Connexion
/ Inscription
Mon espace

La séparation des pouvoirs dans les sociétés, un rempart à la délocalisation ?

ABONNÉS

 Par Olivier Deguerre, Président de PhiTrust Active Investors*

La question de la séparation des pouvoirs dans les sociétés non contrôlées, est de nouveau à l’ordre du jour à l’heure où la société Schneider Electric se propose de réunir les fonctions de direction, avec un PDG qui vivra à Hong Kong. Si les actionnaires votent pour la réunification des pouvoirs, se posera inévitablement une question qui va devenir de plus en plus fréquente pour les entreprises de taille mondiale : quelle gouvernance pour les entreprises multinationales ?

Dans le cas de Schneider Electric, si le PDG est à Hong Kong, il est probable que de plus en plus de conseils se tiendront hors de France (mouvement naturel vu l’internationalisation des membres du Conseil et de l’activité). Comme il y a peu d’actionnaires français (<16%) et que la très grande majorité des salariés est hors de France, la société n’aura plus d’ancrage en France et deviendra réellement « multinationale » (la Firme de Georges Orwell…).

Et nous ne sommes pas loin des Assemblées Générales sur Internet pour que tous les actionnaires puissent y participer… ce qui favorisera l’émergence d’une entreprise « virtuelle ».

Ce mouvement, « dans le sens de l’histoire », pose de nombreuses questions (souvenons-nous de Pechiney, Arcelor…) pour le devenir d’une industrie en Europe et notamment sur le risque qu’encourent ces sociétés qui seront virtuelles, sans ancrage actionnarial ou national, d’avoir une OPA hostile, et bien peu d’investisseurs seront là pour les soutenir car la société « sera à la fois mondiale et virtuelle »…

Le rythme de délocalisation de dirigeants de grandes sociétés françaises est aujourd’hui en accélération (plusieurs sociétés le décideront en 2013…). Cela pose des questions de gouvernance pour tout actionnaire de sociétés françaises. Il ne s’agit pas de bloquer un processus mais de s’interroger sur nos critères de gouvernance.
- Nos voisins Belges l’ont vécu il y a 10 ans avec la Générale de Banque, Fina, Dexia… et considèrent ce mouvement comme irréversible, alors que d’autres pays ont su mettre en place un cadre en en limitant les effets :
- En Allemagne, la séparation des pouvoirs dans les grands groupes et les règles de vote au Conseil de Surveillance avec un poids très important des représentants des salariés limitent de facto le risque de voir les organes de décision hors d’Allemagne,
- En Suisse, la moitié des Conseils doit se tenir en Suisse, obligeant de ce fait à la localisation des organes de décision,
- Aux UK ou en Hollande par exemple, les fonds de pension jouent un grand poids dans le soutien aux entreprises nationales, alors même qu’en France le poids des salariés actionnaires est faible dans de nombreux groupes internationaux français (absence de législation sur les fonds de pension) rendant difficile de ce fait une gouvernance équilibrée.

Le risque est une fois encore de voir le politique s’emparer de la question et proposer des solutions « nationalistes » qui ne feront qu’accélérer le processus de délocalisation dans le cadre notamment de la législation sur les sociétés européennes (transfert du siège social facilité en Europe pour toute société ayant pris le statut de société européenne). Mais alors que peuvent faire les actionnaires ?

La séparation des pouvoirs est aujourd’hui une réponse à cet enjeu de pouvoir de décision et il est très important que les actionnaires de Schneider Electric se prononcent contre la proposition de modification de statuts visant à réunifier les pouvoirs de PDG.

*PhiTrust Active Investors, société de gestion française agréée par l’AMF en 1999, applique dans sa méthodologie d’investissement des stratégies d'engagement actionnarial visant à améliorer la gouvernance des entreprises cotées et à promouvoir des investissements conciliant performance financière, bonne gouvernance, respect de l'environnement et cohésion sociale.

www.phitrustactiveinvestors.com

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...