Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Les 10 propositions du Cercle des Economistes pour une relance économique

Les rencontres Économiques d'Aix-en-Provence organisées les 12 & 13 septembre ont réuni Chefs d'entreprise, économistes, élus, membres du gouvernement, intellectuels et jeunes actifs pour évaluer le plan de relance et la situation économique française et mondiale. Suite à ces deux jours de débats, le Cercle des économistes formule 10 propositions concrètes pour une meilleure relance économique. 

Le plan France Relance, présenté par le gouvernement la semaine dernière, est un plan d’une ambition inédite dans notre Histoire. Un élément est toutefois crucial. En effet, il s’agit d’un plan de l’offre, tourné vers l’investissement, donnant l'initiative de la relance aux entreprises. Or la reprise se fera uniquement si un dialogue s’installe entre cette dynamique nouvelle des entreprises et une confiance dans l’avenir retrouvée par les ménages. Ces derniers doivent accompagner le plan de relance en utilisant leur épargne pour investir ou consommer plus, et enclencher ce cercle vertueux entre l’offre et la demande.

Il manque également au plan de relance à la fois un plan de logement ambitieux et une définition des acteurs économiques qui vont porter cette relance, de manière très décentralisée, en passant par des acteurs régionaux, des écosystèmes, types pôles de recherche et compétitivité.


10 propositions ont été faites qui donnent corps aux 6 axes de politiques 


#Axe 1 : Priorité à la jeunesse

Proposition 1 : Accompagner la hausse du nombre de places dans le supérieur d’une rémunération à la hauteur du RSA pour les jeunes en fin d’étude et ayant des moyens limités. En plus de cela, revaloriser la rémunération du service civique pour la porter à 800€.

Proposition 2 : Mettre en place une politique de logement pour les jeunes, notamment en supprimant la TVA pour la première acquisition


#Axe 2 : Redonner à l’Europe et à la France un leadership

Proposition 3 : Au niveau européen, créer des agences européennes de recherche et développement duales, civiles et militaires, sur le modèle des DARPA et BARDA américaines dans les domaines de la défense, de l’énergie, du numérique et de la santé. Ces agences seront accompagnées d’un plan d’investissement au niveau européen d’une ampleur sans précédent, de 500 Mds€, non seulement dans le numérique mais aussi et surtout dans l’intelligence artificielle. Ce plan doit être complété de mesures adaptées aux GAFAM américains et BATX chinois.

Proposition 4 : Mettre en œuvre une politique écologique européenne en s’appuyant sur une batterie d’instruments et de technologies disponibles, avec notamment l’application d’une taxe carbone aux frontières.

Proposition 5 : Dans le cadre du dynamisme technologique européen, favoriser les relocalisations à haute valeur ajoutée en s’appuyant, comme aux États-Unis, sur des écosystèmes type pôles de recherche et de compétitivité, et relancer vraiment le Programme d’Investissements d’Avenir. 


#Axe 3 : Financer les TPE, PME et ETI

Proposition 6 : Aller beaucoup plus loin que le plan de relance sur le montant d’instruments de transformation en quasi fonds propres de la dette et se fixer en 5 ans l’objectif d’aligner les impôts de production français à ceux pratiqués en Allemagne.


#Axe 4 : Réorganiser la dépense publique 

Proposition 7 : Se préparer à une maîtrise de la dépense publique à moyen terme pour diminuer la dette structurelle et, dans la continuité de la LOLF, modifier la logique de fonctionnement de la dépense publique en privilégiant une logique de résultats plutôt que de moyens.

#Axe 5 : Réinjecter l’épargne dans le circuit économique

Proposition 8 : Multiplier les incitations à la consommation en instaurant un abondement de l’État dans les titres-restaurant et en généralisant ce « pass-consommation » aux secteurs en difficulté comme le tourisme, la culture et les loisirs.


#Axe 6 : Prévenir une nouvelle crise sociale

Proposition 9 : Rendre obligatoire le chèque syndical dans les entreprises, en généralisant les mécanismes de participation, intéressement et actionnariat salarié et en octroyant aux salariés 30% des sièges dans les conseils d’administration.

Proposition 10 : Lutter contre la pauvreté avec la création d’une allocation unique universelle qui regroupe toutes les prestations sociales existantes, mais aussi en augmentant le minimum vieillesse. Enfin, pour lutter contre la précarité des jeunes, créer une allocation pour les NEETS, les jeunes de moins de 25 ans qui ne sont ni en situation d’emploi, d’éducation ou de formation.

 

Lire la suite...


Articles en relation