gouvernements et le secteur privé depuis le début de la pandémie, 10 % des sociétés européennes disposent de réserves de trésorerie suffisantes pour six mois seulement. L'association professionnelle paneuropéenne appelle les autorités à explorer et à développer de nouvelles mesures à court terme pour soutenir les marchés des actions et marchés hybrides européens et accélérer l'Union des Marchés des Capitaux pour aider à financer la reprise. L'AFME avertit qu'en l'absence de mesure urgente, un pic d'insolvabilité pourrait commencer dès ce mois et compromettre les perspectives de reprise de l'UE.

Le rapport repose sur des entretiens avec des entreprises et des investisseurs du secteur privé de tout le continent européen afin de proposer des solutions au nouveau déficit de financement en Europe. Les conclusions révèlent que de nombreuses entreprises de taille intermédiaire et PME ne souhaitent pas abandonner le contrôle de leur activité, mais sont prêtes à payer une prime pour ne pas diluer leurs droits de vote, ainsi qu'à distribuer une part des bénéfices aux investisseurs. Les instruments hybrides sont parfaitement adaptés pour répondre à ces besoins.

Afin de renforcer les marchés de capitaux pour soutenir les entreprises au cours de la phase de reprise, l'AFME présente les recommandations suivantes :

  • Proposer un nouvel instrument hybride à l'échelle de l'UE, conçu spécifiquement pour le secteur des entreprises. Il pourrait prendre la forme d'un nouvel instrument privilégié, et compatible avec les aides d'État, afin d'accroître la liquidité. Idéalement, il pourrait être développé pour répondre aux objectifs d'investissement social afin de susciter au mieux l'intérêt des investisseurs.
  • Développer les programmes de soutien à la relance existants à l'échelle de l'UE, tels que le Fonds de garantie européen du FIE, en les adaptant aux besoins des PME, en particulier des plus petites entreprises.
  • S'inspirer des bonnes pratiques des États membres en matière d'instruments hybrides, et faire connaître la gamme d'instruments des marchés de capitaux disponibles aux entreprises à capitalisation moyenne et aux PME qui ne sont pas toujours au fait de ces possibilités.
  • Explorer la possibilité d'utiliser davantage d'instruments innovants, tels que les actions à double catégorie pour répondre aux préoccupations des entreprises en matière de contrôle, ainsi que les échanges de créances contre des actions pour réduire l'effet de levier.
  • Recalibrer les règles relatives aux aides d'État en cas de crise systémique.
  • Accélérer les mesures d'investissement en capital dans le cadre du projet d'Union des Marchés des Capitaux.

Adam Farkas, Président Directeur Général de l'AFME, explique : « Alors que la dette supplémentaire et le soutien de l'État ont permis le sauvetage à court terme des entreprises à travers l'Europe, nous devons maintenant aller au-delà du financement provisoire de court terme et nous concentrer sur le processus de remise sur pied et de relance à long terme. Alors que les entreprises européennes s'efforcent de se remettre de la crise économique, d'autres types et sources de financement seront nécessaires pour les aider à atténuer le poids croissant de leur dette tout en leur permettant d'investir dans leur avenir. C'est là que les marchés des produits hybrides et des actions peuvent jouer un rôle clé pour soutenir la reprise en Europe.
L'ampleur du défi appelle à une action urgente. Avec un déficit pouvant atteindre 600 Mds€ qui menace la relance de l'Europe, nous appelons les décideurs politiques à travailler avec le secteur privé aux niveaux national et européen pour mettre en œuvre des solutions permettant de garantir que les entreprises de taille intermédiaire et les PME en particulier disposent des ressources nécessaires pour se redresser après la crise de la Covid-19 ».

Nick Forrest, directeur du cabinet de conseil économique de PwC, conclut : « La crise de la Covid-19 risque de marquer durablement les économies européennes. Il est donc essentiel de restaurer les fonds propres des entreprises européennes pour leur permettre de stimuler l'investissement, l'innovation et la croissance. Le retrait des aides gouvernementales et la révocation anticipée des mesures de confinement liées à la Covid grâce à la réussite du programme de vaccination signifient que le moment est venu de mettre en place une capacité financière suffisante en matière de capitaux propres et de capacité financière hybride, ainsi que l'infrastructure nécessaire pour stimuler la reprise de l'économie européenne. »

Lire la suite...


Articles en relation