Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Le réchauffement climatique met en péril les poissons clowns

Selon une étude scientifique internationale (menée par une équipe de scientifiques de France, du Chili, du Danemark et du Royaume-Uni qui a travaillé au CRIOBE, station de recherche en Polynésie française) qui vient de paraitre dans la revue Functional Ecology, le réchauffement climatique, en constante augmentation, à un impact sur les récifs coralliens mais plus particulièrement sur la diminution des poissons clowns.

Les travaux de recherche du Criobe, avaient déjà démontrés précédemment l’impact du blanchiment des coraux sur les écosystèmes. Cette nouvelle étude révèle que ce blanchiment intervient également sur les anémones de mer entrainant avec lui la diminution du nombre de poissons-clowns. Au-delà d’une seule espèce, c’est aussi 12% des poissons qui vivent en symbiose avec les anémones qui sont mis en danger, une incidence donc réelle sur le devenir de l’alimentation humaine.

Comme les humains, de nombreux animaux ont une maison, c'est-à-dire un abri où ils se sentent à l'aise, en sécurité et ont facilement accès à la nourriture. Sur les récifs tropicaux, par exemple, les anémones abritent des poissons-anémones. Les tentacules urticants des anémones sont l'endroit idéal où les poissons-anémones se cachent des prédateurs, se nourrissent et se déplacent, grandissent, se reproduisent et pondent leurs œufs. Cependant, le changement climatique provoque des blanchissements répétés d'anémones dans le monde entier. Lorsque les anémones blanchissent, elles ne perdent pas seulement leur couleur, mais aussi les algues qui vivent dans leurs tissus et qui fournissent de l'énergie aux anémones et aux poissons-anémones. Suite à une hausse de la température de l'eau et au blanchiment, les anémones peuvent survivre, mais si elles le font, il leur faut des mois pour se rétablir.

Une équipe de scientifiques de France, du Chili, du Danemark et du Royaume-Uni a travaillé au CRIOBE, une station de recherche de Polynésie française, pour comprendre comment les poissons-clowns réagissent lorsque leur maison est endommagée par le changement climatique, c'est-à-dire lorsque leur anémone est blanchie. « Nous avons récemment découvert qu'une exposition de deux semaines au blanchiment augmente le métabolisme des anémones juvéniles », a déclaré Suzanne Mills, professeur associé à l'École pratique des hautes études (EPHE) PSL Université Paris, Criobe, France. « Comme le blanchiment peut durer plusieurs mois dans la nature, nous voulions comprendre s'il y a des effets en cascade sur le comportement, la physiologie et la croissance des juvéniles ou si les poissons-anémones sont capables de s'acclimater à vivre dans une anémone blanchie ».

L'équipe internationale a exposé 47 anémones juvéniles sauvages à des anémones blanchies par la chaleur, ainsi qu'à des anémones saines, pendant plusieurs mois dans le lagon de Moorea. L'équipe a mesuré le comportement, le métabolisme et la croissance des poissons après un mois de vie dans des maisons blanches saines ou blanchies. Chaque mesure a été répétée un mois plus tard, après deux mois d'exposition. Enfin, la survie des anémones juvéniles a été suivie pendant neuf mois. À partir de cette expérience, les scientifiques ont constaté que les poissons vivant dans des anémones blanchies pendant plus d'un mois diminuent progressivement leur métabolisme, grandissent moins et modifient leur comportement, devenant ainsi moins actifs.

« La croissance plus faible et la diminution progressive du taux métabolique des poissons dans les anémones décolorées peuvent s'expliquer par une réduction de la consommation alimentaire », explique l'auteur principal, Daphne Cortese, doctorante à l'École pratique des hautes études (EPHE) PSL Université Paris, CRIOBE, France, et précise que « si les poissons ne peuvent pas tirer suffisamment de nourriture de leur environnement, ils devront adapter leur comportement afin de se nourrir davantage. L'activité et le mouvement sont importants pour l'alimentation ainsi que pour la défense territoriale des poissons-anémones, mais ils nécessitent également beaucoup d'énergie. Même si les poissons des anémones blanchies passent plus de temps hors de leur anémone, ils sont moins actifs et se déplacent moins autour de l'anémone, ce qui suggère une incapacité à ajuster leur taux d'alimentation pour faire face à la plus faible quantité de nourriture disponible ».

« Dans les environnements où la nourriture est limitée, il peut être avantageux de réguler le métabolisme à la baisse, mais il y a une limite à la diminution de celui-ci et nous n'avons pas réussi à stabiliser la situation avec le temps », a ajouté Tommy Norin, co-auteur de l'étude et physiologiste de l'Institut national des ressources aquatiques de l'Université technique du Danemark. « Cette conclusion, associée à une croissance plus faible et à un comportement modifié, suggère que les poissons des anémones blanchies sont énergétiquement désavantagés et qu'il y a un impact de plus en plus négatif du blanchiment des anémones sur les poissons-anémones au fil du temps plutôt qu'une acclimatation à la nouvelle condition ».

« Tous les traits de l'organisme sont interconnectés et si l'énergie, le carburant, fait défaut, cela peut avoir des conséquences tout au long de la vie. Par exemple, la taille est souvent cruciale pour la compétition et la reproduction et une taille réduite à l'âge peut compromettre la forme physique à des stades ultérieurs », a expliqué le co-auteur Ricardo Beldade, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) au CRIOBE, France et maintenant professeur associé à la Pontificia Universidad Católica de Chile.

« Dans cette étude, nous avons étudié l'effet du blanchiment sur les poissons sauvages vivant dans des conditions naturelles, ce qui est nouveau et donne une image plus réaliste de l'effet du changement climatique dans la nature », a ajouté le co-auteur Amélie Crespel, de l'Université de Glasgow et maintenant de l'Université de Turku, en Finlande.

« Jusqu'à présent, les scientifiques se sont surtout intéressés aux effets directs du blanchiment sur les coraux et aux effets de la mortalité des coraux induite par le blanchiment sur la communauté des récifs coralliens. Cependant, nos résultats suggèrent que même si les coraux survivent et se remettent d'un épisode de blanchiment, cela n'est pas sans coût pour leurs communautés associées qui structurent les écosystèmes des récifs coralliens », a déclaré le professeur Shaun Killen, de l'université de Glasgow, et de conclure : « Dans l'ensemble, nos résultats mettent en évidence la gravité des épisodes de blanchiment et soulignent la nécessité de réguler les actions humaines qui contribuent aux événements liés au changement climatique, comme le blanchiment ».



Lire la suite...


Articles en relation